Mise au pas des journalistes : la liberté de la presse est constitutionnelle et inconditionnelle.

Vendredi 18 septembre 2020, Le ministère de l’Intérieur n’a pas à mettre au pas les journalistes qui couvrent des manifestations
Communiqué du Syndicat National des Journalistes (membre de Solidaires)

Le ministère de l’Intérieur vient de se doter d’un Schéma national du maintien de l’ordre (SNMO). Si ce document constitue une première et réaffirme la nécessité de garantir la liberté de manifester, il y a lieu de s’interroger sur un certain nombre de dispositifs notamment en matière d’information, de liberté de la presse et de protection des journalistes. Ce qui commence à faire beaucoup.

Le SNMO affirme « la nécessité d’assurer une prise en compte optimale des journalistes », « de protéger ainsi le droit d’informer », et « la nécessité de préserver l’intégrité physique des journalistes sur le terrain ». Çà va mieux en l’écrivant, non ? Rappelons que, sous Christophe Castaner, la liberté de la presse a été sérieusement piétinée avec plus de 200 journalistes empêchés de travailler par les forces de police et de gendarmerie. Gérald Darmanin, lui, propose carrément aux journalistes couvrant les manifestations de se mettre au pas !

Ainsi, le ministre de l’Intérieur « propose la réalisation d’exercices conjoints permettant aux forces d’intégrer la présence de journalistes dans la manœuvre et à ces derniers de mieux appréhender les codes et la réalité des opérations de maintien de l’ordre en environnement dégradé » et « des sensibilisations au cadre juridique des manifestations, aux cas d’emploi de la force et notamment aux conduites à tenir lorsque les sommations sont prononcées, ainsi qu’aux dispositions du SNMO. » Depuis quand il revient au ministère « d’éduquer » les journalistes ? Pourquoi ne pas leur tenir le stylo ou la caméra pas dessus le marché !

Si le SNMO autorise « les journalistes à porter des équipements de protection », le document restreint dans le même temps la qualité de journaliste professionnel aux seuls titulaires de la carte de presse ! En France, c’est la loi qui détermine le statut du journaliste ; pas la carte de presse.

Le Syndicat National des journalistes (SNJ), première organisation de la profession, estime que le ministre de l’Intérieur bafoue ouvertement la liberté de la presse. La Cour européenne des droits de l’homme de Strasbourg rappelle, et sans ambiguïté : « Les médias jouent un rôle crucial en matière d’information du public sur la manière dont les autorités gèrent les manifestations publiques et maintiennent l’ordre. En pareilles circonstances, le rôle de « chien de garde » assumé par les médias revêt une importance particulière en ce que leur présence garantit que les autorités pourront être amenées à répondre du comportement dont elles font preuve à l’égard des manifestants et du public en général lorsqu’elles veillent au maintien de l’ordre dans les grands rassemblements, notamment des méthodes employées pour contrôler ou disperser les manifestants ou maintenir l’ordre public. En conséquence, toute tentative d’éloigner des journalistes des lieux d’une manifestation doit être soumise à un contrôle strict. »

Le SNJ relève que ces dispositions ont été prises sans aucune concertation avec les représentants de la profession.

Le SNJ demande à M. Gérald Darmanin où en sont les plaintes de journalistes et les signalements à l’IGPN ? Son prédécesseur s’était engagé, publiquement le 11 décembre 2018, « à traiter ces plaintes et signalement avec la plus grande célérité »

Le SNJ rappelle au ministre que la liberté de la presse est constitutionnelle et inconditionnelle.

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.