Après la convention citoyenne pour le climat, deux ONG réclament un vrai moratoire de la 5G

Mardi 23 juin 2020, Suite aux conclusions de la convention citoyenne pour le climat, PRIARTEM et Agir pour l’Environnement réclament un vrai moratoire de la 5G

Agir pour l’Environnement
PRIARTEM – Pour une réglementation des antennes relais de téléphonie mobile
La convention citoyenne sur le climat propose « d’évaluer les avantages et les inconvénients de la 5G par rapport à la fibre avant et non après avoir accordé les licences pour son développement et instaurer un moratoire sur la mise en place de la 5G en attendant les résultats de l’évaluation de la 5G sur la santé et le climat ». Les citoyens se sont globalement prononcés en faveur d’un numérique de moindre impact environnemental.

A la suite de cette proposition de bon sens adoptée à 98% des membres de la convention citoyenne pour le climat, la ministre de l’Écologie et le ministre de la Santé ont demandé au premier ministre d’attendre l’évaluation en cours par l’Agence sanitaire avant le déploiement de la 5G.

Les associations PRIARTEM et Agir pour l’Environnement se félicitent de cette avancée qu’elles réclament depuis de longs mois. Elles ont d’ailleurs saisi le Conseil d’État en début d’année en vue d’obtenir l’annulation de l’arrêté et du décret fixant les conditions d’attribution des fréquences 5G. Les associations attendent néanmoins la traduction effective de ce premier pas et enjoignent le gouvernement à suspendre la procédure d’attribution des fréquences 5G, toujours en cours. Elles exhortent le gouvernement à mettre en œuvre une réelle évaluation environnementale et un débat public sous l’égide de la Commission Nationale du Débat Public, tels que requis par la réglementation dans le cadre de programme d’une telle ampleur.

Les associations auront d’ailleurs l’occasion de chercher à obtenir de plus amples précisions vendredi 26 juin, date à laquelle Agir pour l’Environnement et PRIARTEM ainsi que les membres du comité de dialogue de l’ANFR seront reçues par la secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’économie et des finances, Madame Agnès Pannier-Runacher.

A défaut de suspension de l’attribution de ces fréquences, la prise de position des ministres de l’Ecologie et de la Santé sera une façon habile d’interpréter la prise de position courageuse de la convention citoyenne pour le climat sur la 5G.

En effet, il existe une différence notable entre la suspension de l’attribution des fréquences 5G et la suspension du déploiement de la 5G qui n’est, lui, prévu qu’en 2021. Le fait est qu’en attribuant les fréquences en septembre, le gouvernement encaisserait plusieurs milliards d’euros et serait contraint ensuite d’accepter un déploiement du réseau 5G, quel que soit les conclusions de l’évaluation écologique de cette nouvelle technologie.

Publicités

1 COMMENT

  1. […] Références: InfoJDD (Borne et Véran ont écrit au Premier ministre pour demander d’attendre sur la 5G), Le Journal du Dimanche (Elisabeth Borne après la Convention citoyenne pour le climat : « Je suis favorable à un référendum »), FranceInfo (Déploiement de la 5G : Olivier Véran et Elisabeth Borne ont écrit au Premier ministre pour demander « d’attendre » une évaluation), Ariase (5G : cacophonie au sommet de l’État), BFMTV (5G: pourquoi Borne et Véran demandent au Premier ministre de retarder son déploiement), PourquoiDocteur (5G : Véran et Borne demandent des précisions sur les effets sur la santé), SEIZH (Après la convention citoyenne pour le climat, deux ONG réclament un vrai moratoire de la 5G). […]

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.