Azawad : l’armée Malienne poursuit sa barbarie sur les Touaregs

Milices Maliennes prêtes à attaquer l’Azawad

Cet article est tiré du site berbère tamazgha.fr avec qui 7Seizh a un accord de partenariat

L’État malien est raciste et barbare. Sinon comment expliquer cet acharnement de son armée sur les populations civiles touarègues ? Il est vrai que ces pratiques des militaires maliens couvertes par les autorités politiques de cette république bananière ne datent pas d’aujourd’hui : c’est depuis l’existence de cet État, créé de toutes pièces par la France, que les exécutions sommaires visant les Touaregs ont débuté. La sauvagerie avec laquelle ils commettent leurs crimes sur des personnes vulnérables n’ont rien à envier aux méthodes des terroristes islamistes. On voit qu’ils sont issus de la même culture !

Depuis que le Conseil de sécurité des Nations Unies a donné son feu vert à une intervention militaire de la CEDEAO dans l’Azawad et que la France, les États Unis et l’Allemagne ont assuré de leur soutien logistique à cette intervention, l’armée malienne n’a cessé d’exhiber sa force auprès des populations civiles auxqulles elle s’attaque. Le 22 octobre ce sont neuf civiles qui ont été froidement assassinés à Diabali, le 25 octobre, selon le MNLA, au moins cinquante-deux Touaregs, tous des civils, issus de la tribu des Imghad à Dioura, près de Mopti, ont été assassinés après avoir été torturés.

La communauté internationale ne semble pas, pour le moment, préoccupée par ces massacres. Et si ce silence persiste, cela vaudra dire que la communauté internationale, et à sa tête la France, cautionnera un véritable génocide des Touaregs. Mais dores et déjà la responsabilité de la communauté internationale et les Nations Unies est engagée.

Ci-après le communiqué du MNLA au sujet du massacre de Dioura.

La Rédaction de Tamazga.fr.


 

 

Un nouveau massacre de 52 civils commis par des éléments de l’armée malienne

Le 25 octobre 2012, à Tolletene, un détachement de l’armée malienne a massacré 52 personnes civiles appartenant à l’ethnie touarègue de la tribu des Imghades.

Le massacre a eu lieu dans un campement installé près de Djoura, dans la région de Mopti. Le détachement de l’armée malienne est venu de Djabally. Une mission d’anciens gendarmes a été envoyée sur place par le MNLA pour effectuer une enquête.

C’est avec la plus grande inquiétude que le MNLA a pris connaissance de ces crimes odieux. Ils prouvent une fois de plus le manque de discipline de l’armée malienne et le danger qu’elle représente pour les populations de l’Azawad.

Fait, le 30 octobre 2012,

Moussa Ag Assarid,
Membre du Conseil Transitoire de l’Etat de l’État de l’Azawad (CTEA),
Chargé de la Communication et de l’Information.

 

Contact : infosmnla@gmail.com

Article d’origine : http://tamazgha.fr/L-armee-malienne-poursuit-sa.html

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.