Brest : Michel GLEMAREC, Chevalier de l’Ordre du Mérite Maritime

0
23

Brest, mercredi 8 mai 2019, Michel Glemarec,Professeur Honoraire des Universités (Océanographie biologique),décoré de la Croix de Chevalier du Mérite Maritime.

Monsieur le Directeur, Mesdames et Messieurs, merci de nous accueillir à l’Institut Universitaire Européen de la Mer, un bel
endroit qui œuvre afin que la Mer reste une « MOR GLAZ » (MER BLEUE). Merci aux Académiciens du bout du quai de Roscoff, à certains Membres du Bureau de MOR GLAZ, et aux Compagnons du Mérite Maritime pour leur présence !

Ce mardi 7 mai 2019, je vais avoir le grand honneur, le privilège, de remettre la Croix de Chevalier du Mérite Maritime à Michel GLEMAREC Professeur Honoraire des Universités (Océanographie biologique).

Né le 19 juin 1938 à Rennes, marié à Anne-Marie, il est père de trois enfants ! Orphelin d’un père professeur de sciences naturelles, qui avait été formé entre autres à la Station biologique de Roscoff, Michel a eu l’opportunité de participer en tant que lycéen à la formation des agrégatifs dans ce même laboratoire et notamment à bord du « Pluteus ».

Avec un  avantage certain sur ses collègues étudiants il effectue ses études à la Faculté des Sciences de Rennes et à Paris-Sorbonne .Nommé assistant à l’Université de Rennes, Michel demande rapidement sa mutation pour Brest, où tout était à faire ; c’était un pari qui n’était pas évident.

Michel s’associe aux géomorphologues du Professeur GUILCHER. Le Centre National de la Recherche Scientifique arme un petit navire de dix mètres pour les recherches côtières. A bord quatre hommes d’équipage et deux scientifiques, ce petit navire effectue des missions de dix-sept jours ; les conditions sont rudes et de 1962 à 1969 tu  participes à  deux missions annuelles.

Après l’étude de l’ensemble du Golfe du Morbihan, c’est la totalité de la partie nord du Golfe de Gascogne, des Sables d’Olonne à Penmarc’h qui est inventoriée. Pour progresser jusqu’aux accores, l’Institut Scientifique et Technique des Pêches Maritimes t’offre la possibilité d’une mission d’un mois à bord de « La Pelagia ».

Après ta soutenance de thèse, en 1969 le Centre National pour l’Exploitation des Océans te propose d’assister aux essais du navire amiral de la nouvelle flotte océanographique le « Jean Charcot ». Tu es en charge de la faune des bivalves abyssaux. Il y a là une opportunité d’intégrer le Centre National pour l’Exploitation des Océans.

En 1972 l’Université te confie la tâche de devenir professeur et de diriger un nouveau laboratoire voué à la recherche côtière. Pour ce faire, le laboratoire arme de 1972 à 1980 une ancienne pinasse sardinière basée à Concarneau, « l’Armorique ». Nombre de thésards ont ainsi la possibilité d’embarquer sur ce type de navire aménagé pour le travail scientifique.

Le labo que tu diriges devient associé au Centre National de la Recherche Scientifique, plusieurs navires furent armés pour ces missions sur le littoral français ! Ces missions sont pour toi des expériences humaines très enrichissantes.

Durant trois années, une semaine en novembre est consacrée à la formation sur le « Jean Charcot ».  Toi, Michel, tu es responsable de cette formation de Paris et de Bordeaux, aidé de  collègues, des Officiers du bord, des Maîtres d’équipage, expériences nouvelles pour toi et ton «équipage » : prise de quart, travail en passerelle, mise à l’eau des engins etc……des périodes d’apprentissage certainement mémorables et uniques dans les années 70 !

En 1998, pour ton départ en retraite, il y a longtemps que tu n’as pas navigué, ton dernier thésard «t’offre »  deux jours de mission à bord du « Côte d’Aquitaine » pour estimer, des progrès des méthodes et échantillonner sur les fonds de la baie de Concarneau et de l’archipel des Glenan.

Tu as assuré de nombreuses fonctions universitaires, « les plus hautes » dans ton domaine.

Au-delà de ton enseignement et de la publication d’une centaine de publications scientifiques, ton investissement dans le transfert des connaissances hors de l’Université peut être illustré par quatre exemples.
Dans les années 1980 le  Maire de Brest  M. Le Blé te demande de t’investir pour  affirmer la vocation maritime de Brest. Avec ton équipe tu lui proposes de créer « Océanopolis ». C’est l’enthousiasme de l’équipe qui fait aboutir le projet au-delà des aléas politiques.
A la demande du CNRS en 1981, la régionalisation est lancée, tu es nommé Délégué scientifique régional jusqu’en 1987,  et tu démissionnes ayant mesuré les difficultés d’être brestois pour représenter la région ! Une fois retraité la région te nommes Personnalité qualifiée à la section Mer du <comité Economique et Social. Durant 7 années tu vas te « frotter » avec rudesse et plaisir aux réalités des activités maritimes.
A la demande de la Communauté Urbaine, tu présides le Conseil scientifique du Contrat de Baie «  Rade de Brest » qui mobilise de 1992 à 1996 quatre-vingt chercheurs. Ainsi sont mis en place pour les politiques les  outils décisionnels pour gérer cet espace remarquable.
A la demande des communes sinistrées par la catastrophe de l’«AMOCO CADIZ », tu es témoin au procès de Chicago contre la Standard Oïl. Au préalable en tant que directeur de l’Institut d’ Etudes Marines, tu avais obtenu un financement dédié à des bourses de thèse pour une douzaine de thésards.
Dans une procédure de découverte extrêmement dure, tu défends les recherches engagées depuis sept ans concernant la dégradation  du système,
des ressources économiques, le projet de réimplantation d’espèces nobles…Tout cela est plaidé devant le juge Mac GARR en 1986.
La transformation du professeur, travaillant  avec ses chercheurs, en témoin au procès  est une rude épreuve, c’est une tranche de vie très enrichissante de quatorze années, qui te fait ensuite beaucoup voyager outre-Atlantique, en Afrique en tant qu’expert UNESCO, FAO … et jusqu’au Japon. Un tournant dans ta vie professionnelle, certains auraient perdu le cap, toi Michel, tu l’as gardé car tu défendais et défends toujours avec passion le milieu marin !
Récemment la pression médiatique concernant un événement majeur d’il y a 40 ans fut un autre exercice. Lors de ce 40ème anniversaire,  nous nous étions partagés avec quelques adhérents de MOR GLAZ la difficile tâche de rafraîchir les mémoires, de remettre sur la table des cartes, les questions de Sécurité Maritime, de Sécurité Passive Embarquée. Nous avons aussi posé
des questions sur le stockage des déchets de l’ « AMOCO CADIZ ».
La distinction que tu vas recevoir dans quelques instants, je vais te la remettre pour tes activités scientifiques liées à la Mer certes, mais surtout parce que tu as navigué durant des années.
Bien entendu je te connaissais Michel depuis longtemps et notamment j’ai envie de dire « grâce » au naufrage de l’« AMOCO CADIZ ».

Notre rencontre fut un peu provoquée par Anne-Marie, ton épouse lors de la Fête Maritime en 1996 à Brest, je passerai sur les anecdotes qui se déroulèrent le long du bord de l’Abeille Flandre !
Puis nous nous sommes rencontrés, lors de différentes réunions publiques  et plus particulièrement lors du retour du « CLEMENCEAU » à Brest, François PELLENNEC est celui qui avait su souder notre amitié malgré nos différences culturelles et autres ! Mais les Marins se retrouvent toujours, car ils ne prennent qu’un seul cap, le bon cap, celui qui a été défini au départ !  Le chantier de déconstruction de recyclage des navires à Brest nous doit beaucoup, car nous ne sommes pas des utopistes et nous avons
défendu cette activité, qui progresse à son rythme!
En effet Mesdames, Messieurs, Michel est Vice-président de l’association MOR GLAZ depuis quinze ans, comme tous les Adhérents de l’association MOR GLAZ, il est précieux. À nos côtés Michel défend avec passion et sans garde-fou les activités maritimes pour les rendre encore bien plus respectueuses de l’Homme et de l’Environnement.

Michel est un Marin, un Marin qui durant plus de vingt ans a côtoyé la profession, les Marins, et quels Marins parmi eux,  d’anciens Terre-neuvas. Michel pour avoir navigué, être embarqué  à bord des navires côtiers du C.N.R.S et de GENAVIR/IFREMER, tu es des nôtres, tu appartiens à la communauté maritime, à celle des navigants, tu aurais quasiment pu appartenir au contingent A de notre Ordre.
Michel est un des Membres du bureau de  MOR GLAZ avec Françoise GAILL, Danielle HELLEQUIN, Laure TALLONNEAU, Patrick Poivre d’ARVOR, Christian BUCHET, Bernard LE BIHAN,  Christian BUCHER et moi-même. Ces Membres sont tous différents, comme toi Michel ils répondent présents dès que cela estnécessaire !
Michel sait nous accompagner, au tribunal de Brest au début des années 2000 avec nos amis de VIGIPOL. Nos interventions parfois musclées contre les avocats qui défendaient les pollueurs étaient très remarquées et très médiatisées, nous étions les seuls à dénoncer et préconiser des mesures contre  les dérives du transport maritime international.
La Présidente du Tribunal de Brest, mais aussi du Havre et de Marseille nous avait plutôt à la bonne, nous avons sans aucun doute aidé à faire condamner les pollueurs des Mers.
Sur le bassin du port de Brest à bord d’une embarcation afin d’attirer l’attention avec des fumigènes lorsque nous sommes en désaccord avec les Administrations qui gèrent les vieilles coques dans le port de Brest, lorsque nous retouchons quai, cela occasionne un comité d’accueil, nos prises de positions sont médiatiques, et nous ne larguons pas le bout avant la victoire, n’en déplaise parfois !
Lors de la grande fête maritime en 2016, tu nous avais aidés à tenir le stand d’un équipage sud-américain qui se trouvait en mauvaise posture dans le port de Brest (en quelques heures nous avions récupérés plusieurs milliers d’euros de dons).
Le 2 août 2016, nous avions fait changer de cap aux organisateurs de la « BARGOT » qui considéraient que l’estran était une aire de jeux à Roscoff.

Le 22 décembre 2016  deux navires de type Supply propriété du groupe maritime « MAERSK » sont remorqués vers la Turquie pour y être recyclés. Les deux coques sont remorquées à couple. Le Capitaine du remorqueur (qui lui aussi partait à la casse)  signale que les deux navires qu’il remorque viennent de sombrer au large des côtes bretonnes.
Nos réactions publiques, nous ont valu  d’être auditionnés par trois hauts fonctionnaires, sur la demande de Madame Ségolène ROYAL,  la présence de Michel fut un atout pour l’association MOR GLAZ !
Il y a quelques semaines, nous étions à la Préfecture Maritime de l’Atlantique invités par le Préfet Maritime,  suite au naufrage du « GRANDE AMERICA». Nos actions font changer de cap aux « pseudo-armateurs » et autres acteurs du transport maritime, nous sommes assez fiers des résultats.
Michel, je suis navré d’avoir dû effectuer des choix dans ton parcours, nous aurions pu y passer la nuit, tant tes activités et tes
engagements sont multiples. Je vous invite à consulter le site de l’association MOR GLAZ pour en savoir un peu plus sur notre Ami.

Brest le 7 mai  2019

Monsieur Michel GLEMAREC,  au nom du gouvernement de la République, nous
vous faisons Chevalier de l’Ordre du Mérite Maritime

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.