La Bretagne a les moyens de son indépendance (Partie 1)

Samedi 22 août 2020,La géographie comparée le montre.

Le culte de la France donne souvent l’idée que la Bretagne est un pays trop petit, dépendant,
périphérique, incapable de se débrouiller seul sans l’aide du voisin français.
Et pourtant, si on utilise les données couramment utilisées pour comparer entre eux les pays européens (PIB, population, superficie), les chiffres montrent le contraire.

Tout d’abord, le PIB par habitant·e·s.
La Bretagne tourne annuellement autour de 25 000 € par personne, ce qui est assez proche d’un grand Etat comme l’Espagne ou l’Italie ( 29 000 et 30 000€/personne), ou équivalent à la Catalogne ( 25 000 €/personne), et supérieur à un pays comme la Pologne ( 15 000 €/personne).

Ensuite, la population.
Notre pays compte presque 5 millions d’habitant·e·s, ce qui va être atteint d’ici peu car sa population continue d’augmenter.
En Europe on trouve des chiffres similaires pour des pays comme le Danemark ( 5,6 millions d’habitant·e·s ), ou la Norvège ( 5,3 millions ).
En population équivalente, il y a également la République d’Irlande, avec 4,7 millions d’habitant·e·s, ce qui ne comprend néanmoins pas l’Irlande du nord, pour l’instant toujours détachée du reste du pays.
On trouve également la Croatie avec 4,07 millions d’habitant·e·s, ou d’autres pays aux chiffres bien plus faibles, comme l’Estonie qui a 1,3 millions d’habitant·e·s, le Luxembourg avec une population composée de 602 000 personnes ou encore l’Islande avec seulement 364 000 habitants.

Comparons également la population bretonne avec les autres pays d’Europe de l’ouest dont les mouvements vers l’indépendance s’affirment. L’Écosse a par exemple une population aussi importante, avec 5,4 millions d’habitant·e·s, et la Catalogne, elle, est plus peuplée, avec 7,4 millions d’habitant·e·s.
En ce qui concerne le Pays Basque ou la Corse les populations sont
néanmoins moins importantes, 2,5 millions pour les Basques, 339 000 pour les Corses.

Abordons un dernier critère généralement utilisé pour comparer les pays, celui de la superficie.
La Bretagne est un pays assez vaste qui s’étale sur 34 000 kilomètres carrés (27 200 km² pour la région administrative et 6 800 km² pour la Loire Atlantique).
Légèrement plus étendu que la Bretagne, on trouve en Europe les Pays Bas (41 000
km²) et la Suisse, elle aussi de 41 000 km². Autre pays à la superficie très proche de celle de la
Bretagne, le Danemark s’étend sur 42 000 km².
Plus petit que la Bretagne, citons la Belgique (30 000 km²), la Slovénie (20 000 km²), ou des
très petits États comme Malte : 316 km².

Continuons notre comparaison avec les pays indépendantistes déjà cités précédemment. Seule l’Écosse est plus vaste que les autres, avec 80 000 km² de superficie. La Catalogne est comparable à
la Bretagne avec 32 000 km², le Pays Basque plus petit avec 23 000 km², et la Corse est un peu plus
grande qu’un département breton, avec 8 000 km².

La Bretagne, tant au niveau de son PIB que de sa population et de sa superficie, est comparable à d’autres pays européens et a complètement sa place en tant que nation indépendante. La question de l’indépendance ne se règle donc pas en se demandant si elle est possible ou non, mais si nous la souhaitons ou pas.
Ce n’est pas une question de chiffres, mais de volonté politique. N’ayons pas
peur de penser une Bretagne libre capable de se débrouiller sans la France, et nous n’en doutons pas, capable de faire mieux qu’elle.

Alan et Ninnog, volontaires pour Douar ha Frankiz

1 COMMENT

  1. Au delà des comparaisons chiffrées, toujours bonnes à rappeler, il importe d’aborder la structure européenne nécessaire à la reconnaissance de ses différentes nations : une Europe fédérale s’impose, avec Brussels traitant d’égal à égal avec Whashington, ce qui rabattrait le caquet des petites capitales jacobines (qui ne seront pas nommées par souci de charité chrétienne) qui sont les uniques responsables de l’inexistence politique de l’EU #Europe

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.