Mor Glaz interpelle le Premier ministre sur le MSC Flaminia

Mor Glaz interpelle Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, « pour que le MSC Flaminia soit autorisé à entrer dans les eaux territoriales le plus rapidement possible. » Le porte-conteneurs « erre et agonise » au large des côtes françaises et anglaises « depuis trente et un jours ».

MSC Flaminia 2012 NSB Niederelbe
MSC Flaminia 2012 © Reederei NSB Niederelbe

« Le naufrage doit être évité, » réitère dans un communiqué, l’association Mor Glaz à Brest. « L’État français participait activement, nous disait-on, à la mise en place d’endroits refuges pour les navires qui se trouveraient en difficulté, après les naufrages de l’Erika, de l’Ivoli-Sun et du Prestige ». Le Havre, Cherbourg et Brest ont été retenus comme ports pour la France.

« L’armateur du MSC Flaminia et la société de remorquage hollandaise SMIT se sont vus refuser l’accès de la Zone économique exclusive (ZEE) puis les eaux territoriales, » note Mor Glaz. L’endroit refuge pouvait « faciliter le travail des sauveteurs, l’évaluation de la dangerosité de la situation et le déchargement de la cargaison du navire ». L’association estime qu’il est logique que « les autorités françaises demandent des garanties et félicite le professionnalisme des sauveteurs ».

« Jusqu’où iront les exigences de la France afin de ne pas accueillir ce navire, » s’interroge Jean-Paul Hellequin, président de l’association et expert en sécurité maritime. « Malgré tous les discours tenus lors des colloques, la France est-elle en capacité d’accueillir ce type de convoi ? »

La situation du MSC Flaminia
Reederei NSB, l’armateur du MSC Flaminia, précise dans un communiqué que « les conditions météorologiques rendent incompatible la continuité des opérations de sauvetage ce jour ». Le navire reste à la même position indiquée, lundi, par l’amateur : « Le convoi se situe à 240 milles nautiques des côtes de l’Angleterre. Les conditions météorologiques des jours passés ont permis de stabiliser le MSC Flaminia à 2,5 ° de gite. »
À bord du porte-conteneurs, les experts ont poursuivi leurs investigations, pompé l’eau d’extinction des incendies contenue dans les ballasts. Des images font état « de dommages dans les cales 4, 5, 6, sur la coque du navire, des émissions de fumée émane de la cale 7 ».
Le communiqué précise que « malgré l’amélioration de la situation du MSC Flaminia, l’autorisation d’accéder à un abri côtier ou dans un port n’a pas encore été accordée. Les négociations concernant la permission de s’abriter ne donnent toujours aucun résultat ».

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.