Nitrites dans l’alimentation : Foodwatch salue l’interdiction

Mercredi 13 janvier 2021,

L’interdiction des nitrites ajoutés dans l’alimentation préconisée par un rapport parlementaire est saluée par foodwatch, Yuka et la Ligue contre le cancer
Quatorze mois après le lancement d’une pétition conjointe qui compte près de 325.000 signatures, foodwatch, Yuka et la Ligue contre le cancer saluent les conclusions du rapport de la mission parlementaire d’information sur les sels nitrités dans l’industrie agroalimentaire.

Les députés Richard Ramos (MODEM), Barbara Bessot-Ballot (LREM) et Michèle Crouzet (MODEM) qui ont auditionné de nombreux experts – scientifiques, industriels, société civile – concluent à la nécessité de la fin des nitrites et nitrates ajoutés dans la charcuterie. Pendant ce temps, la Fédération des industriels charcutiers traiteurs (FICT) s’entête à mettre la pression pour empêcher une telle loi et assigne Yuka en justice. Mais les élus ainsi que foodwatch, Yuka et la Ligue contre le cancer maintiennent le cap. Les industriels savent produire du ‘sans nitrites’ ajoutés. Il n’y a aujourd’hui plus d’excuse pour ignorer cette question de santé publique.

Le rapport parlementaire rendu public aujourd’hui est sans équivoque : « Il est certain que les charcuteries sont cancérogènes et que les nitrites et nitrates ajoutées causent, ou à tout le moins, renforcent cette cancérogénicité. Or, il est parfaitement possible de produire une charcuterie de qualité sans nitrites, ni nitrates ajoutés et parfaitement sûre d’un point de vue bactériologique ». foodwatch, Yuka et la Ligue contre le cancer saluent les conclusions tirées de longs mois d’audition. Le rapport pointe du doigt le fait que les « plus humbles » doivent eux aussi pouvoir accéder à une alimentation saine : « Le ‘sans nitrites’ ne doit être ni une niche, ni une mode : il doit devenir la norme. C’est un impératif de santé publique ».

« Les industriels savent produire sans nitrites ajoutés : depuis des années, Herta, Fleury Michon, Aoste et Biocoop le prouvent et maintenant Le Gaulois vient de l’annoncer sur l’intégralité de sa gamme. Leur double-jeu doit cesser. Il est temps aujourd’hui de se passer de ces additifs E249, E250, E251, E252 pour tous les produits », souligne Karine Jacquemart de foodwatch.

« Avec près de 4.000 cas de cancers colorectaux et de l’estomac par an imputés à la charcuterie nitritée, la Ligue contre le cancer accueille favorablement un rapport parlementaire qui vise à réduire ce nombre de cancers évitables », se réjouit Axel Kahn, président de la Ligue contre le cancer.

Au-delà de l’hémicycle, c’est aussi dans les tribunaux que le combat va se jouer. En effet, Yuka qui, avec son application, porte la pétition commune pour réclamer l’interdiction des nitrites ajoutés, a reçu début janvier une assignation en justice par la Fédération industrielle des charcutiers traiteurs. Une décision incompréhensible, face à laquelle foodwatch et la Ligue contre le cancer font front avec Yuka. Benoît Martin, co-fondateur de Yuka commente : « Il y avait déjà un fort consensus scientifique sur le sujet des nitrites ajoutés. Il y a maintenant une volonté politique de les interdire. Ce rapport parlementaire vient conforter notre mission face aux tentatives de pression de la part de certains industriels ».

Les trois rapporteurs de la mission parlementaire ont déposé une proposition de loi intitulée « Interdiction progressive des additifs nitrés dans les produits de charcuterie ». Une occasion pour le Gouvernement et les élus de prendre une décision essentielle pour la santé publique, tout en accompagnant les acteurs de l’agroalimentaire dans cette transition.

D’abord prévus pour fin janvier, les débats sur cette proposition de loi se dérouleront très probablement après la remise de l’avis sur le sujet de l’Anses, l’Agence Nationale Sécurité Sanitaire Alimentaire Nationale, annoncé pour le printemps prochain.

Sources

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.