Connect with us

science

10 fois cette année, le télescope Webb a déconcerté les astronomes avec de nouvelles images époustouflantes de notre univers

Published

on

10 fois cette année, le télescope Webb a déconcerté les astronomes avec de nouvelles images époustouflantes de notre univers

par

Ce qui ressemble beaucoup à des montagnes rocheuses lors d’une soirée au clair de lune est en fait le bord de la jeune région de formation d’étoiles voisine NGC 3324 dans la nébuleuse Carina. Prise en lumière infrarouge par la caméra infrarouge proche (NIRCam) du télescope spatial James Webb de la NASA, cette image révèle des régions de naissance d’étoiles auparavant obscurcies. Crédit : NASA, ESA, ASC, STScI

Il n’est pas exagéré de dire Télescope spatial James Webb (JWST) Il marque une nouvelle ère pour l’astronomie moderne.

Il a été lancé le 25 décembre dernier Et le complètement fonctionnel Depuis juillet, le télescope fournit des aperçus de l’univers que nous ne pouvions pas atteindre auparavant. Comme le[{ » attribute= » »>Hubble Space Telescope, the JWST is in space, so it can take pictures with stunning detail free from the distortions of Earth’s atmosphere.

However, while Hubble is in orbit around Earth at an altitude of 335 miles (540 km), the JWST is 1 million miles (1.5 million kilometers) distant, far beyond the Moon. From this position, away from the interference of our planet’s reflected heat, it can collect light from across the universe far into the infrared portion of the electromagnetic spectrum.

This ability, when combined with the JWST’s larger mirror, state-of-the-art detectors, and many other technological advances, allows astronomers to look back to the universe’s earliest epochs.

As the universe expands, it stretches the wavelength of light traveling toward us, making more distant objects appear redder. At great enough distances, the light from a galaxy is shifted entirely out of the visible part of the electromagnetic spectrum to the infrared. The JWST is able to probe such sources of light right back to the earliest times, nearly 14 billion years ago.

The Hubble telescope continues to be a great scientific instrument and can see at optical wavelengths where the JWST cannot. But the Webb telescope can see much further into the infrared with greater sensitivity and sharpness.

Let’s have a look at ten images that have demonstrated the staggering power of this new window to the universe.

1. Mirror alignment complete

JWST Alignment Evaluation Image

Left: The first publicly released alignment image from the JWST. Astronomers jumped on this image to compare it to previous images of the same part of sky like that on the right from the Dark Energy Camera on Earth. Credit: NASA/STScI/LegacySurvey/C. Jacobs

Despite years of testing on the ground, an observatory as complex as the JWST required extensive configuration and testing once deployed in the cold and dark of space.

One of the biggest tasks was getting the 18 hexagonal mirror segments unfolded and aligned to within a fraction of a wavelength of light. In March, NASA released the first image (centered on a star) from the fully aligned mirror. Although it was just a calibration image, astronomers immediately compared it to existing images of that patch of sky – with considerable excitement.

2. Spitzer vs MIRI

Webb MIRI and Spitzer Comparison Image

This image shows a portion of the ‘Pillars of Creation’ in the infrared (see below); on the left taken with the Spitzer Space Telescope, and JWST on the right. The contrast in depth and resolution is dramatic. Credit: NASA/JPL-Caltech (left), NASA/ESA/CSA/STScI (right)

This early image, taken while all the cameras were being focused, clearly demonstrates the step change in data quality that JWST brings over its predecessors.

On the left is an image from the Spitzer telescope, a space-based infrared observatory with an 85 cm mirror; the right, the same field from JWST’s mid-infrared MIRI camera and 6.5 m mirror. The resolution and ability to detect much fainter sources are on show here, with hundreds of galaxies visible that were lost in the noise of the Spitzer image. This is what a bigger mirror situated out in the deepest, coldest dark can do.

3. The first galaxy cluster image

SMACS 0723 Galaxy Cluster Hubble Webb Comparison

SMACS 0723 galaxy cluster – from Hubble on the left, and JWST on the right. Hundreds more galaxies are visible in JWST’s infrared image. Credit: NASA/STSci

The galaxy cluster with the prosaic name of SMACS J0723.3–7327 was a good choice for the first color images released to the public from the JWST.

The field is crowded with galaxies of all shapes and colors. The combined mass of this enormous galaxy cluster, over 4 billion light years away, bends space in such a way that light from distant sources in the background is stretched and magnified, an effect known as gravitational lensing.

These distorted background galaxies can be clearly seen as lines and arcs throughout this image. The field is already spectacular in Hubble images (left), but the JWST near-infrared image (right) reveals a wealth of extra detail, including hundreds of distant galaxies too faint or too red to be detected by its predecessor.

4. Stephan’s Quintet

Stephan’s Quintet Hubble and Webb

Hubble (left) and JWST (right) images of the group of galaxies known as ‘Stephan’s Quintet’. The inset shows a zoom-in on a distant background galaxy. Credit: NASA/STScI

These images depict a spectacular group of galaxies known as Stephan’s Quintet, a group that has long been of interest to astronomers studying the way colliding galaxies interact with one another gravitationally.

On the left we see the Hubble view, and the right the JWST mid-infrared view. The inset shows the power of the new telescope, with a zoom in on a small background galaxy. In the Hubble image we see some bright star-forming regions, but only with the JWST does the full structure of this and surrounding galaxies reveal itself.

5. The Pillars of Creation

Pillars of Creation (Hubble and Webb Images)

The ‘Pillars of Creation’, a star-forming region of our galaxy, as captured by Hubble (left) and JWST (right). Credit: NASA, ESA, CSA, STScI; Joseph DePasquale (STScI), Anton M. Koekemoer (STScI), Alyssa Pagan (STScI).

The so-called Pillars of Creation is one of the most famous images in all of astronomy, taken by Hubble in 1995. It demonstrated the extraordinary reach of a space-based telescope.

It depicts a star-forming region in the Eagle Nebula, where interstellar gas and dust provide the backdrop to a stellar nursery teeming with new stars. The image on the right, taken with the JWST’s near-infrared camera (NIRCam), demonstrates a further advantage of infrared astronomy: the ability to peer through the shroud of dust and see what lies within and behind.

6. The ‘Hourglass’ Protostar

Webb Hourglass Protostar

The ‘hourglass protostar’, a star still in the process of accreting enough gas to begin fusing hydrogen. Inset: A much lower resolution view from Spitzer. Credit: NASA/STScI/JPL-Caltech/A. Tobin

This image depicts another act of galactic creation within the Milky Way. This hourglass-shaped structure is a cloud of dust and gas surrounding a star in the act of formation – a protostar called L1527.

Only visible in the infrared, an “accretion disk” of material falling in (the black band in the center) will eventually enable the protostar to gather enough mass to start fusing hydrogen, and a new star will be born.

In the meantime, light from the still-forming star illuminates the gas above and below the disk, making the hourglass shape. Our previous view of this came from Spitzer; the amount of detail is once again an enormous leap ahead.

7. Jupiter in infrared

Webb NIRCam Composite Jupiter Three Filters

An infrared view of Jupiter from the JWST. Note the auroral glow at the poles; this is caused by the interaction of charged particles from the sun with Jupiter’s magnetic field. Credit: NASA, ESA, CSA, Jupiter ERS Team; image processing by Judy Schmidt.

The Webb telescope’s mission includes imaging the most distant galaxies from the beginning of the universe, but it can look a little closer to home as well.

Although JWST cannot look at Earth or the inner Solar System planets – as it must always face away from the Sun – it can look outward at the more distant parts of our Solar System. This near-infrared image of Jupiter is a beautiful example, as we gaze deep into the structure of the gas giant’s clouds and storms. The glow of auroras at both the northern and southern poles is haunting.

This image was extremely difficult to achieve due to the fast motion of Jupiter across the sky relative to the stars and because of its fast rotation. The success proved the Webb telescope’s ability to track difficult astronomical targets extremely well.

8. The Phantom Galaxy

Multi Observatory Views of M74

Hubble visible light (left), JWST infrared (right), and combined (middle) images of the ‘Phantom Galaxy’ M74. The ability to combine visible light information about stars with infrared images of gas and dust allow us to probe such galaxies in exquisite detail. Credit: ESA/Webb, NASA & CSA, J. Lee and the PHANGS-JWST Team; ESA/Hubble & NASA, R. Chandar Acknowledgement: J. Schmidt

These images of the so-called Phantom Galaxy or M74 reveal the power of JWST not only as the latest and greatest of astronomical instruments, but as a valuable complement to other great tools. The middle panel here combines visible light from Hubble with infrared from Webb, allowing us to see how starlight (via Hubble) and gas and dust (via JWST) together shape this remarkable galaxy.

Much JWST science is designed to be combined with Hubble’s optical views and other imaging to leverage this principle.

9. A super-distant galaxy

Webb Galaxy Universe 350 Million Year Old

A ‘zoom in’ on a galaxy from one of the universe’s earliest epochs, when the universe was only about 300 million years old (the small red source visible in the centre of the right panel). Galaxies at this distance are impossible to detect in visible light as their emitted radiation has been ‘redshifted’ far into the infrared. Credit: NASA/STScI/C. Jacobs

Although this galaxy – the small, red blob in the right image – is not among the most spectacularly picturesque our universe has to offer, it is just as interesting scientifically.

This snapshot is from when the universe was a mere 350 million years old, making this among the very first galaxies ever to have formed. Understanding the details of how such galaxies grow and merge to create galaxies like our own Milky Way 13 billion years later is a key question, and one with many remaining mysteries, making discoveries like this highly sought after.

It is also a view only the JWST can achieve. Astronomers did not know quite what to expect; an image of this galaxy taken with Hubble would appear blank, as the light of the galaxy is stretched far into the infrared by the expansion of the universe.

10. This giant mosaic of Abell 2744

Webb Galaxy Cluster Abell 2744

An image of the galaxy cluster Abell 2744 created by combining many different JWST exposures. In this tiny part of the sky (a fraction of a full Moon) almost every one of the thousands of objects shown is a distant galaxy. Credit: Lukas Furtak (Ben-Gurion University of the Negev) from images from the GLASS/UNCOVER teams

This image is a mosaic (many individual images stitched together) centered on the giant Abell 2744 galaxy cluster, colloquially known as “Pandora’s Cluster.” The sheer number and variety of sources that the JWST can detect is mind-boggling; with the exception of a handful of foreground stars, every spot of light represents an entire galaxy.

In a patch of dark sky no larger than a fraction of the full Moon there are umpteen thousands of galaxies, really bringing home the sheer scale of the universe we inhabit. Professional and amateur astronomers alike can spend hours scouring this image for oddities and mysteries.

Over the coming years, JWST’s ability to look so deep and far back into the universe will allow us to answer many questions about how we came to be. Just as exciting are the discoveries and questions we can not yet foresee. When you peel back the veil of time as only this new telescope can, these unknown unknowns are certain to be fascinating.

Written by:

  • Colin Jacobs – Postdoctoral Researcher in Astrophysics, Swinburne University of Technology
  • Karl Glazebrook – ARC Laureate Fellow & Distinguished Professor, Centre for Astrophysics & Supercomputing, Swinburne University of Technology

This article was first published in The Conversation.The Conversation

READ  La première démonstration du contrôle universel des qubits de spin codés
Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

science

Mises à jour en direct de l'atterrissage sur la Lune aux États-Unis : Ulysse a atterri

Published

on

Mises à jour en direct de l'atterrissage sur la Lune aux États-Unis : Ulysse a atterri

Lorsque l'atterrisseur Odysseus d'Intuitive Machines se trouve à environ 100 pieds au-dessus de la surface de la lune, il éjecte une petite boîte.

Cette boîte est EagleCam, un système de caméras conçu par des étudiants de l'Université aéronautique Embry-Riddle de Daytona Beach, en Floride. Lorsqu'il tombe à la surface, l'appareil capture des images d'Ulysse atterrissant sur la lune, une sorte de selfie spatial.

En cas de succès, ce sera le premier projet étudiant à opérer sur la Lune.

Le projet de 350 000 $ résulte d'une visite à Embry-Riddle en 2019 du PDG d'Intuitive Machines, Steve Altimos, un ancien élève de l'université.

M. Altimus a mis les étudiants au défi de construire une charge utile « dans le but de capturer la première vue à la troisième personne d'un atterrissage de vaisseau spatial », a déclaré Troy Henderson, professeur de génie aérospatial. « C'était donc le point de départ. »

Lors de la dernière descente d'Odysseus jeudi, un ressort éloignera EagleCam du vaisseau spatial et, à mesure que l'instrument tombera (il suivra son mouvement mais n'a pas d'élan pour tourner ou se déplacer), trois caméras avec de larges champs de vision captureront des images.

« Peu importe ce qui arrive, si nous glissons, trébuchons ou quoi que ce soit du genre, l'une de ces trois caméras verra l'atterrisseur », a déclaré le Dr Henderson.

Même après qu'EagleCam ait atteint le sol à environ 25 mph, il devrait continuer à prendre des photos. Les étudiants ont effectué des tests de chute du modèle EagleCam dans une sablière avec plusieurs pouces de matériau simulant le sol lunaire sur le dessus. La version d'essai a survécu.

READ  Des astronomes canadiens ont découvert deux planètes remarquables qui pourraient être composées à moitié d'eau

«Nous sommes convaincus que tout ira bien», a déclaré le Dr Henderson.

L'une des clés du succès d'EagleCam est qu'Odysseus doit également atterrir en condition opérationnelle. Le dispositif Embry-Riddle enverra les images à l'atterrisseur, qui les transmettra ensuite à la Terre.

Ce n'était pas un projet simple.

« Nous étions en pleine conception pendant Covid », a déclaré Christopher Hayes, un doctorant qui a été ingénieur principal d'EagleCam. « Alors, comment nous sommes-nous adaptés pour concevoir une caméra qui irait sur la lune alors que nous utilisions tous Zoom dans nos maisons ? »

La pandémie a perturbé les chaînes d’approvisionnement, ajoutant ainsi de nouveaux défis. « Nous avons en fait commandé un jeu de vis à une entreprise, et elles sont arrivées neuf mois plus tard », se souvient M. Hayes. « Certains de nos budgets initiaux étaient erronés. »

Il y a également eu un roulement constant à mesure que les étudiants obtiennent leur diplôme. « Ensuite, nous avons dû combler le vide et nous assurer que les nouveaux étudiants savaient ce qu'ils faisaient », a déclaré M. Hayes.

À l'approche de l'atterrissage, M. Hayes s'est dit excité et confiant. « Il y a la paix en sachant que cela n'est plus entre nos mains maintenant », a-t-il déclaré. « Nous devons simplement faire confiance au système pour faire ce pour quoi il est conçu. »

Quelques heures après l'atterrissage, M. Hayes espère apprendre comment fonctionne EagleCam et espère voir les images qu'elle a prises.

Continue Reading

science

Machines intuitives : une entreprise américaine s'apprête à tenter d'alunir

Published

on

Machines intuitives : une entreprise américaine s'apprête à tenter d'alunir
  • Écrit par Jonathan Amos
  • Journaliste scientifique

Source des images, Des machines intuitives

Commentez la photo,

Ulysse est entré avec succès sur l'orbite lunaire mercredi

La société texane Intuitive Machines (IM) tentera de poser un vaisseau spatial sur la Lune dans les prochaines heures.

Si l’entreprise réussit, ce sera la première entreprise commerciale à réaliser cet exploit.

Il s'agirait également du premier atterrissage en douceur américain sur la Lune depuis l'ère Apollo, il y a un peu plus d'un demi-siècle.

La NASA a passé un contrat avec IM pour transporter des instruments scientifiques jusqu'au pôle sud de la Lune.

Le site d'atterrissage cible est une zone de cratères à côté d'un complexe montagneux de 5 kilomètres d'altitude connu sous le nom de Malabert. La zone est l'un des sites figurant sur la liste restreinte de la NASA des endroits où envoyer des astronautes plus tard cette décennie dans le cadre du programme Artemis.

Les appareils devraient fournir aux planificateurs de nouvelles informations sur l’état de la surface.

« Les six charges utiles de la NASA et les six charges utiles commerciales devraient opérer sur la surface lunaire pendant sept jours avant le coucher du soleil sur notre site d'atterrissage dans le cratère Malapert A, sur le pôle sud lunaire, complétant ainsi la mission IM-1. Pendant ce temps », a déclaré Trent Martin, vice-président de la société. Pour Space Systems : « Nous allons réaliser des expériences et des démonstrations technologiques étonnantes. »

Source des images, Des machines intuitives

Commentez la photo,

Illustration : Un atterrissage en douceur réussi serait une première pour une entreprise privée

Les efforts d'IM suivent ceux d'une autre société privée, Astrobotic, basée à Pittsburgh, qui s'est lancée sur la Lune début janvier mais n'a même pas pu tenter d'alunir en raison de problèmes techniques.

L'Agence spatiale japonaise (JAXA) a eu plus de chance à la fin du mois, atteignant la surface en toute sécurité le 19 janvier, même si elle a perdu plusieurs jours d'opérations en raison d'un atterrissage inapproprié, laissant son panneau solaire pointé à l'opposé du Soleil.

L’atterrisseur Odysseus de 675 kilogrammes a à peu près la taille d’une vieille cabine téléphonique britannique. Il a été envoyé depuis la Terre le 15 février et capturé en orbite lunaire mercredi de cette semaine.

Les contrôleurs surveilleront la descente du vaisseau spatial au siège de la société à Houston, mais ce sera Odysseus lui-même qui prendra les décisions clés concernant l'approche.

Dans un premier temps, à une altitude de 100 kilomètres, Odysseus utilisera son système de guidage pour atteindre un point situé à environ 30 kilomètres au-dessus du site d'atterrissage désigné, puis descendra directement jusqu'au fond. On s'attend à ce que le gros moteur à bord ralentisse le processus d'atterrissage à seulement un mètre par seconde au moment de l'atterrissage.

Si la mission descend en toute sécurité, l'atterrissage le plus au sud aura déjà été effectué. L'Agence spatiale indienne (ISRO) détient actuellement ce record, grâce à l'atterrisseur historique Chandrayaan-3 Vikram, qui s'est immobilisé sur le terrain lunaire en août de l'année dernière à 69 degrés sud.

La cible IM est située à 80°S, à seulement 300 km du pôle Sud.

Source des images, Des machines intuitives

Commentez la photo,

Ulysse a pris cette image du cratère Bel'kovich K de 50 kilomètres de large après l'insertion sur orbite

« L'industrie commerciale s'accompagne d'un environnement compétitif, ce qui signifie que notre investissement initial finit par rapporter beaucoup plus pour beaucoup moins », a expliqué Susan Lederer, scientifique du projet CLPS à la NASA.

« Au lieu d'une mission (de la NASA) par décennie, cela permet d'effectuer environ 10 missions commerciales sur la Lune par décennie ; au lieu de quatre ou cinq instruments au cours de cette décennie, cela représente plutôt quatre à cinquante instruments. »

Les six instruments de la NASA à bord d'Odysseus étaient liés aux charges utiles de six autres clients de messagerie instantanée.

Cela inclut un système de caméra étudiant de l'Université aéronautique Embry-Riddle qui sera déployé depuis Odysseus alors qu'il se trouve encore à 30 mètres au-dessus de la surface de la lune. La caméra tentera de prendre des selfies pendant la descente du vaisseau spatial.

L'artiste américain Jeff Koons a également fixé sur le côté de l'atterrisseur une boîte contenant 125 petites billes en acier inoxydable pour représenter les différentes phases de la lune au cours d'un mois.

Il y aura également à bord un télescope de la Société internationale de l’observatoire lunaire, qui prendra des images de la Voie lactée. La Lune est un endroit idéal pour la recherche astronomique car elle ne souffre pas de certains des effets perturbateurs qui se produisent sur Terre, comme une atmosphère brumeuse et des interférences radio.

Commentez la photo,

Les astronautes d'Apollo se battaient constamment contre la poussière lunaire

Les charges utiles de la NASA se concentreront sur l'obtention d'informations qui seront utiles pour la future exploration humaine. Il existe de nouvelles technologies dans Odysseus pour faciliter une navigation précise et connaître exactement la quantité de propulseur disponible pour les propulseurs de l'engin.

Des enquêtes seront également menées sur la poussière lunaire, que les astronautes d'Apollo ont considérée comme une nuisance sérieuse, grattant et obstruant leur équipement.

Historiquement, environ la moitié des atterrissages en douceur sur la Lune ont été réussis.

Cela est vrai même à l'ère moderne, en ce siècle, qui a commencé avec la mission chinoise Chang'e 3 en 2013. La mission a été un succès, mais sur les dix tentatives qui ont suivi, six se sont soldées par un échec.

READ  L'ammoniac et la phosphine dans les nuages ​​de Vénus comme anomalies biologiques potentielles
Continue Reading

science

Le pissenlit est l'une des fleurs sauvages les plus bénéfiques

Published

on

Le pissenlit est l'une des fleurs sauvages les plus bénéfiques


Fichier d'état

À intervalles réguliers au cours de cet hiver plus chaud que la moyenne, nous avons vu de minuscules papillons écaille de tortue sortir de leurs coins d'hibernation pour voleter langoureusement près de la vitre dans une tentative désespérée de percer.

Il est peu probable qu’aucune de ces créatures qui parviennent à s’en sortir ne dure longtemps. Leur force est faible et leur réserve est légère. Les individus chanceux trouvent leur chemin vers un autre endroit sûr, mais pour la majorité, la décision de se lever tôt et d’explorer le monde sera leur perte.

Cette année, dans le but de sauver le plus de personnes possible, nous arrêtons ceux que nous trouvons ivres à cause du manque de soleil et les mettons au congélateur jusqu'à ce qu'ils soient sobres.

Il existe deux écoles de pensée à cet égard, voire plus. « Pourquoi mettriez-vous n’importe quel type de mouches dans le réfrigérateur ? » » se demande une femme, comme si la carapace de la pauvre petite tortue pouvait être porteuse d'une sorte de peste mortelle, ou risquait de gâter les tomates ou de manger le fromage.

La bonne nouvelle est que les papillons ne font aucune de ces choses. Cependant, nous n’ouvrons pas la porte et ne les laissons pas voler librement d’une étagère à l’autre. Non, ils vont dans un récipient en plastique propre, avec une serviette en papier pliée pour les aider à gérer leurs pieds sensibles. Je pense qu'il est utile d'avoir quelques trous d'aération dans le couvercle. Je sais que si j'étais attaché comme ça, je serais heureux avec eux.

READ  L'ammoniac et la phosphine dans les nuages ​​de Vénus comme anomalies biologiques potentielles

Des températures de quatre degrés Celsius sont idéales. Beaucoup plus bas, notre invité court le risque de geler, et si la température devient plus chaude, il lui sera difficile de dormir.

Il est encore trop tôt pour laisser partir quelqu'un, même s'il frappe fort à la vitre. Une fois qu’ils auront trouvé leur chemin vers le monde extérieur, la première chose dont ils auront besoin est un endroit pour manger.

Les premiers pissenlits ne tarderont pas à apparaître. Ce n’est que lorsque nous voyons ces soleils dorés miniatures orner les jardins et les allées que nous pouvons être sûrs que nos papillons sont capables de survivre avec leur liberté retrouvée. C'est seulement à ce moment-là que nous devrions songer à les expulser.

La fin de l’été dernier a vu l’un des meilleurs portails pour les minuscules papillons écaille de tortue dont nous profitons depuis des années. Ce sont les membres de cette dernière couvée qui seront les leaders de la génération 2024. Si un nombre important d’entre eux survivent jusqu’au printemps, nous aurons les bases d’une année papillon prospère, du moins pour cette espèce.

En ce qui concerne les pissenlits, c’est l’une des fleurs sauvages les plus bénéfiques que nous ayons. Chaque partie de cette plante peut être mangée. Les racines, les feuilles et les fleurs regorgent de nutriments et de vitamines. Les feuilles apparaissent déjà en bonne quantité. Ils sont à leur meilleur maintenant, avant que les premières fleurs ne commencent à arriver. Les jeunes feuilles de pissenlit consommées sont bien meilleures que n’importe quelle forme de salade que nous pouvons acheter. En fait, elle est étroitement liée à la laitue que l’on trouve dans les rayons des supermarchés.

READ  La capsule Dragon Resupply quitte la station spatiale et revient sur Terre

Une fois que les plantes commencent à fleurir, les feuilles, bien que comestibles, ont tendance à devenir astringentes et moins savoureuses. Réchauffées par le soleil, les fleurs sont particulièrement délicieuses, même si le calice vert de chaque fleur doit être retiré avant de la mettre dans une salade ou un sandwich.

Il convient de noter que d’autres créatures, dont beaucoup sont petites, trouvent également les fleurs de pissenlit bonnes à manger. Si nous laissons les fleurs se flétrir un peu, les insectes volants cachés parmi les minuscules pétales trouveront leur chemin.

Les racines étaient torréfiées et moulues pour obtenir une boisson riche comme le café. C'est ce que prétendent certains, même si la plupart de ceux qui ont essayé le café à la chicorée ne seraient probablement pas d'accord sur sa qualité. Sinon, faites rôtir les racines un peu moins longtemps et mangez-les comme des bébés panais. Peut-être que vous l'aimez. Peut-être que vous ne le ferez pas.

Continue Reading

Trending

Copyright © 2023