Bi herri, borroka bat / Deux peuples, une lutte

Bi herri, borroka bat

Breizh Euskal Herria, Euskal Herria Breizh. Bi herri, bi nazio, hiru hizkuntza, baina hainbat herritar, hainbat sentimendu eta hainbat pentsamendu. Gu hainbat euskal herritarren artean lau begi besterik ez gara, bi aho, eta beraz gure ikuspegia mugatua izateaz gain, guk esandakoak ez dira Euskal Herriaren aniztasunaren isla. Gure iritziak bi euskaldunen bi iritzi xume besterik ez dira, baina ez euskaldun guztienak. Izan ere, ez baitugu egia absolutuan sinisten, baizik eta bakoitzaren egian, denon begi eta bihotzak ez baitira berdinak, eta une nahiz gune berean errealitate guztiz ezberdinak ikusi eta senti ditzakete bi norbanakok. Gure helburua hortaz, ez da izango Euskal Herriko errealitatea biltzen duen egia absolutua delako horretara iritsi eta berau deskribatzea, Euskal Herriko errealitatea bizi duten bi pertsonen hausnarketak, iritziak, pentsamenduak, hau da, egia pertsonalak kontatzea baizik. Honenbestez, ez uste Euskal Herriaren izenean hitz egiten dugunik, Euskal Herriaren izanaren partaide diren bi bihotz besterik ez baikara.

Hala ere interesgarri deritzogu bretainiarroi ere Euskal Herritik itzuli labur bat emateko parada emango dizuen atea zabaltzeko aukera ematea. Hain zuzen ere, komunikabide honek ate horretako giltza eskuragarri jarriko dizuen bitartean, guk ate horretatik bestaldera egon daitekeena marrazten saiatuko gara. Beraz, aukera hortxe egongo da nahi duenarentzat. Baina zergatik, zertarako?

Alde batetik, munduko beste herrietan, kasu honetan Bretainian, Euskal Herriaren askapen borrokarekiko elkartasuna pizteko (berekoia dirudien arren, zergatik gezurra esan). Honela, Euskal Herrian pairatzen ditugun hainbat injustizia lau haizetara zabalduz, baina baita ere Euskal Herriko askapen sozial eta nazionalaren borrokaren giltzarriak zuen eskura jarriz. Hala ere, kontzeptu sinple bat argitu nahiko genuke, iraultza edota borroka oro adibide izan daiteke, baina ez da esportagarria beste herrialdeetarako, herrialde bakoitzak errealitate eta izaera propioa baitu, besteekiko ezberdina. Hau dela eta, gure helburua ez da Euskal Herriko borroka, pentsamendu eta izaera ezberdinak Bretainiaren eredu izatea, baizik eta berauek zintzotasun osoarekin azaldu eta zuen eskuragarri jartzea adibide moduan. Beraz ez gatoz zer egin behar duzuen esatera, zer egiten dugun esatera baizik.

Guk marraztutako Euskal Herriranzko atea gurutzatzeko beste arrazoia, eta agian garrantzitsuena, herrien arteko elkartasun edo internazionalismoa suspertzea da. Eta internazionalismotzat ez dugu ulertzen nazio guztiak bere askapen nazionaleko borrokan eskutik helduta eta erritmo berean joan behar dutenik. Alta, hainbat iraultza eta askapen nazionaleko borrokek arrakasta lortu izanaren arrazoia neurri handi batean internazionalismoa horrela ulertu ez dutelako da. Hau da, askapen nazionalean arrakasta lortzen duten herrialde bakoitzeko, inperialismoaren aurkako iraultza internazionala indartzen da, ez baitago adibidea baina gomendio hoberik. Bretainiako Yeu uhartean konfinatuta egon zen Argala eusko gudariak zioena errepikatuz, “internazionalismoa lantzeko modurik hoberena prozesu iraultzaile eta sozialean aurrera egitea da horretarako baldintzak dauden lekuan”.

Guretzat internazionalismoa “herrien arteko samurtasuna da”, herriena eta herrien artekoa. Izan ere, gure herriaren askapena ezin dugu ulertu, eta ezin dugu garatu, munduan inperialismoaren aurka borrokatzen diren herriekin elkartasuna jorratu gabe. Herriok elkarren laguntza eta samurtasuna behar dugu: joan eta etorriko elkartasuna. Euskal Herriaren askapen borrokan aurrera pausuak eman ditzagun herrien elkartasuna behar dugu eta modu berean gure herrian inperialismoaren aurka borrokatzen diren herrientzat elkartasuna jorratu. Finean, planeta honetako herri bakar bat libre ez den bitartean, batek ere ezingo du aske izan.

Ondorioz, bi herri ezberdin gara, baina askatasun osoa lortzeko borroka berean murgildu beharko dugu, herrialde zapaldu guztien askapen borroka. Indigenen esaera zahar batek dion bezala, “gure hostoak erauzi zituzten, gure adarrak hautsi, gure enborrak moztu, baina inoiz ez dute lortu gure sustraiak lehortzerik lortu”. Hala ere gogoratu, ez garela irauteko soilik jaio, irabazteko baizik.

Deux peuples, une lutte

Breizh Euskal Herria, Euskal Herria Breizh. Deux peuples, deux nations, trois langues, mais des citoyens différents, différents sentiments et différentes pensées. Nous ne sommes juste que quatre yeux parmi le peuple basque, deux bouches et donc, en plus du fait que notre vision soit limitée, ce que nous disons ne reflète pas la diversité du Pays Basque. Nos opinions ne sont que les humbles avis de deux basques, mais pas de tous les basques. En fait, nous ne croyons pas dans la vérité absolue, mais nous croyons dans la vérité de chaque personne, car les yeux et les cœurs ne sont pas tous les mêmes. De surcroît, au même instant et dans le même lieu, deux individus peuvent voir et ressentir des réalités complètement différentes. Par conséquent, notre objectif n’est pas de décrire le mal appelé « vérité absolue » qui inclus la réalité au Pays Basque ; notre objectif est de proposer des réflexions, d’affirmer des opinions, de livrer des pensées, c’est-à-dire les opinions personnelles de deux personnes qui vivent la réalité du Pays Basque. Donc, ne pensez surtout pas que nous parlons au nom du Pays Basque, nous ne sommes, au final, que deux cœurs dans la diversité au Pays Basque.

Toutefois, c’est également intéressant de donner aux bretonnes l’occasion d’ouvrir la porte pour pouvoir faire un bref tour au Pays Basque. En fait, ce média vous mettra disponible la clé de cette porte, et nous, nous allons essayer de dessiner ce qu’il peut être dans l’autre côté de cette porte. Par conséquent, la porte est ouverte pour ceux qui la veulent franchir. Mais pourquoi?

D’un côté, pour susciter la solidarité avec la lutte de libération du Pays Basque aux autres pays dans le monde, dans ce cas en Bretagne (bien que cela puisse paraître égoïste, pourquoi mentir). Ainsi, nous pourrons diffuser des injustices que nous souffrons au Pays basque, mais aussi nous pourrons mettre à vos dispositions les clés de la lutte de libération sociale et nationale du Pays Basque. Cependant, nous voudrions d’abord éclairer un concept simple : la révolution ou la lutte peuvent être des exemples, mais elles ne sont pas exportables à d’autres pays, car chaque pays a sa propre nature et réalité et de la nature, différent aux autres. Par conséquent, notre objectif n’est pas de réussir à que des différentes luttes, pensées et caractères au Pays basque soient un modèle, sinon les décrire avec toute la sincérité pour que nous puissions les mettre en vos mains comme des exemples. Alors nous ne venons pas à vous dire ce que vous devez faire, sinon à dire ce que nous faisons.

L’autre raison, et peut-être la plus importante, pour que vous franchissiez la porte vers le Pays Basque que nous dessinons, est de revivre l’internationalisme et la solidarité entre les peuples. Et nous ne comprenons pas comme l’internationalisme que toutes les lutte de libération nationale doivent aller la main dans la main au même rythme. Toutefois, la raison pour laquelle quelques révolutions et luttes de libération nationale ont réussi est que l’internationalisme n’avait pas été compris de cette manière. En d’autres termes, pour chaque peuple qui réussi dans la lutte de libération nationale, la révolution internationale anti-impérialiste est renforcée, parce qu’il n’y a pas de meilleure recommandation qu’un exemple. Comme disait Argala, le combattant basque qui avait été confiné sur l’île d’Yeu en Bretagne : « la meilleure manière d’exercer l’internationalisme est de faire avancer le processus révolutionnaire et sociale où il y a les conditionnes pour cela ».

À notre avis, l’internationalisme « est la tendresse entre les peuples ». En fait, nous ne pouvons pas comprendre, et nous ne pouvons pas développer, la libération de notre peuple, sans cultiver la solidarité entre les peuples dans le monde qui lutte contre l’impérialisme. Nous avons besoin de l’aide et la tendresse entre les peuples : une solidarité d’aller-retour. Pour avancer dans la libération du Pays Basque la solidarité réciproque entre les peuples nous est nécessaire, et de la même façon cultiver au Pays Basque la solidarité pour les peuples qui luttent contre l’impérialisme. En bref, tant qu’un seul peuple sur la planète ne soit pas libre, il n’y aura aucun peuple connaisse la liberté.

En conséquence, nous sommes deux peuples différents, mais nous devons être immergé dans la même lutte pour obtenir la liberté totale, la lutte de libération de tous les peuples opprimés. Comme un vieux dicton des indigènes dis,  »nos feuilles ont été extraites, nos branches cassées, nos troncs coupés, mais ils n’ont jamais réussi à sécher nos racines ». Cependant rappelez-vous, que nous ne sommes pas nés seulement pour survivre, sinon pour gagner.

Texte en basque d’Eñaut Lasarte traduit en français par Jon Iraola Goiburu
Jeunes militants indépendantistes basques

 

2 COMMENTS

  1. Pebezh flabaj !
    ne gomprenan ket gwall vat da betra servij.
    Div bobl zo sanset bezan kaoz diwar-o-fenn en destenn, met benn ar fin ne gomzont nemet eus Bro-Euskal.

  2. Juste une petite rectification concernant la traduction. Fin du 4eme Paragraphe : en Basque : « Argala Eusko Gudariak » a été maladroitement tourné en « Argala le lutteur basque ». Or l’acceptation actuelle du mot « lutteur » -> Sportif pratiquant la lutte, ne correspond pas à la notion d’Eusko Gudari : « Combattant basque » (au sens militaire) aurait été plus approprié, Gudari venant de Guda, la Guerre. La traduction la plus proche étant « Soldat basque ».

    Setu, Gouiet a hran yehadur ha geriadur n’int keud tra pouehusañ en destenn-men mes amen a cheñch signifiañs.

    Joé.

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.