Manifestation du 1er mai à Bayonne, “l’urgence de l’union”

0

Lundi 29 avril 2019, Ce pourrait être un jour historique. Le 1er mai 2019, les syndicats CGT, LAB et les mouvements Bizi!, M1 Altxa et EBA marcheront ensemble contre l’exploitation et pour le progrès social et écologique.

En partenariat avec le média Mediabask et avec leur accord nous partageons leur information

Pour la première fois, la CGT et LAB défileront main dans la main à la Fête du Travail. © Guillaume FAUVEAU

Unitaire. Voilà le maître-mot de la manifestation du 1er mai 2019 à Bayonne, qui pourrait faire date. Ce jour-là, les organisations syndicales CGT et LAB, le mouvement écologiste Bizi!, le collectif de jeunes 1M Altxa et le collectif féministe EBA défileront ensemble. Seuls manquent à l’appel la CFDT et FO. La manifestation partira de la Bourse du Travail à 11 heures et se terminera au carré des Halles, où sera installé un village unitaire. Ensemble jusqu’à la fin, les participants dépasseront ce qui les sépare, pour unir leurs forces autour de ce qui les rassemble.

 

 

“Il y a urgence”, disent en chœur les organisations syndicales et associatives. Urgence sociale, climatique, féministe. Réformes du gouvernement Macron, manifestations massives de jeunes pour le climat, prochain sommet du G7 à Biarritz… “Il faut unir nos forces face à l’offensive capitaliste” affirme Unai Arkauz, membre du collectif M1 Altxa. Le 1er mai, l’opposition au G7 sera l’une des revendications principales du collectif, dont la mobilisation démarrera à 10 heures de la Maison d’arrêt de Bayonne. “Il n’y a qu’ensemble que nous pourrons faire face à ces attaques capitalistes”.

Même constat à la CGT, pour qui cette union est “indispensable” afin de faire face à la “hauteur” des attaques capitalistes et défendre les services publics. Le mouvement Bizi! juge lui aussi “nécessaire de s’unir contre les responsables du dérèglement climatique et pour le partage du travail et des richesses”.

L’esprit unitaire ne rayonnera cependant pas jusqu’en Soule. A Mauléon, la CGT a dit non à l’union. Les camarades de Bayonne expliquent que “chaque union organise son 1er mai”. Le syndicat LAB se dit “conscient” de cette situation, mais tient à souligner qu’un premier pas a été franchi, en espérant “que cela va évoluer dans les prochaines années”.

 

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.