Home Actualité Information Bretagne - 7seizh.info Economie 2020 : une année de défis pour Brittany Ferries

2020 : une année de défis pour Brittany Ferries

2020 : une année de défis pour Brittany Ferries
© Brittany Ferries

Roscoff, lundi 11 mai 2020, Lors de son Assemblée Générale du 5 mai, Brittany Ferries a rappelé que le tourisme faisait partie de son ADN et a souligné sa contribution économique majeure aux régions qu’elle dessert.

© Brittany Ferries

Ce mardi 5 mai 2020, Brittany Ferries a présenté ses résultats 2019 à ses actionnaires à l’occasion d’une Assemblée Générale. Ils témoignent du rôle déterminant que joue la Compagnie dans le développement économique et touristique des régions Normandie, Bretagne, Pays-de-la-Loire et Nouvelle Aquitaine.

Jean-Marc Roué, président de Brittany Ferries, a rappelé que l’histoire de Brittany Ferries est intrinsèquement liée à celle des régions qu’elle dessert, de façon pérenne, depuis sa fondation.
« En cette période de crise sanitaire sans précédent, Brittany Ferries revient à ses origines en assurant le transport de marchandises essentielles entre les pays, telles que les denrées alimentaires produites dans le Grand Ouest (notamment les fruits et légumes), des médicaments et du matériel médical. Il n’en demeure pas moins, – et l’on ne saurait l’oublier -, que l’activité touristique que nous portons chaque année contribue significativement au développement des régions du nord-ouest de l’Hexagone ».

« Le tourisme généré par les centaines de milliers de voyageurs britanniques et irlandais que nous transportons est essentiel au développement touristique et économique des territoires. Bien plus qu’un simple transporteur, nous sommes parties-prenantes de l’essor de l’industrie touristique. En bref, nous sommes sans conteste des créateurs de richesse pour les collectivités et pour l’État. C’est près de 600 millions d’euros que dépensent, chaque année, nos clients sur le territoire national, dont 100 millions vont au budget de l’État au titre de la TVA ».

Avant la crise sanitaire, Brittany Ferries exploitait une flotte de 12 navires sur 12 lignes maritimes reliant la France, le Royaume-Uni, l’Irlande et l’Espagne. Le trafic passagers est interrompu en Europe et les frontières sont fermées.

Depuis le 19 mars, la Compagnie ne transporte plus que du fret avec 5 navires assurant les lignes maritimes de Caen/Portsmouth, Cherbourg/Portsmouth, Santander/Portsmouth, Bilbao/Poole et Bilbao/Rosslare.

Chiffres clés
Pour l’exercice 2019, Brittany Ferries a généré un chiffre d’affaires de 469 millions d’euros et a accueilli 2,49 millions de voyageurs à bord de ses navires, soit une baisse de 4,9% par rapport aux résultats de 2018.

Près de 866 000 véhicules de tourisme ont été transportés, chiffre en baisse de 5% par rapport à l’exercice précédent. Le fret accuse une légère baisse de 1,9% avec 202 000 véhicules transportés.

Les volumes fret et passagers ont notamment souffert des incertitudes engendrées par les trois reports successifs du Brexit.

Brittany Ferries, acteur et partenaire du développement touristique et économique des régions
Depuis le lancement de son activité de tour-opérateur il y a 42 ans de cela (1978), la Compagnie bretonne contribue largement au développement économique des régions françaises qu’elle dessert. Elle s’est très tôt inscrite comme opérateur touristique majeur pour l’ensemble des collectivités concernées, les ouvrant aux tourismes britanniques et irlandais.

Avec son centre Atalante de Saint-Malo qui promeut la Destination France, Brittany Ferries a accompagné – comme depuis plusieurs années déjà – l’État et les collectivités territoriales dans leurs politiques d’attractivité touristique, offrant des gammes d’hébergements les plus étendues du marché pour les voyageurs britanniques et irlandais.

En 2019, 857 000 voyageurs Brittany Ferries ont ainsi dépensé plus 586 millions d’euros dans l’Hexagone avec la réservation de 8,7 millions de nuitées en hôtels, gîtes, campings et résidences de vacances.

En Bretagne, où se situe le siège social de la Compagnie, on enregistre une légère baisse de fréquentation avec 282 000 voyageurs Brittany Ferries. La baisse de 13 000 visiteurs depuis 2018 résulte, entre autres raisons, du climat d’incertitude lié au Brexit pour des Britanniques représentant 85% du trafic total. Les voyageurs Brittany Ferries ont cependant dépensé 151 millions d’euros en 2019, soit 2,2 millions de nuitées.

La Normandie a également souffert d’une baisse de fréquentation avec 203 000 visiteurs. Néanmoins, ces derniers ont généré une dépense totale de 74 millions d’euros en 2019 (contre 219 000 visiteurs pour une dépense de 78 millions d’euros en 2018).

Les Pays-de-la-Loire enregistrent une notable augmentation en 2019, passant de 143 000 à 162 000 visiteurs. Les voyageurs Brittany Ferries y ont d’ailleurs dépensé 90 millions d’euros en 2019, soit 1,3 millions de nuitées.

La Nouvelle Aquitaine conforte enfin son attractivité touristique auprès des voyageurs Brittany Ferries, avec 230 000 visiteurs, 2,4 millions de nuitées et plus de 160 millions d’euros dépensés.

La dévaluation continue de la Livre Sterling face à l’Euro depuis 2016, année référendaire du Brexit, continue d’impacter le pouvoir d’achat des Britanniques. Elle obère d’autant leur budget vacances dans ces quatre régions desservies par la Compagnie.

2020 : une année de défis pour Brittany Ferries
Le Royaume-Uni a quitté l’Union européenne le 31 janvier 2020. Une nouvelle période de transition s’est ouverte pour 11 mois afin de trouver un accord sur la relation future. Ce départ représente un défi supplémentaire pour Brittany Ferries, déjà exposée à la crise du COVID 19. Tout pourrait basculer à la date du 31 décembre 2020. Si aucun accord n’est trouvé, le Royaume-Uni se verrait appliquer les règles de l’Organisation Mondiale du Commerce entraînant le paiement de droits de douanes et le renforcement des contrôles douaniers.

Brittany Ferries doit donc simultanément anticiper son offre auprès de sa clientèle britannique pour l’Après Brexit, mais également conforter l’attractivité enregistrée auprès du public irlandais. « Du Royaume-Uni à l’Irlande jusqu’aux ports normands et bretons, les personnes et les biens doivent pouvoir circuler librement pour que nous puissions nous remettre de la crise actuelle. C’est notre objectif majeur à l’approche de la saison 2021 », insiste Jean-Marc Roué.

Pour maintenir son attractivité, la Compagnie maintient le plan de renouvellement de la flotte qu’elle avait amorcé en 2017. C’est un défi victorieux que de confirmer la commande de nouveaux navires dans cette période difficile pour tous les opérateurs touristiques.

Quatre ferries sont en effet attendus :

Le Galicia (Royaume-Uni/Espagne) dont la livraison est prévue en juillet pour une entrée en service en novembre 2020 ;
Le Honfleur (France/Royaume-Uni) dont la livraison est retardée : la crise sanitaire du COVID 19 a renforcé les difficultés financières du chantier FSG. Ce dernier est en redressement judiciaire et son refinancement est en passe d’être trouvé ;
Le Salamanca (Royaume-Uni/Espagne) dont la pose de la quille a eu lieu en avril 2020 ;
Le Santoña (Royaume-Uni/Espagne) dont l’entrée en service est toujours prévue en 2023.
Trois d’entre eux seront propulsés au Gaz Naturel Liquide (GNL), réaffirmant ainsi l’entrée de la Compagnie dans l’ère de la transition énergétique.

« Nous avons investi dans notre flotte, dans la qualité de son renouvellement. Et avons pris un engagement clair envers les régions que nous desservons », a souligné Christophe Mathieu, Président du Directoire. « Nous avons traversé de nombreuses tempêtes au cours de nos 47 ans d’histoire et nous sommes maintenant préparés pour l’avenir. J’en suis convaincu, nous reprendrons bientôt les traversées passagers, je l’espère dès cette saison estivale. Toutes les mesures sanitaires nécessaires seront mises en place, tant dans nos gares maritimes qu’à bord de nos navires, afin d’accueillir les passagers dans les meilleures conditions dès qu’ils pourront à nouveau voyager ! D’autant que, face à nos concurrents aériens et ferroviaires, nos ferries constituent, et de loin, le mode de transport le plus adapté aux règles de distanciation tant sociale que sanitaire pour traverser la Manche ! »

Enfin, Jean-Marc Roué s’est montré confiant auprès de ses actionnaires quant au soutien que les Pouvoirs publics apporteront au Pavillon français et à sa Compagnie pendant cette crise sanitaire, économique et sociale : « Au dernier jour de ma présidence d’Armateurs de France, en avril dernier, j’ai moi-même appelé nos dirigeants à lancer un Plan Marshall pour le shipping français. Le Gouvernement a commencé à nous répondre avec un premier dispositif d’aides pour le Transmanche. Nous allons également candidater aux dispositions qu’offrira le Plan spécifique pour l’Industrie du tourisme annoncé par le Président de la République. Premier employeur de marins français, je saurai me battre pour défendre Brittany Ferries et le modèle qu’elle incarne ! »

Brittany Ferries en quelques chiffres

Compagnie française. 1er employeur de marins français. Entre 2 400 et 3 100 collaborateurs selon la saisonnalité (dont 2000 marins). Chiffre d’affaires : 469 millions d’euros/an. 2,49 millions de passagers dont 85% de Britanniques. 866 000 voitures. 202 000 camions. 6 000 emplois indirects. 12 navires. 12 routes maritimes desservies entre la France, le Royaume Uni, l’Irlande et l’Espagne. 12 ports : Roscoff, Saint-Malo, Cherbourg, Caen-Ouistreham, Le Havre, Plymouth, Poole, Portsmouth, Cork, Rosslare, Santander, Bilbao.

 

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
7seizh.info

GRATUIT
VOIR