4 nouveaux décrochages du portrait présidentiel dans des mairies de la métropole de Nantes

0
3

Nantes, Ce mercredi 26 juin 2019 , 15 citoyens dont plusieurs militants du GIGNV, groupe nantais du mouvement Action non-violente COP21 (ANV-COP21), ont décroché plusieurs portraitsofficiels d’Emmanuel Macron dans les mairie(s) de Bouguenais, Haute-Goulaine, Basse-Goulaine et Saint-Herblain. Au terme de la journée, ce sont 82 portraits du président de la République qui ont étés réquisitionnés à travers le pays, par des militants du mouvement pour la justice climatique et sociale. En décrochant ces portraits et en laissant des murs vides à la place, ces activistes non-violents veulent pointer l’attitude selon eux irresponsable du président face au péril climatique et à l’urgence sociale et dénoncent la faillite du pouvoir exécutif à son rôle de protection de la population.

ortrait réquisitionné le 26 juin 2019 à la mairie de Basse-Goulaine, Haute-Gouaine, Saint-Herblain et Bougenais
par le GIGNV

Rémi Donaint, militant du GIGNV explique : « nous rapporterons les portraits du Président, une fois que le gouvernement aura pris la mesure de l’urgence climatique et du déclin de la biodiversité que ne cessent de rappeler les autorités scientifiques ainsi que les citoyens qui se mobilisent massivement depuis des mois lors des marches pour le climat. Pas question de s’en tenir à la réponse apportée par nos dirigeants aux deux millions de signataires de « l’Affaire du Siècle ». Même après ce recours juridique déposé contre l’État pour “inaction face aux changements climatiques”, la France ne cesse de décrocher des objectifs de l’Accord de Paris. Aujourd’hui même, le Haut Conseil pour le climat, juge dans son premier rapport que l’action de la France est insuffisante. Or le gouvernement n’a toujours pas amorcé le changement de cap indispensable vers une politique ambitieuse à la hauteur de la menace climatique qui n’a jamais été aussi palpable. »
Le choix de cette date du 26 juin n’est pas anodin. D’autres actions ont eu lieu ailleurs en France en soutien aux 3 prévenus d’un procès qui se tenait dans la matinée à Strasbourg, pour décrochage de portrait présidentiel. Le tribunal correctionnel alsacien a d’ailleurs décidé de relaxer les militants.

Décrochage du 26 juin 2019 à la mairie de Saint-Herblain
par le GIGNV

Au total pour l’instant, 10 procès en rapport avec la campagne #DécrochonsMacron ont été annoncés dans toute la France jusqu’en février 2020. Les prévenus risquent 5 ans de prison et 75 000 euros d’amende pour « vol en réunion ».

Selon Léa Vavasseur, « la relaxe de ce matin confirme notre pleine légitimité à agir. Hélas trop souvent les pouvoirs publics sont prompts à poursuivre et à réprimer les citoyens. Ils sont moins réactifs lorsqu’il s’agit de répondre au défi climatique. Quand ils ne font pas la sourde oreille, le président Macron et sa majorité demeurent dans l’apparence et le simulacre en créant par exemple de nouvelles instances tel qu’un « conseil de défense écologique. Désormais, il est annoncé que l’urgence climatique et écologique sera inscrite dans le texte de la loi sur l’énergie et le climat ; en revanche, aucune nouvelle mesure concrète, forte et immédiate n’apparaît ! »

 

Les militants appellent les citoyens à se mobiliser plus que jamais en passant à l’action par la désobéissance civile. Ils se sont même fixé un objectif à atteindre avant la tenue du G7 au pays basque le 24 août, de 125 portraits réquisitionnés : soit autant de jours qu’il a fallu à la France cette année pour épuiser sa part de ressources naturelles que la planète peut renouveler en un an.

Soutien à tout les militants poursuivies pour avoir demandé la justice sociale et climatique
26 juin 2019 par le GIGNV

 

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.