Brest : Les Jeux Olympiques de Tokyo 2020 dans le viseur

Brest, mercredi 4 décembre 2019, Si la première partie de saison a été chargée pour les membres du Pôle France Voile de Brest, la seconde n’a pas été moins dense, avec notamment les Championnats de France Elite. Lors de ces épreuves, les athlètes de la structure Finistérienne ont particulièrement brillé, s’illustrant dans l’ensemble des séries où elle était représentée et décrochant un total de neuf médailles. Reste qu’à présent, tous ont le regard tourné vers les Jeux Olympiques de Tokyo 2020. Pour l’heure, si Camille Lecointre et Aloïse Retornaz ont d’ores et déjà leur ticket pour Enoshima, d’autres sportifs ont encore leur chance de décrocher leur sélection pour les J.O., en Laser femme, en planche à voile RS :X homme et en Nacra 17 mixte. Dans cette dernière série, le championnat du Monde qui s’est ouvert ce mardi en Nouvelle-Zélande, revêt d’autant plus d’importance qu’il doit permettre aux équipages tricolores de qualifier la nation pour le Japon. Pour tous, les Mondiaux 2020 qui se tiendront en février en Australie seront naturellement scrutés à la loupe par le comité de sélection de la Fédération Française de Voile qui décidera ensuite des noms à proposer au Comité International Olympique.

© Ronan Gladu

Carton plein aux championnats de France Elite

Que ce soit à La Madine pour les 470, à Maubuisson pour les Laser ou en baie de Quiberon pour les planches à voiles RS :X, les championnats de France Elite ont parfaitement réussi aux sociétaires du Pôle France Voile de Brest. Ces derniers ont, en effet, décroché un total de neuf médailles : deux en or (Camille Lecointre et Aloïse Retornaz en 470 féminin puis Pierre Le Coq en RX :S 9.5), deux en argent (Marine Riou en 470 féminin puis Titouan Le Bosq en RS :X 9.5) et cinq en bronze (Thomas André et Corentin Bretagne en 470 masculin, Clément Bourgeois en RS :X 9.5, Hélène Noesmoen en RS :X 8.5, Marie Bolou en Laser Radial puis Léon Morvan en Laser).

« Des podiums ont été réalisés dans chacune des disciplines où le Pôle était représenté. C’est évidemment une satisfaction pour nous », ont commenté les dirigeants de la structure, relevant notamment le triplé chez les RS :X hommes. « Ces bons résultats valident le travail de l’ensemble des entraîneurs, des préparateurs physique et mental, de l’équipe médicale mais également de toutes les personnes qui nous aident à a mise en place des aménagements scolaires et post-Bac (études supérieures) », précisent les cadres fédéraux qui ne peuvent qui se féliciter de la belle dynamique collective de la structure.

Une dynamique qui se ressent chez les Séniors, mais aussi chez les Jeunes, en témoignent notamment les performances prometteuses de Jade Bruché, médaillée de bronze au championnat d’Europe et d’or au championnat du monde de Bic Techno 293, puis nommée au Trophée Espoirs de la FFVoile 2019. « Jade s’entraîne au Pôle depuis septembre dernier. C’est un espoir montant et elle ne cesse de le confirmer d’autant que parallèlement elle a été sacrée championne de France de Windfoil », précise Mathieu Deplanque, coordinateur du Pôle, rappelant que lors de la conférence annuelle de la World Sailing qui s’est déroulée le mois dernier, il a été confirmé qu’après trois olympiades, la RS:X sera remplacée par l’iFoil aux Jeux de Marseille 2024.

Des échéances importantes en vue des J.O. de Tokyo 2020

C’est un fait, les Jeux Olympiques de Tokyo approchent à grands pas, mais avant cela des échéances importantes attendent les athlètes du Pôle France Voile de Brest ces prochaines semaines. Certains sont même actuellement sur des évènements d’envergure. C’est notamment le cas de Marie Riou qui, ce mardi, à Auckland, en Nouvelle-Zélande, a entamé le Mondial Nacra 17. Un championnat à l’issue duquel cinq nouvelles nations seront qualifiées pour les Jeux. « La France doit encore aller chercher sa place dans cette série. Marie, toujours associée à Billy Besson, a donc un double objectif car en plus d’essayer de sélectionner la nation, elle doit aussi réussir à performer pour marquer des points auprès du comité de sélection pour les J.O.. », expliquent les cadres techniques, soulignant que le championnat du Monde 2020 de la classe se tiendra quasiment dans la foulée, en février, et sera également une épreuve majeure dans le calendrier de la Brestoise, tout comme la World Cup de Gênes programmée en avril, où en cas d’échec cette semaine, une place restera encore en jeu pour la nation.

« Les mois qui viennent vont être chargés d’enjeux. Il est certain que les Mondiaux, qui, pour pratiquement toutes les séries, auront lieu en février en Australie (Geelong pour les Nacra 17, Sorrento pour les RS :X ou encore Melbourne pour les Laser) seront, on peut l’imaginer, relativement déterminants pour le comité de sélection », relatent les dirigeants du Pôle qui peuvent légitimement placer des espoirs de qualifications sur Marie Riou, on l’a dit, mais également Pierre Le Coq et Louis Giard en RS :X, sans oublier Marie Bolou en Laser Radial et le jeune Clément Bourgeois (il a fêté ses 22 ans ce mardi) en planche à voile. « Tous les deux viennent d’intégrer l’équipe de France et sont également dans la course pour une sélection », indique François Jaouen, Président du Pôle France Voile Brest qui va donc suivre avec attention ses « poulains » ces prochaines semaines.

 

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.