Douarnenez : pendant le confinement, la casse du service public continue

Jeudi 16 avril 2020, Le projet de suppression, tel que décidé par l’inspection académique, d’une classe à l’école Victor-Hugo à Douarnenez entraînera de facto une surcharge conséquente des effectifs d’élèves dans les classes avec des conséquences négatives sur l’apprentissage des enfants et les conditions d’enseignement des personnels éducatifs.

Au moment ou l’on parle de projet de revitalisation du centre-ville de Douarnenez, de densification et d’amélioration de l’habitat ancien, où les jeunes couples concernés par cette politique vont-ils scolariser leurs enfants ? Cette politique de revalorisation censée freiner une baisse démographique doit s’appuyer sur des services publics en nombre et de qualité. La suppression d’un poste à Victor-Hugo va induire logiquement l’augmentation du nombre d’élèves par classe et la baisse d’attractivité d’un centre-ville qui attend avec impatience une politique municipale plus dynamique.

 

Maxime Touzé, responsable de la section UDB Ouest Cornouaille – Kornôg Kerne

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.