Guadeloupe : Proclamation du LKP

Pointe-à-Pitre. Jeudi 25 octobre 2012. CCN. Le 27 mai 2011, devant la stèle de Delgrès au Matouba, les 4 principales organisations politiques anticolonialistes, patriotiques Guadeloupéennes : Copagua, FKNG ! PCG et UPLG Co signaient et publiaient la « Proclamation du droit du peuple guadeloupéen à la Liberté ».* Ce document d’une grande portée symbolique et historique affirmait haut et fort : « Nous décidons ce jour de prendre dans notre pays la liberté d’être libres ».


LKP qui commémorait ces jours derniers les événements qui ont ébranlé le pays à partir du 21 octobre1801, a aussi publié en kréyol et en français une « Proclamation » qui rejoint dans l’esprit celle du Matouba le 27 mai 2011. Dans une série de considérants LKP qui, appelle à « l’instauration d’un pouvoir politique Guadeloupéen » rappelle et c’est pour le moins surprenant, qu’il n’y a qu’un « seul mouvement LKP » et souhaite que le peuple se rassemble dans un « Konvwa pou konstwui péyi Gawadloup ». Tout porte à croire, que ce qui reste du LKP semble vouloir prendre la posture d’une vraie organisation politique et s’auto proclamer. Tous les observateurs se souviennent, que le LKP né du mouvement social de janvier 2009, rassemblait à l’époque près d’une cinquantaine d’organisations culturelles, syndicales et politiques. Depuis les clivages habituels, ont quelque peu affaibli LKP.Des organisations politiques telles que PCG, Combat Ouvrier, les Verts ont quitté la structure. D’autres y sont en demi teinte. Au niveau syndical, la CGTG qui n’a pas officiellement, ôté ses billes, est pour l’heure moins présente au sein du LKP. Il en est de même pour certaines organisations culturelles patriotiques telles que Akiyo, Voukoum, An bout ay… Dire que LKP d’octobre 2012 n’est plus celui de janvier 2009 est pire qu’enfoncer des portes ouvertes ! Ainsi donc, il convient de relativiser cette « Proclamation LKP » et de la considérer juste comme une « contribution » pou fè mémwa maché, fè konsyans vansé» : Rien de plus !

LA PROCLAMATION DU LKP.-1- Considérant que, l’archipel de Guadeloupe, aujourd’hui, est un département français, du fait colonial instauré en 1635, sur l’île de Guadeloupe (Deshaies/Ste-Rose) ;

-2- Considérant que cette société coloniale s’est légitimée par l’assassinat du chef Caraïbe Yans, en janvier 1636 ;

-3- Considérant que les fondations du dit système furent ébranlées en octobre 1801, par la rébellion de plusieurs officiers Guadeloupéens ;

-4- Considérant que le rétablissement de l’esclavage de 1802 a été un acte inique, dictatorial, qui n’a respecté aucun principe de droit reconnu à l’époque ;

-5- Considérant que la seconde abolition de l’esclavage ne 1848 a légitimé les pwofitasyon exercées vis à vis des descendants d’Africains en dédommageant les anciens maîtres ;

-6- Que le principe de « citoyenneté » qui affecte alors l’existence des « nouveaux libres » n’a pu, ni sur le plan du droit, ni sur le plan de la morale politique effacer la responsabilité des crimes commis à l’encontre de millions d’individus ;

-7- Que l’assimilation juridique, administrative et politique amorcée dès l’ébranlement des fondations du système esclavagiste à la fin du 18e siècle et parachevée en mars 1946, représente une manipulation du droit positif, sans aucun respect du droit naturel bafoué, des communautés qui naissent selon les contingences historiques et dont les membres peuvent légitimement revendiquer la plus absolue liberté ;

-8- Accepter le terme « Guadeloupéen », exprimé officiellement pour la première fois en 1801, comme porteur de sens fondamental de l’être nouveau, membre d’une nouvelle communauté humaine née et en développement, sur l’archipel de Guadeloupe ; ce même terme désignant l’ensemble des individus dont l’histoire et les intérêts matériels et moraux se confondent sur le dit territoire ;

-9- Combattre, avec la plus grande détermination, les discriminations raciales instaurées lors de l’implantation du système esclavagiste ;

-10- Qu’il n’y a aucune raison de par l’histoire qui pourrait justifier l’assimilation d’un être humain par un autre être humain ;

-11- Qu’il ne faut surtout pas confondre un droit, des droits d’un individu et/ou d’une communauté avec la culture d’un être, et/ou d’une communauté ; nous pouvons avoir les mêmes droits sans être les mêmes Moun.

-12- Que l’assimilation culturelle collective est un crime contre l’humanité ;

-13- Que la « guadeloupéanité » expurgée de la réalité historique trouve sa genèse des milliers d’années avant l’incrustation de la société coloniale.

Le LKP déclare :

-14- Que la situation économique et sociale actuelle en Guadeloupe est héritière du système de plantation esclavagiste. De nombreuses positions dominantes acquises dans les domaines de la production, de la transformation et/ou de la distribution, sont des rentes coloniales.

-15- Que cette situation n’est pas équitable. Elle est pétrie dans la pwofitasyon qui pèse surtout sur les descendants des petits – fils d’esclaves, sur la grande masse des travailleurs et sur tout le Peuple du Péyi Gwadloup.

-16- Que le Conseil Municipal, le Conseil Général, le Conseil Régional et bien d’autres institutions politiques françaises ne sont pas des inventions, des créations nées des sentiments à la base de la construction de la société guadeloupéenne. ;

-17- Que la révolte populaire de Mé 67 s’inscrit tel le réveil du sentiment patriotique, comme une résonnance de l’esprit d’octobre 1801.

-18- Que chaque Gwadeloupéyen se doit de rechercher le plein épanouissement en portant une attention particulière à tout ce qu’il consomme, à tout ce qui l’environne et aux relations entretenues entre Gwadeloupéyen. ;

-19- Qu’il est totalement indépendant vis à vis de toute puissance quelle qu’elle soit : religieuse, philosophique, économique, politique…;

-20- Qu’il n’y a qu’un seul mouvement LKP ;

-21- Qu’il est nécessaire pour tous les Guadeloupéens d’œuvrer afin d’assurer le rapprochement d’avec la Caraïbe, et/ou la consolidation des rapports existants sur une base égalitaire ;

-22- Le LKP mettra tout en œuvre afin que par des mouvements de masse, an balan é an konsyans, nous refondions radicalement les relations entre NOU et la France et entre NOU et l’Union Européenne. ;

-23- Le LKP acte qu’il est temps de se mobiliser, afin de mettre un terme définitif à la souf- france endurée par la jeunesse, pour porter un soutien appuyé aux revendications des Travailleurs, et rassembler tout le Peuple dans un Konvwa pou konstwui péyi gwadloup !

-24- Le LKP recherche l’unité, la paix et la coopération entre les Nations ;

-25- Le LKP proclame enfin, que le liyannaj de tous les guadeloupéens est indispensable au triomphe des idéaux qui portent la présente proclamation ;

-26- Avec le LKP !!! Pour l’instauration d’un pouvoir politique guadeloupéen contre toutes les pwofitasyon !!!

-27- la Gwadloup sé tan nou ! La Gwadloup a pa ta yo !!

Yo pé ké fé sa yo vlé adan péyi an nou !!!,

Lkp Pointe-à-Pitre, 21.10.2012

—————————————————————————–
Cet article est tiré du site guadeloupéen caraibcreolenews.com avec qui 7Seizh a un accord de coopération

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.