Donatien Laurent est décédé : aet eo en tu all d’ar vuhez…

Mercredi 25 mars 2020, Né en 1935 d’un père brestois et d’une mère nantaise, Donatien Laurent,  fut l’un des grands spécialistes de la littérature orale du breton et considéré comme une référence par beaucoup. Il a fait partie du mouvement scout breton Bleimor à Paris dont il fut l’un des premiers cadres. Il intégrera, à la suite de son frère Loeiz, le bagad Bleimor, dont il en deviendra penn soner. Homme de grande foi, Lizig Géraud dira de lui “qu’il était un des rares scouts Bleimor a être resté dans l’idéal Bleimor”.

Donatien Laurent a été directeur de recherche au CNRS (Centre national de la recherche scientifique) et ethnologue. Il fut à l’initiative de la création du département d’ethnologie à l’Université de Brest. Membre du CRBC (Centre de recherche bretonne et celtique) au tout début de sa création et dont il a été le directeur de 1987 à 1999, il a donné un élan majeur à la recherche sur la culture bretonne. Ses recherches sur le Barzaz Breiz ont éclairé les connaissances sur la littérature orale en Bretagne et en Europe. Citons aussi son enquête sur la gwerz Pardon Sant Fiakr sur le sujet de la mort de Louis Le Ravallec, gwerz collectée par Hersart de La Villemarqué ou encore son travail sur le calendrier celtique et sur la Troménie de Locronan.

A la suite de ce travail sur le Barzaz Breiz, Eva Guillorel et Donatien Laurent auront pu travailler, en lien avec l’un de nos collaborateurs – Youenn Caouissin – propriétaire de ce fonds, sur le Barzaz Bro Léon, initié en 1905 par l’abbé Yann-Vari Perrot.

A 85 ans, après une vie remplie couronnée par la remise du collier de l’hermine qu’il avait reçu en 2010 pour tout ce travail, il s’est éteint la nuit dernière durant son sommeil. Il laisse un héritage important. Roland Becker témoigne  ainsi sur Facebook : “Merci Monsieur Laurent de m’avoir tant épaulé pour analyser la culture orale et la tradition musicale en Bretagne. Merci encore de m’avoir aidé à mieux comprendre le répertoire des sœurs Goadec et remonter aux origines des fameuses Gousperoù ar raned “.   De nombreuses personnes ont pu comme Roland Becker le croiser et travailler avec lui. Et c’est sans aucun doute que ses funérailles auraient vu venir une assemblée importante, si les conditions actuelles du confinement dû à l’épidémie n’imposaient pas des obsèques dans la stricte intimité.

Nous ne pouvons que rappeler ce texte qu’il a composé – Gwerz an ene reizh -et qu’Alan Stivell avait mis en musique dans son album 1Douar sous le titre Aet on, et chanté ici par Gwendolenn Caouissin-Clodoré lors des obsèques d’Alan J. Raude :

Aet on ‘tu all d’ar vuhez
Da heul ma hent evidon me
Ganeoc’h tud holl e joman
Breman ha da viken

Beauty of the things around here
To you a litle I would offer
The brightness of the light
But love you in mind only I can, only can I.

N’ouelit ket n’omp ket disrann
Emaon e C’Hwezh an Hollved
Heb aon na poan a-gevret
Bepred e vimp unvan

Beauty of the things around here
To you a Little I would offer
The brightness of the light
But love you in mind only I can, only can I

Kaer, kaer an traoù dre aman
Deoc’h un tamm dioute ‘ginnigfen
Sklaer, sklaer ar gouloù dre-man
Nemet ho karout e c’hellan

 

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.