Corse : après le naufrage du Be-Bop, Mor Glaz s’interroge toujours sur le silence des autorités

Dimanche 11 octobre 2020,

Dans la nuit du vendredi 25 au samedi 26 septembre 2020, sombrait le voilier « BE-BOP » que s’est-il réellement passé en Corse du Sud lors du coup de vent ? Sur l’ensemble du littoral ces situations scandaleuses et ubuesques sont-elles possibles ? Rappelons que deux plaisanciers y ont laissé la vie !!!

Refus d’un abri à des plaisanciers, Pêcheurs ou tout Marin est une dérive grave, deux hommes sont morts, l’Association MOR GLAZ ne décolère pas, nous soutenons Madame Dominique DEBUYSER et les Familles endeuillées dans leurs démarches afin  de vouloir connaitre la vérité !

Le 6 octobre 2020 l’Association MOR GLAZ avait envoyé une copie conforme de son communiqué à la Ministre de la Mer, au Secrétaire Général à la Mer et au Directeur des Affaires Maritimes, que s’est-il passé depuis ?

Ce même communiqué repris par le site de Corse Matin avait  ramené immédiatement vers l’Association MOR GLAZ quelques SMS, Mails et un message vocal de la part de plaisanciers se plaignant d’avoir eux-mêmes essuyés  des refus d’entrer au port, alors que ces derniers, jugeaient leur situation dangereuse pour eux et leur navire. Pourquoi,  « comment » alors qu’un coup de vent est annoncé ou en cours,  un port peut-il refuser à un navire de se réfugier au port ou de lui proposer un mouillage approprié !

Ce refus et tous les autres sont scandaleux, cette fois des hommes ont perdu la vie, des Marins plaisanciers, des passionnés de cet environnement y sont restés parce que d’autres hommes  n’ont pas « su » « voulu » mesurer la gravité du refus ! Triste, honteux, nous sommes outrés par certains excès d’incompétences et parfois d’usages autoritaires !

L’Association MOR GLAZ, constates depuis ce naufrage où deux hommes ont laissé la vie, des autorités plutôt silencieuses, qu’elles soient Civiles ou Militaires, et pourtant  nous parlons bien là d’espace maritime.

L’Association MOR GLAZ réitère une demande d’information claire : les plaisanciers doivent dès à présent savoir s’ils peuvent trouver refuge  dans un port ou un lieu approprié en cas de besoin.

L’Association MOR GLAZ, s’interroge depuis ce naufrage, ces refus sont-ils fréquents, des usages sur l’ensemble du littoral Français y compris en territoires  d’Outre-mer ?

Pour l’Association MOR GLAZ : une honte dans un pays qui se dit être une référence dans l’équipement des ports, des secours et de la prévention des accidents en Mer !

Il serait tout simplement impensable et inconscient qu’un navire de ce type avec des rafales à 90 km/h ait été refusé dans un port ?  Depuis quelques jours, nous avons la réponse à cette interrogation !

Nous adressons une copie conforme de ce courrier au Ministère de la Mer, au Secrétaire Général de la Mer et à la Direction des Affaires Maritimes.

Pour l’Association MOR GLAZ

Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

WWW.MORGLAZ.ORG

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.