Solitaire URGO Le Figaro : Lune de fiel

Mercredi 19 juin 2019, Ayant passé la porte de Portsall vers 2h00 ce mercredi, le trio leader n’a plus qu’une petite quinzaine de milles à couvrir pour conclure cette troisième étape de La Solitaire URGO Le Figaro. Avec une brise de secteur Nord au programme et un flot portant jusqu’à Roscoff, Gildas Mahé, Anthony Marchand et Alexis Loison n’ont plus trop d’inquiétude à se faire quant au podium de cette manche. Mais leurs poursuivants relégués à quarante milles et plus, ont du souci pour le classement général ! Le premier est attendu vers 8h00 sur la ligne d’arrivée.

© COURCOUX Alexis

Gildas Mahé fut le premier à se présenter vers 2h00 devant la porte entre la bouée Grande Basse de Portsall et la bouée Paupian, quelques longueurs seulement devant Anthony Marchand tandis qu’Alexis Loison concédait déjà trois milles, soit trois-quarts d’heure : un écart dû à un premier bord après le phare de la Jument trop à l’extérieur, trop dans le courant de jusant qui sévissait encore à Ouessant. Le triumvirat est désormais quasiment assuré de remplir les marches du podium de cette troisième étape de La Solitaire URGO Le Figaro au scénario totalement imprévu : dès Aurigny, ces trois proconsuls ont largué leurs concurrents empêtrés dans les puissants courants de marée du raz Blanchard et de ses abords. Leur avance a même atteint plus de 80 milles…

Compter les heures
Il ne leur reste plus qu’à longer les côtes finistériennes jusqu’à la baie de Morlaix, soit une arrivée prévue vers 8h00 ce mercredi après trois nuits de mer et un peu plus de deux jours et demi de course. Mais ce qui importe à tous, trio vainqueur de l’étape, poursuivants et leaders au classement général, c’est l’écart à l’arrivée des autres solitaires : certains comme Michel Desjoyeaux (Lumibird) devraient finir par sauver la mise, mais cela devient plus incertain pour Yoann Richomme (HelloWork-Groupe Télégramme) mais surtout pour Pierre Leboucher (Guyot Environnement) et pour Armel Le Cléac’h (Banque Populaire) particulièrement retardés à Aurigny.

Car tous ceux qui ont choisi (ou se sont faits emporter par le courant) de passer par l’Est du DST des Casquets ont encore plus de souci à se faire non seulement vis-à-vis du trio triomphant, mais aussi face au peloton précédent qui a pu sortir d’Aurigny en longeant le DST des Casquets par le Sud. Si la performance des « trois mousquetaires » va rester dans les annales, la dégringolade annoncée pour certains au classement général va certainement se répercuter sur l’ultime manche vers Dieppe dont le départ sera donné samedi. Il faut s’attendre à des écarts au premier colossaux, peut-être jamais enregistrés depuis la création de l’épreuve en 1970 !

Encore un tour…
Car si la course doit se dérouler sans anicroches au-devant, la suite du programme est fort peu réjouissante pour le reste de la flotte : Martin Le Pape (Skipper Macif 2017) et Michel Desjoyeaux approchent de Ouessant mais dorénavant face au flot, tandis qu’Adrien Hardy (Sans nature, pas de futur) et Tom Dolan (Smurfit-Kappa), entraînant dans leurs sillages un pack de dix concurrents, tentent un bord plus au large pour moins repousser le courant montant. Et vingt milles derrière, Morgan Lagravière (Voile d’engagement) ouvre la voie au deuxième peloton qui s’étire jusqu’au milieu de la Manche ! Les deltas deviennent abyssaux.

Surtout que le ciel ne présage rien de bon : si le miroir céleste n’arrive pas à percer une épaisse couche de nuages, la lune offre tout de même une clarté lugubre dans une atmosphère saturée d’humidité. Le vent de secteur Nord n’est pas très puissant à la côte et le tour de Ouessant lors de la soirée dernière confirme que les courants sont particulièrement puissants. Lune de miel pour les premiers ; lune de fiel pour les suivants…

Ils ont dit
Anthony Marchand – Groupe Royer-Secours Populaire
 » Le vent prend de la droite avec le courant donc on va un peu vers la côte mais le souci, c’est que ça tamponne en même temps. La renverse est en train de se faire déjà donc c’est cool, on prend un peu moins de virements et un peu plus de bords vers le large. Roscoff est pour bientôt, je zoome sur la carte pour éviter les cailloux, je sais qu’on y sera quand le jour va se lever, je n’ai pas trop regardé les classements. Alexis est resté plutôt haut, lofé, nous (avec Gildas Mahé), on a mis le gennak et tiré la barre pour aller choper moins de courant à la côte et on dirait que ça a payé, puis en plus avec le début de renverse, le vent prend de la droite donc c’est très bien. Par contre, j’ai hâte d’avoir le classement, le souci c’est qu’on tire des bords pour atteindre l’Aber Wrac’h et que les copains, eux, ils seront avec le nord-ouest, tout droit sur un bord donc ils vont reprendre un peu de milles je pense. Côté vent, ils auront du nord-ouest j’imagine, mais nous on est plutôt sur du est nord-est. On savait déjà qu’on serait assurés du podium, après on est tous les trois des éclopés de la troisième étape donc ça nous tient à cœur de récupérer quelques heures ! Au classement général, on va faire une belle remontée, c’est sûr mais j’ai un peu de mal à croire qu’avec Gildas et Alexis, on sera un, deux et trois au général mais ce n’est pas fini et on le saura que quand on saura ce qu’ils ont comme renverse. Il va y avoir plus de temps pour se reposer cette fois avant le départ de samedi, sauf que nous on aura la bière du matin, ce n’est pas top, les copains ils auront la bière du soir eux ! Je blague, ça commence à piquer, je n’ai pas beaucoup dormi sur cette étape et je suis un peu dans le rouge. »

Gildas Mahé – Breizh Cola Equi’Thé
« Elle est exigeante la nuit dans les cailloux, avec le courant, je sentais justement un peu de fatigue. On a la marée montante avec nous, on est venu jouer à terre pour la chercher. Pour le moment, on colle encore un peu aux cailloux parce qu’il n’est pas établi au large mais ça ne va pas tarder à décoller. On n’a même pas 10 nœuds, plutôt 5/7noeuds. Avec le petit clapot associé au courant, ça tape un peu, il faut être vigilant sur les réglages, on est au contact avec Anthony (Marchand), il ne faut rien lâcher. Il faut surveiller les algues. Tout à l’heure, j’ai accroché un casier, j’ai dû faire une marche arrière pour l’enlever. Heureusement, il est parti facilement. Mais oui, il y a des obstacles dans l’eau en pagailles dont les algues. Ça nous a permis de creuser un peu sur Alex. Alexis (Loison) n’est pas à des kilomètres mais on ne sait jamais, il faut rester vigilant, normalement on devrait partir avec le courant donc ca devrait pas trop traîner. Ça se joue avec Anthony. Maintenant un petit croissant et un bon café, ce sera du plus bel effet ! J’étais en train de me dire que je ferai bien un repas mais entre les virements de bords, les cailloux, les algues a éviter je n’ai pas le temps, mais je pense que j’ai le ventre creux donc ce sera bienvenu en arrivant à terre ! »

Alexis Loison – Région Normandie
« Le passage d’Ouessant ne m’a pas été très favorable, c’est le moins qu’on puisse dire, ils ont chopé du vent juste au-dessus de moi, ce qui fait que je repasse derrière eux, et ensuite c’est parti par l’avant, il a fallu que je fasse plein de marches arrières car j’étais emmêlé dans des algues donc ils se sont envolés. Après je me dis que les concurrents derrière restent assez éloignés et si cette étape conditionne le général, je m’accroche à ne pas mettre trop d’écarts avec Gildas et Anthony pour jouer la gagne sur la dernière étape. Maintenant il va falloir faire un petit louvoyage pour aller à l’île de Batz par contre la bonne nouvelle, c’est qu’on va avoir le courant favorable donc dans ce sens-là, le courant dure assez longtemps, donc normalement il devrait nous emmener jusqu’à l’arrivée. Côté vent, c’est du Nord-Est, on a du mal à faire sur un bord, là j’ai du vent pile au 45 degrés. La mer est maniable mais il y a vraiment beaucoup d’algues, de gros paquets et, tout à l’heure, je n’arrivais pas à faire avancer le bateau et, en fait, après une marche arrière, j’allais 1,5 nœuds plus vite. J’essaie de tenir sur l’élan maintenant, je ne dis pas qu’à un moment, si ça se cale sur du reaching, je ne m’allongerai pas dix minutes mais pour l’instant, ce n’est pas d’actualité. »

Classement de 5h00
1. Anthony Marchand – Groupe Royer-Secours Populaire à 22,9mn de l’arrivée
2. Gildas Mahé – Breizh Cola Equi’Thé à 0,3 mn du leader
3. Alexis Loison – Région Normandie à 4,2mn
4. Martin Le Pape – Skipper MACIF 2017 à 41,3mn
5. Michel Desjoyeaux – Lumibird 42,1 mn
6. Adrien Hardy – Sans Nature, pas de futur ! à 47,2mn
7. Tom Dolan – Smurfit Kappa à 49,1 mn
8. Benoit Mariette – Génération Sénioriales à 49,7mn
9. Benjamin Schwartz – Action contre la faim 50,1mn (Bizuth)
10. Corentin Douguet – NF Habitat à 50,2

 

 

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.