Lettre ouverte pour l’interdiction des OGM issus du forçage génétique

Jeudi 23 juillet 2020, Dans une lettre ouverte adressée au Premier ministre Jean Castex, 16 organisations dont France Nature Environnement demandent l’interdiction de la production, de l’utilisation et de la dissémination de tout OGM issu du forçage génétique. Cette technique récente de modification génétique fait courir des risques encore trop peu connus et potentiellement catastrophiques pour l’environnement.

CRISPR, une technique de modification génétique à haut risque pour les équilibres naturels
Le forçage génétique est une nouvelle manière d’utiliser la transgénèse en l’accompagnant d’un contournement des lois de l’hérédité via CRISPR, une technique récente de modification génétique d’un organisme – animal sauvage ou domestique (insecte, oiseau, mammifère, etc.) et à terme, certaines plantes. Cette modification pourra ainsi se propager en quelques générations à l’ensemble d’une population, voire à toute une espèce.

Les risques posés par cette ingénierie du vivant sont inédits, partiellement connus, et potentiellement catastrophiques pour l’environnement : éradication d’espèces entières, modifications irréversibles d’équilibres naturels, interactions imprévues entre constructions génétiques forcées et naturelles… Sans parler d’usages involontaires ou malintentionnés (destruction de récoltes, usages militaires…).

Pour une position française ambitieuse en vue du Congrès mondial de la nature
« Aujourd’hui, les tests sont effectués en laboratoire sous la menace constante de fuites accidentelles dans l’environnement. Mais déjà la pression des firmes de la biotech est forte pour que des essais soient menés « grandeur nature » et que des organismes issus du forçage génétique soient lâchés dans les écosystèmes, indiquent les signataires de la lettre. Au nom du principe de précaution, nous demandons donc à la France de se prononcer pour une interdiction de tout OGM issu du forçage génétique. »

La position de la France est cruciale car elle accueillera en janvier 2021 le Congrès mondial de la nature organisé par l’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN) à l’issue duquel ses membres seront appelés à définir une position commune sur les OGM issus du forçage génétique.

 

LIRE LA LETTRE OUVERTE

Les 16 organisations signataires sont : Les Amis de la Terre, Ayni, le Centre international de droit comparé de l’environnement (CIDCE), la Confédération paysanne, le Comité de recherche et d’information indépendantes sur le génie génétique (CRIIGEN), Demeter, le Collectif des Faucheurs volontaires d’OGM, Foll Avoine, France Nature Environnement (FNE), le Groupe international d’études transdisciplinaires (GIET), le Mouvement de l’agriculture biodynamique (MABD), Noé, OGM Dangers, l’Office pour les insectes et leur environnement (OPIE), POLLINIS et Sciences citoyennes.
Publicités

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.