Postes de breton au concours du second degré en 2021 : L’État propose encore moins que l’aumône !

Mercredi 16 décembre 2020,Alors que tous les acteurs concernés s’accordent à dire qu’il y a un problème de recrutement en langue bretonne, l’Éducation Nationale prévoit royalement 2 postes de CAPES (public) et 2 pour le CAFEP (privé et Diwan) pour 2021. La demande sociale est pourtant énorme et les enjeux sont essentiels pour une langue dont la transmission se fait essentiellement par l’école. Ces quatre malheureux postes ne suffiront pas à combler les ouvertures de filières bilingues prévues dans le second degré et ne viendront pas non plus pallier les manques de professeurs remplaçants en langue bretonne puisqu’il n’y en a tout simplement pas. L’enseignement du et en breton dans le second degré reste très fragile à cause de cette politique peu volontariste. Une fois encore, l’État prouve son double jeu : Jean-Michel Blanquer aime rappeler qu’il n’est “pas contre” la langue bretonne, mais les faits démontrent qu’il n’est pas pour non plus !

Pour que le breton ait la place qu’il mérite en tant que langue vivante dans l’enseignement en Bretagne, il est plus que jamais nécessaire que la Région obtienne, au-delà de la compétence sur les murs des lycées, une vraie compétence en matière éducative.

Lydie Massard, porte-parole de l’Union démocratique bretonne

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.