Kersten, le siensouz éz pognes saovouzes!

 

Souvan de faï il ét mançion de ceusses q’ont taen de tuouz masaq duran la darène grande gherre maen ralement de yaeus q’ont idër le monde. Anmèle le monde la, n’i a le medsi Kersten. Qhi q’ét sti-la don? Un grand medsi pus dreitement un rboutou, il apreinz o du biao monde d’orine chinouéze, de grands siensouz dou metiër la! Maen i fut pus consécamant le medsi d’Himmler. Li q’i taet net badalër des bouayaos, il avaet afère de Kersten ben des fais. Gernich a gernaï, rapor a ce qe Kersten le rendaet bon, Himmler avaet grande fianse en li. Ao coup q’i veyit ‘ela, Kersten fit bone fin é dmandit es permiër tan q’Himmler debare ses ameins é pé lentouzement i recllamit qe du monde anbarër dans les camps d’aghourmitement é de tueriy seijj meins au delive. i saovit d’mêm ben dou monde. An pus d’ela, il engardit le reichsführer Himmler de mete les Holandais a parti dvère la Pologne. Duran des anéy n’i a zeu gros de doutanse su ses alivtéy duran la cartéy la maen pouint ren ne fut a le dedire. I defuntit en 1960 d’une ataque de qheur.

Pour n’an savair pus lon vous pouéz leire, Les Mains du miracle, de Joseph Kessel, Gallimard, 1960 ; rééd. CAL, Paris, 1963, 318 p

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.