Alsace : Plaques d’immatriculation, pour Unsri Gschìcht, c’est le Rot un Wiss

Lundi 5 octobre 2020, Unsri Gschìcht travaille à la restitution de la véritable histoire de l’Alsace et de la Moselle. La connaissance de cette histoire repose, en partie, sur des symboles. La consultation des Alsaciens sur le marqueur à apposer sur nos plaques d’immatriculation est l’occasion de se réapproprier le plus légitime d’entre eux : le Rot un Wiss..

 

La naissance du drapeau alsacien.

Le rouge et le blanc sont à l’honneur depuis longtemps en Alsace : il n’est qu’à voir les blasons de nos villes. En 1871, lorsqu’il s’agit de pavoiser dans le nouvel Empire allemand, les Strasbourgeois sortent leurs couleurs. On opte pour la combinaison la plus simple à fabriquer : une bande rouge et une bande blanche. Très rapidement, ce drapeau est utilisé dans toute l’Alsace. Le Rot un Wiss est donc né d’un élan populaire !

 

En 1912, il est adopté à l’unanimité – garni d’une croix de Lorraine jaune – par les députés du parlement régional comme drapeau officiel. Personne ne songeait alors à transformer en drapeau l’une des diverses combinaisons des blasons des comtes de Haute-Alsace et de Basse-Alsace, dont la renommée ne dépassait guère le cercle des héraldistes et des historiens. Encore moins à choisir une pâtisserie stylisée…

 

Le symbole de l’existence d’un peuple.

Dans une Alsace confessionnellement divisée, avec des dialectes et des costumes qui diffèrent du nord au sud, le Rot un Wiss est le témoignage le plus manifeste de l’existence d’un peuple. Nombre d’artistes le mettent à l’honneur, en dessin ou en chanson. Malgré tout ce qui sera entrepris après 1918 pour faire oublier le Rot un Wiss, celui-ci reste massivement utilisé pour les fêtes officielles, les Messti et autres Kilbe pendant tout l’entre-deux-guerres. Il apparaît aussi comme élément de décoration dans les églises. Les villages catholiques en sont recouverts lors de la Fête-Dieu.

 

Le Rot un Wiss, un drapeau non politique.

Jusqu’en 1918, l’opinion française voit dans le Rot un Wiss un signe d’hostilité à l’égard de l’Allemagne. Elle se trompe et le comprendra bientôt : après la Première Guerre mondiale, les tenants de la dégermanisation essaient de faire passer le drapeau alsacien pour celui des autonomistes. Or, si le drapeau alsacien était bien utilisé par ces derniers, il flottait aussi chez les communistes alliés à Léon Blum. Surtout, ces drapeaux n’étaient généralement pas utilisés tout seuls, mais associés au bleu-blanc-rouge : il ne s’agissait donc en rien d’un symbole de sédition !

De l’interdiction à la résurrection.
Pendant la Seconde Guerre mondiale, le drapeau alsacien est interdit par les nazis. On pouvait s’attendre à son retour en 1945 ; il n’en sera rien : la France considère le drapeau interdit par les nazis … comme le drapeau des nazis ! A la place, elle transformera en drapeau de vieux symboles féodaux… Que beaucoup considèrent aujourd’hui – à tort – comme le drapeau historique de notre région. Pour autant, le Rot un Wiss n’a jamais disparu ; plusieurs événements récents ont prouvé qu’il restait fédérateur, comme les manifestations de 2014 contre la suppression de la Région Alsace.
La consultation sur les plaques d’immatriculation de la future Collectivité européenne d’Alsace est un rendez-vous des Alsaciens avec leur histoire : Unsri Gschìcht espère qu’ils choisiront de bâtir leur projet commun sur le respect du passé et s’engage pour cela dans le

 Collectif pour la plaque Rot un Wiss.

www.rotunwiss.alsace

 

 

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.