2014 : l’Urope mile-morciaos ? (1/3)

Permiere cartelle : La Catalogne

2014 s’ra eune anéy de decide pour les etats-naçions. A don, ét l’anéy-la qé gn’ara puzieurs referendoms su l’Independance de contréys uropeyennes ou dou lein. Catalogne, Ecosse maens etout Nouvielle-Caledoniy vont yete a se decidae pour yeûz-méme, de qai q’ét en risqe de revoujae toute la politiqe en Urope pour des anéys de temp, pa. E sans dire qé les afaeres basqes ou fllamandes jouent terjou…

 

« Su le qai q’a a-r’vaïr o la politiqe, la Catalogne-dou-bas faot la separti en 3 morciaos : la ville de Barcelone eyou qé le monde votent naçionalisse, les ébords de Barcelone, eyou qé gn’a hardi de horvenus, orinës d’Espagne ou d’aotes, qi votent pour les souaites espagnoles e la Catalogne de la campaegne q’ét bravement portéy pour l’independance ». Le deplet-la ét de Jordi Vera, li qi fût eune emouvouz mussandië, e q’ét anet consortouz CDC (Convergence Démocratique de Catalogne) a la ville de Perpignan. Sondaïjes eprés sondaïjes, gn’a pu greu de doutance su la vitouére dou « Yan » ao referendom pour l’Independance de la Catalalogne q’ét pour yete m’në en 2014. Le daraen sondaïje, bani le 21 dou mei de feverië, deizae core qé 55% des catalans taent pour votae « Yan » e sourment 20% taent pour votae « Nanni ». Le tictac des catalanisses ara taet simpe : i se donite garde de ben ergardae la loué e a châqe faï, la meneriy aotonome e les souaites naçionalisses huchitent ben haot q’i sieudaen « de qai qé vieulent le monde » e ren d’aote. « Voteriys populaeres » dens la plleuralitë des parouésses de la Generalitat, demonstrâçions massaqes dens les veïs de Barcelone, o les catalanisses les alivetéys pour entruchae ne s’ente-donite point le tour ! En pu d’ela, o la monvaeze berouéy economiqe qi joue astoure, les voteriys qi s’ente-sieuditent renforcitent les independantisses. Depés les ciuns très-a-gaoche diq’a les veûs de la dreite liberale, les souaites catalanes n’ont pâs jameins taet sitant qherûs e les souaites espagnoles sitant faillites.

 

Meins dame, Madrid ne va point réstae a bouae de la goule ben long. Diq’a la, la métrance espagnole fezi des chertéys de ressorts devant le tribuna constituçionel a châqe faï qé les catalans s’ente-prinrent a « l’unitéy pardurante de la naçion espagnole ». Le daraen cou ça q’a fût le permië dou mei de mar cant q’la vice-perzidante de la meneriy espagnole, Soraya Saènz de Santamaria, bani q’o avae ao runje de perzantae toute eune berouétéy de ressorts devant la jujeriy supreme espagnole a sour fin qé de faere chaet la « bani de souveraenetéy » votéy par l’assemblléy catalane.

 

Ao païz basqe deja…

 

E c’ét riscant qé le tribuna constituçionel espagnol seije le tuè de toute l’afaere catalane. A-don, stu-ci avae deja calë en 2008, le « plan Ibarretxe », ét de méme qé s’ahuchae le « Iehendakari », le m’nouz de la menance basqe, a l’oure de ça. Le plan-la dizae qé le Païz Basqe arae pû passae « etat liberment souaitë » o l’Espagne. Un p’tit paraille come Puerto Rico e les USA, parème. Deude ela, probabe qé le d’zir de la Catalogne d’yete independant va yete fenë paraille. Meins, si qé les naçionalisses catalans gangnent lou referendom, ça qa n’va point yete p’tit jeu pour Madrid de desentruchae l’afaere o eune faillit jujeriy constituçionel dame. E ét vra riscant qé ça tournera en monvaeze berouéy politiqe founabe. En Espagne, atcou meins dame etout a Bruxelles : « pourqhi don dire nouna és catalans tant qé l’Urope e ben d’aotes ont dit Yan és Kosovards » huchent ben haot les independantisses catalans.

 

Horniriy(s) juridiqe(s)

 

En cas qé les catalans votent a-masse pour le « Yan » a l’independance, ça qa va runjae dens les bouyaos de la téte a Madrid meins etout a Bruxelles. E ça qa va bouéde anlhou qé dens les estilos dij’maï ! A-don, i n-n’a des, en-mêle les soudards espagnols, q’il ont dit ben haot q’i taent parës pour dire « cô !» o les fuzis en cas qé la republiqe Catalane s’rae baniy. A Bruxelles etout, i va n-n’avaïr de la runjeriy : a leire l’artiqé 49 dou convenant dou Consortaïje Uropeyen, nan vaï ben qé gn’a meyen d’acoulhi un nouviao païz dedens l’Union meyenant qé « tous les etats souatous seijent d’agrë ». Pour dire vif, la Catalogne poura yete erçepabe dedens le consortaïje Uropeyen ren qé si l’Espagne ét d’agrë d’o ça ! Dame biao qé la grande ighéze de Barcelone s’rae gâpiy de sirjes, ça s’ra tout come dusse de faere pâssae ela par la rae dou qhu a Madrid ! Ao parsu, l’artiqe deû dou méme convenant dit qé faot « yete ergardant o les separts des etats dou consortaïje Uropeyen ». Meins dame coment q’c’ét-ti qé gn’ara 7,5 million de citeyens qi s’ront dens le panië és retailles en Urope si qé la Catalogne independante n’a point le dret de v’ni dens le consortaïje ? En pu d’ela la Catalogne ét eune sapréy mecaniqe economiqe.

 

E pés o l’independance de la Catalogne, qhi qi va yete dou restant des « païz catalans » (eyou qé le monde prechent catalan) : le païz valencien, les iles baléares, la « Franja del Ponent » en Aragon, El Carche dens la contréy de Murcie e dame, come de jusse e de ben entendû, le departamant des Pyrénées-dou-soulaïr (pâssë un coupe de vilaïjes) q’ét li en France ? « La Catalogne dou bas n’a point d’ercllameriy de tére en France » acertaene Jordi Vera. Diq’a cant meins ? Ao parsu, l’Espagne së ben qé gn’a ben des contréys céz yelle qi arons le d’zir de sieude la pouche catalane un jou si q’o passe independante. Les Basqes (o la Navarre ben sûr) e la Galice permië. Ao païz basqe, parème, depés qé ETA a dét’lë, la gaoche independantisse basqe a faet un crû… e ét les souveraenisses basqes de dreite qi menent a Vitoria.

Traduction en français disponible sur demande

1 COMMENT

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.