Diwan : lyncher et détruire des enseignants constituent-ils une pratique normale ?, par Bertrand Deléon

Nous avons reçu un communiqué de presse de Bertrand Deléon que nous publions dans son intégralité pour respecter la libre expression.

Rédaction 7seizh

~~~

Communiqué de presse
de Bertrand Deléon

 

Diwan : lyncher et détruire des enseignants constituent-ils une pratique normale ?

 

Le conseil d’administration de Diwan s’interroge sur la question de se constituer partie civile pour mon procès en appel. Voilà ce qu’a reçu l’ensemble des écoles du réseau en cette rentrée des classes à travers un compte-rendu de CA écrit en français seulement. Plusieurs membres de l’association Diwan viennent de m’en alerter et je ne peux rester muet face à ce qui s’apparente encore une fois à du harcèlement et une cabale de la part de la direction et du conseil d’administration des écoles Diwan.

Pour mémoire, je suis accusé d’avoir serré trop fort le bras d’un enfant ayant pris part à de deux altercations consécutives entre élèves dans la cour de l’école. Je récuse la totalité des faits qui me sont reprochés. Et si j’apprenais qu’un adulte avait commis ce geste pour séparer les enfants, le bon sens m’obligerait à reconnaître avant tout l’utilité de l’intervention, qui n’a rien à voir avec des coups volontaires, plutôt que de laisser des enfants se battre.

A partir de là, mon nom a été jeté en pâture dans un triste mélange de références personnelles, politiques, syndicales et professionnelles. Des témoins en ma faveur ont été menacés dans cette affaire et la directrice du réseau a écrit à l’ensemble des parents d’élèves pour défendre la directrice locale qui n’a pourtant pas été mise en cause dans la première audience. Pour m’empêcher de réintégrer ma classe, celle-ci a été vidée plus d’un mois avant la fin de l’année scolaire : imaginez aussi le traumatisme pour les enfants !

A ce titre, je subis depuis des années une pression hostile dans cette école ; j’ai dû accepter l’inacceptable. Des faits que je ne voudrais rendre publics pour ne pas nuire plus au réseau mais, si justice il y a, la vérité finira par éclater au grand jour. Ce ne pourra être qu’un mal pour un bien.

D’année en année, la liste des salariés au service des écoles Diwan se sentant maltraités s’allonge. Je souhaite de tout mon cœur que Diwan grandisse de manière exponentielle mais sainement. Pour caricaturer, la condition largement partagée est que sa réputation à l’égard des personnels quels qu’ils soient ne rivalise avec celle des entreprises du CAC40. Or, je crains que les pressions et les conflits non réglés rencontrés dans les écoles ne soient responsables d’une prochaine baisse d’effectifs. Ils sont pointés du doigt depuis des années ; on ne peut les isoler du fonctionnement même du réseau. Le constat alarmant du départ d’enseignants, de familles et par conséquent d’élèves doit être un signal fort : la réussite Diwan est en péril. Ce fléchissement de la courbe de croissance de Diwan dénote une absence de remise en cause de ses responsables.

Bertrand Deléon.

Diwan : ur mont en-dro reizh e vefe linchañ ha distrujañ kelennerien ?

 

Kuzul merañ Diwan zo o klask gouzout hag-eñ ez ay da gevrenn geodedel evit ma frosez engalv. Sed aze pezh zo bet degemeret dre zanevell ar c’hKM diwezhañ gant holl skolioù ar rouedad en distro-skol-mañ, anezhi skrivet e galleg hepken. Sachet e oa bet ma evezh war gement-mañ gant meur a ezel eus ar rouedad ha ne c’hallan ket chom mut pa denn an dra-se da harellerezh ha d’ur c’havailh ouzhin ur wezh ouzhpenn, gant renerezh ha kuzul merañ ar skolioù Diwan.

Da zegas soñj e vez tamallet ouzhin bezañ stardet brec’h ur bugel betek re da-heul div dagadenn diouzh renk etre skolidi ma oa bet-eñ lodek e porzh ar skol. Nakat a ran an holl fedoù rebechet ouzhin. Ha pa teskfen e vije un den gour bet oc’h ober peadra da zispartiañ an eil bugel diouzh egile, kentoc’h eget laoskel bugale oc’h en emgannañ, e anavezfen talvoudegezh an emelladenn dre skiant vat. Emellañ evit herzel n’eo ket da vezañ lakaet a-live gant taolioù graet a-zevri-bev.

Diwar-se eo bet taolet ma anv da zebriñ d’an darn vrasañ, dre ur meskailhez a ditouroù personel, politikel, sindikad ha micherel. Gourdrouzet ez eus bet testoù em gounid en afer-mañ ha renerez ar rouedad he deus skrivet d’an holl dud ar vugale evit mont da zifenn ar renerez lec’hel pa n’oa ket bet tamallet da zeiz ar breudoù kentañ. Da virout ouzhin a vont em c’hlas en-dro ez eus bet goullondoret koulz lavaret pep tra dioutañ ouzhpenn ur mizvezh kent dibenn ar bloavezh-skol : gouzout a rit a-walc’h pegen feuket e oa bet ar vugale ivez !

Kement ha bezañ gant ar gwask er skol-se, unan galen her gouzañvan ken em eus asantet kement tra na c’haller ket degemer enni. Ne vennfen ket o embann evit chom hep noazout ouzh ar rouedad met, ma vez ar justis anezhi, ar wirionez a vo lakaet da skediñ deiz-pe-zeiz. Ober kant vad a rafe an droug-se.

A vloaz da vloaz e kresk listennad ar c’hopridi a soñj dezho bezañ gwallgaset pa labouront evit Diwan. A-wir-galon e fell din e kresko Diwan en un doare divent gant ma vez yac’h. Da lavarout amplik e vez rannet gant pep hini ar youl ne ‘z afe ket da vrud Diwan hini embregerezhioù ar c’hCAC40 e-keñver o c’hopridi, forzh pe gevrat dezho. Hogen e soñj din en em gavo ar gwask-se ha kement bec’h chomet a-ispilh er skolioù gant un digresk a niver a skolidi. Abaoe bloavezhioù e vez lakaet ar gaoz war an diaesterioù-se na c’haller dispartiañ diouzh mont en-dro ar rouedad he-unan. Stadañ gant kerse bras ez eus kelennerien, familhoù ha bugale d’o heul o vont kuit a zle bezañ kement hag ar c’hloc’h galv p’emañ berzh-mat Diwan ur vag en argoll. Kresk Diwan o stouiñ a daol ar brall war he atebeien a rankfe kas ur preder all.

 

Bertrand Deléon.

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.