Naufrage des coques Maersk : une enquête en eaux troubles ?

Mercredi 11 septembre 2019,Pourquoi les Journalistes Danois, qui nous ont contactés ce jour 11 septembre 2019,  ne peuvent-ils pas avoir accès aux documents fournis par l’armateur MAERSK au Ministère de l’environnement Français sur les conséquences du naufrage rappelé ci-dessous ? Pour l’association MOR GLAZ, les résultats des prospections « surveillances » effectuées par MAERSK sur ces « ses » coques devraient être rendues publiques !

Dans la nuit du mercredi 21 au jeudi 22 décembre 2016, deux coques de navires  appartenant à l’armateur Danois MAERSK avaient fait naufrage au large de l’Île de Sein (Finistère).

Le MAERSK Shipper et le MAERSK Searcher étaient des bateaux de ravitaillement des plates-formes en mer, de 82 m de long. Tirés à couple par un « remorqueur », le MAERSK Battler, ils faisaient route vers Aliaga, en Turquie, afin d’y être démantelés.

« La lecture du rapport Danois (équivalent du bureau enquêtes accidents mer en France) révèle les circonstances diverses accumulées, non professionnelles ni respectueuses d’aucune règle de remorquage : des personnes responsables, qui en fait, l’ont si peu été ! Le rapport Danois parle de :

-« Bricolage inefficace » page 28 du rapport, il y a l’état des fluides à bord. Pour l’un des navires : 78 tonnes de sludge, 40 de fuel, 22 d’huile, 12 indiquées puisard, 6 de fluides hydraulique et même un de cargo (huile).  95 tonnes de fluides (sludge, fuel, huile) dans les épaves !  « Moins sur l’autre navire, mais 95 tonnes en tout. Pratique indiquée au rapport comme habituelle. Il nous est donc permis de douter de l’authenticité du passeport vert qui avait été fourni aux autorités françaises et à toute pollution écartée de ses deux coques qui reposent au large des côtes bretonnes ! « La législation européenne impose que des navires qui partent vers un chantier de déconstruction sous remorque, soient vidés des hydrocarbures y compris les carters des moteurs.

L’association MOR GLAZ avait attiré l’attention de la Ministre de l’Environnement Madame Ségolène Royal sur la composition et la dangerosité de ce convoi, sur le fait que l’armateur avait agi tel un amateur et que son comportement dans cette affaire avait été semblable aux pires « pseudo-armateurs ».

La réaction de la ministre de l’Environnement fut immédiate (moins de 24 heures) : le 3 mars 2017, à sa demande, trois membres du bureau de l’association MOR GLAZ furent entendus à Brest par trois hauts fonctionnaires.

L’association MOR GLAZ  demande que des comptes rendus sur l’état des coques fassent l’objet régulièrement d’une communication !

 

Pour l’association MOR GLAZ

Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

WWW.MORGLAZ.ORG

 

 

 

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.