Pays Basque : Un rassemblement pour soutenir la libération de “Xistor”

0
2

Lundi 1 juillet 2019, Bake Bidea et les Artisans de la paix organisent un rassemblement le vendredi 5 juillet, date à laquelle le délibéré de la demande de libération conditionnelle demandée par “Xistor” sera rendu.

En partenariat avec le média Mediabask et avec leur accord nous partageons leur information

Chaine humaine en soutien au processus de rŽsolution du conflit ˆ Biarritz, le samedi 8 juin 2019.

Sous le slogan « Paix en Pays Basque. Maintenant les prisonniers », les deux mouvements qui luttent pour le respect des droits des prisonniers basques appellent à une mobilisation le vendredi 5 juillet à 18h30, devant la sous-préfecture de Bayonne.

Incarcéré depuis 30 ans, « Xistor » Haramboure est condamné à la réclusion criminelle à perpétuité. Sa demande avait été étudiée le 7 mai dernier et le procureur s’était opposé à sa libération. Pour Bake Bidea et les Artisans de la paix, « le temps passe et le temps presse », et cela exige une action rapide. Ainsi, les deux organisations demandent à aller jusqu’au bout des rapprochements et de la levée des statuts DPS (détenus particulièrement signalés). Elles revendiquent par ailleurs la libération de Xistor Haramboure, Jakes Esnal, Jon et Unai Parot qui en sont à leur trentième année de détention.

Pour rappel, Unai Parot, Ion Parot, Xistor Haramburu et Jakes Esnal avaient été arrêtés en 1990. Ion Parot, Xistor Haramburu et Jakes Esnal ont été condamnés sur l’Hexagone à la réclusion criminelle à perpétuité. Unai Parot a été condamné à 30 ans de prison en Espagne (il est sous le coup d’une autre condamnation de 10 ans). En avril 2019, ils ont entamé leur trentième année d’incarcération.

Or, leur condamnation à perpétuité est assortie d’une période de sûreté, de 18 ans pour Haramboure et Esnal et de 15 ans pour Ion. Cela veut dire que depuis 2008 dans le cas des deux premiers, et depuis 2005 pour le dernier, ils pourraient être libérés sous conditionnelle. Ils ont fait plusieurs demandes de libération conditionnelle qui ont toutes été refusées, cinq fois pour Ion Parot, une fois pour les deux autres.

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.