Une politique de santé Alsacienne!

Lundi 20 avril 2020, La gestion des hôpitaux et la santé doivent-elles être en Alsace une compétence exclusive d’une collectivité territoriale à statut particulier?

Le quotidien national Le Figaro publiait il y a quelque temps un article élogieux sur la coopération transfrontalière dans l’espace rhénan ayant permis de sauver de nombreuses vies alsaciennes.

Devant la saturation constatée dans les hôpitaux alsaciens, les élus alsaciens ont en plus de la demande de transfert des patients alsaciens vers d’autres régions françaises sollicité l’aide de nos amis germanophones.

La présidente du conseil départemental du Haut-Rhin, Brigitte Klinkert, bilingue franco- allemand, a ainsi pris contact avec les dirigeants des Länder allemands limitrophes ainsi qu’avec les dirigeants des cantons suisses de Bâle-Ville et Bâle-Campagne. En fait certains hôpitaux allemands comme ceux de Fribourg (Freiburg) sont situés à quelques kilomètres de l’autre côté de la frontière. Pour une fois, ces échanges se sont faits sans la lourdeur de la bureaucratie et de l’administration française dont une simplification de l’organisation apporterait plus de lisibilité aux différentes instances représentatives de nos concitoyens.

Pourquoi la question d’un éventuel transfert a-t-elle dû être vue avec le président du Grand- Est ainsi qu’avec le premier ministre Édouard Philippe ? Pourquoi demander l’approbation d’élus si loin de la réalité sanitaire alsacienne ? En quoi Paris peut-il savoir l’ampleur du sinistre en Alsace ?

Le temps viendra après l’union nationale nécessaire en temps de crise aiguë de tirer le bilan des fautes commises ayant entrainé une réponse tardive du gouvernement français . Les Alsaciens ont également appelé de leur cœur à travers différents sondages des politiques plus proches des citoyens et des préoccupations locales. Les Alsaciens désirent ardemment un transfert massif de compétences de l’État français et de la région Grand-Est vers une collectivité territoriale alsacienne qui ne serait pas qu’un artifice juridique mais dotée de réelles prérogatives : santé, éducation, coopération transfrontalière…autant de compétences qui reviennent aux Länder allemands et aux cantons suisses.

La question se pose également de ce qui sera fait à l’issue de cette crise sanitaire sans précédent : une coopération européenne et a fortiori transfrontalière sera-t-elle promue et encouragée par l’État Français ? Les moyens d’y parvenir seront-ils mis en place ? Il serait illusoire de penser qu’une coopération forte pourrait être actionnée depuis Paris, celle-ci doit nécessairement passer par les spécialistes des territoires concernés dotés de réels pouvoirs de décision dans le cadre d’une délégation. La grande région compte aujourd’hui une quarantaine de traités mais un grand traité de coopération et d’entraide transfrontalière ne serait-il pas souhaitable et demandé par les populations locales des deux côtés du Rhin ? L’échange de données scientifiques et une collaboration des structures médicales et hospitalières sera-t-il à l’ordre du jour des prochains sommets européens et franco-allemands ?

Enfin, la connaissance de la langue du voisin est bien évidemment et manifestement un élément clé de l’entraide qui est visible actuellement. L’apprentissage de l’allemand standard (Hochdeutsch) et de sa variante locale, l’alsacien, dialecte maternel millénaire des Alsaciens sera-t-il fortement favorisé ? Cet apprentissage ne peut que passer par un enseignement tendant vers un bilinguisme généralisé et par un accroissement de l’usage de l’allemand, décrié au lendemain de la seconde guerre mondiale dans l’espace public alsacien .Les différents dialectes alsaciens ne sont pas seulement la langue de notre voisin immédiat mais bien les langues maternelles de nos contrées dont le haut allemand n’est autre que la version écrite. Des amis badois me disaient que l’alsacien est pour eux un dialecte germanique parlé avec un accent français.

L’Allemagne a su démontrer que le fédéralisme n’est pas un frein à une réponse rapide et proche du terrain bien au contraire. Les ministres-présidents (Ministerpräsidenten) des différents Länder se sont réunis autour d’Angela Merkel à plusieurs reprises ces dernières semaines pour adopter des mesures conjointes à l’échelle fédérale en donnant la possibilité d’adaptations au niveau local. L’Alsace va-t-elle alors retrouver une forme administrative capable de répondre aux défis de demain et aux attentes de ses habitants ?

Lien vers l’article du Figaro:
https://www.lefigaro.fr/politique/en-alsace-la-cooperation-transfrontaliere-a-sauve-des-vies-20200416.

source : article unserland.org

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.