Brest-Coronavirus : Un arrêté Préfectoral interdirait à deux navires d’effectuer leurs arrêts techniques à Brest. La folie, la panique l’emportent face au COVID-19

Brest, samedi 14 mars 2020,Comme chacun le sait l’Association MOR GLAZ défend les Marins, les activités maritimes, toutes les activités maritimes respectueuses de l’Homme et de l’Environnement ! Nous défendons inlassablement depuis 20 ans les ports Bretons, la construction, la réparation, la déconstruction navale, le développement de nos ports Bretons et autres activités liées à la Mer.

Nous savons de bonnes sources, que le chantier de réparation navale à Brest pourrait « subir » une perte de 22 à 23 millions d’euros. Deux paquebots les « EXPLORER OF THE SEAS » et « ANTHEM OF THE SEAS » devaient effectuer leurs arrêts techniques à Brest fin mars et début mai 2020, mais:

-« Un arrêté Préfectoral interdirait à ces deux navires d’effectuer leurs arrêts techniques à Brest. La folie, la panique l’emportent face au COVID-19 sur toute logique en cette période particulière.
Il suffirait, d’appliquer les mêmes règles préventives et sanitaires aux Marins qui seront embarqués à bord de ces deux navires en arrêt technique, qu’aux Marins à bord des navires en escale. Ci-dessous la note des Officiers de port est explicite :
• contrôle de la provenance des navires (peu probable de la Chine),
• contrôle des listes équipage,
• alerter l’astreinte si équipage chinois dans un premier temps et autres origines si nécessaire ou demandé (extension du virus aux Philippines par exemple),
o si oui, demander au capitaine s’il y a eu une relève d’équipage ces deux dernières semaines,
o vérifier ou réclamer (si absente) la Health déclaration,
o alerter l’astreinte DML,
o prévoir mouillage d’attente.
Ce qui est appliqué pour les Marins à bord des navires en escale nous parait être justifié, suffisant et nécessaire. Appliquons les mêmes prudences aux navires en arrêt technique. D’interdire les arrêts techniques de ces deux navires et autres peut avoir une suite désastreuse !… Dans ce secteur un client perdu est souvent perdu à jamais. La réparation navale Brestoise vient de loin, elle a bien failli sombrer plusieurs fois, sa pérennité est fragile, inutile de la fragiliser un peu plus !

L’Association MOR GLAZ souhaite que cette interdiction soit révisée puis levée si possible. Tous les services et acteurs portuaires Brestois doivent être consultés « entendus ». Attention aux conséquences irréversibles ! Sans la réparation navale et industrielle sur le port de Brest, c’est une grande partie de la vie Économique, Sociale et Industrielle locale et plus largement qui serait impactée, réfléchissons sérieusement aux conséquences pour Brest et sa Région !

Pour l’Association MOR GLAZ
Le Président Jean-Paul HELLEQUIN
WWW.MORGLAZ.ORG

 

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.