Conseil régional de Bretagne : l’UDB rejoint la majorité

L’UDB annonce dans un communiqué avoir rejoint la majorité de gauche au Conseil régional,  à l’occasion du passage de témoin entre Jean-Yves Le Drian et Pierrick Massiot à la présidence.

Cela constitue la « suite logique d’une part du vote par notre groupe du budget primitif 2012, d’autre part du changement politique majeur intervenu avec les élections présidentielle et législatives. Le vote du budget avait été motivé par l’acceptation de plusieurs de nos amendements comme la mise à l’étude d’un emprunt obligataire avec volet populaire (rapporteur Kristian Guyonvarc’h), l’intégration du territoire de la Loire-Atlantique dans les commandes d’études de la Région, ou encore le relais auprès du législateur d’une demande de progressivité dans le calcul de la taxe régionale sur les cartes grises et aussi par un investissement à la hausse dans les secteurs innovants au plan écologique et une dotation en progression pour les langues de Bretagne. »

L’UDB intègre la majorité régionale en actant sereinement ses différences (projet de centrale électrique au gaz, mutation du système agro-alimentaire…) et avec la volonté d’agir pour la réussite de l’Acte 3 de la décentralisation dans le sens d’une vraie régionalisation, en mettant en avant des revendications à ses yeux essentielles comme le droit à l’expérimentation, y compris dans l’exercice du pouvoir législatif et réglementaire.

Christian Guyonvarc’h devient rapporteur général du budget, alors que Mona Bras devient élue déléguée à l’Observatoire des territoires. En revanche, l’UDB n’obtient pas de vice-présidence, contrairement à la précédente mandature.

Lors des élections de 2010, Le président sortant Jean-Yves Le Drian avait refusé au second tour de fusionner la liste socialiste avec celle UDB/EELV, contraignant les 11 élus autonomistes et écologistes à rester dans l’opposition.

Les élus Europe Ecologie, colistiers de l’UDB aux dernières régionales, restent dans l’opposition.

http://www.udb-bzh.net/index.php/fr/blog/blog-des-elus/1038-l-udb-dans-la-majorite-regionale-et-l-executif-regional-les-raisons-d-un-choix

Publicités

4 COMMENTS

  1. Guillemain, allié de Sarkozy puis ensuite de l’extrême droite est vraiment très crédible… Il nous fait rire. Au moins l’UDB est pragmatique. L’autonomie, l’UDB la souhaite et ils l’obtiendront peut-être grâce à un travail de pédagogie.

  2. Car l’UDB est un navire à la dérive qui se sait gravement menacé. Sa politique sinistre de collaboration avec la gauche française l’a rendu totalement dépendante d’accords bassement politiciens pour préserver des strapontins ici et là. Étrillée comme EELV par le Parti Socialiste Français aux dernières élections régionales, la misérable organisation a toute honte bue appeler à voter pour le candidat socialiste lors des dernières élections présidentielles. Bref, cette vieille carcasse est en bout de piste et ne convainc plus personne.
    Une disparition de l’UDB serait, naturellement, une heureuse surprise et pour tout dire, une nécessité de salut public.

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.