Leire-de-Bertaigne : pourqhi don de ne point idae és pouétevins ?

D’un cotë e de l’aotr dou maraï berton : depés berouéy je huche come diabl qé farae toute forçe sérchae a tarvalhae en etrariy o les pouétevins. Les veû-la vieulent qé le Pouétou seije erjouintë, vouz n’éz leû tant q’assë deja su ela dens Ya! Gn’a un p’tit de temp, j’ta conte-a-conte o un coupl d’etourous pouétevins : Michel Gauthier e Raoul Mestre. Sti-la ét le bretou des vendeyins, li q’ecrivit un livr pour qé le pouétou seije erjouintë. Yeûs-ci me contaen qé farae qé les siuns de «Bretagne Réunie» les haopent a sour fin qé de s’enter-vaï. Je n’së point si qé gn’a zeû paraille encontriy core meins ét vra qé biao q’ét point les bertons qi vont m’në le drao de l’aotr cotë dou Maraï Berton, je pourions idae le monde-la pu fo. E dame ét pitië qé gn’a point qheuqes rejionalous anjevins de l’aotr cotë de Varade etout…Raport a qé pu fo qé gn’ara de monde a yetr su les païs de la Leire, pu fo qé la faillit contréy-la se n’alera a la devalgrade, pari ?

Chom tai. Ah dame les «Chom tai» sont a m’në dou bru ét temps-li ! La souaite-la ét la ciune qi m’ni le drao a la consortéy de contréy tout pendant qé Lena Louarn, q’ét enchairjéy des langues de Bertaigne yelle, dizae sa seqençe. V’éz qé d’alae su chomtai.lautre.net ou ben core su lou cour Facebook pour vaï la videyo q’a taet faete le jou-la. Aoterment d’aotr : chom.tai@caramail.com pour metr votr nom dens la souaite ou ben avaïr de la ghimenteriy.

E su lou anpllat, gn’a meyen d’acoutae la chanson a TAN q’a nom… «chom tai» ben sur ! E ça toçe !

Qerche en langue dou païz : Les oçitans etout. Gn’a les Divskouarn en Bertaigne pour le berton, mézë ét en oçitaniy qé le monde sont a l’vae ene qerche en oçitan. Et dens le païz de Toulouse/Tolosa q’o s’ra sembl-ti. «Ol s’ra pour acoulhi des qeniaos depés deûs mais diq’a touéz ans» q’ét ecrit su la setmana.fr. Dedans le païz de Toulouse ét tout come 2500 garçailles qi sont aprinzes en Oçitan ou a sieudr des cours dens des ecoles deûlangaïjieres. E su l’academiy de Toulouse i n-n’a 50 000 a avaïr des leçons d’Oçitan és ecoles ou ben a yetr aprinz en Oçitan.

Savouéyard/Arpitan/Franco-provençal. Le langaïje-la a ben des noms pari ? Terjou ét ti gn’a dou monde a teni d’o li e core pu fo a l’aprindr. Pour les ciuns qi vouraen n’en savaïr pu fo su le Savouéyard, v’éz qé d’alae su langue-savoyarde.com. Je fêu bin surprinz de leire q’il ont ene institut de savouéyard etout: institut.du.savoyard@wanadoo.fr ou ben core ecri a la mereriy de Habère-Lullin (74420).

 

Gaeliq d’Ecosse. Astoure le monde pouon greyae su l’internet des anpllats vra consecants o de beneqai dedens abominabl su des sujits qi n’aron point pu yetr bani d’aotr-faï. A mati, je teroui ene anpllat qa a-revaïr o le Gaeliq d’Ecosse. Meins dame point su coment l’aprindr ou ben coment parfétae la langue-la. Nena, l’anpllat-la a a-revaïr o les noms de leu en Gaeliq : coment tournae les leus de l’angllae, coment les ecri ben ecri, les précheriys q’ont a revaïr o ela. Pour ben dire, les veus qé ça les mene les noms de leu en Gaeliq n’ont qé d’alae su gaelicplacenames.org, il aront lou contant. Essaorant, pa ?

 

2 COMMENTS

  1. Pourquoi délimiter clairement les frontières entre breton et gallo ?

    Pour bien marquer les fermes limites de ces deux langues, en négligeant l’existence d’une troisième, bien assise de chaque côté du mur pourtant…

  2. chom’tai: pourqhi ils mettent pas lou nom sur lou amplatz ? des droles, core ?!

    (leur combat est respectable, et je le partage depuis longtemps, mais certains vont même, jusqu’à mettre gallo le haut vannetais oriental, avec un trait plein (!), l’outrance n’apportent pas la justice qu’il réclament, à moins que ce ne soit de grossières cartes… )

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.