François de Rugy signe et rejoint la plateforme « Libérons les énergies en Bretagne »

manifesteDébut avril, la charte « Libérons les énergies en Bretagne » était présentée à la presse à Rennes. Depuis l’initiative s’est dôtée d’un site internet où chacun peut apporter son soutien sur 4 revendications fortes. Ce matin, c’est le député vert François de Rugy (EELV) qui apporte sa signature au manifeste.

Pour rappel, les 4 revendications de « Libérons les énergies en Bretagne » :

« les organisations signataires appellent les Bretonnes et les Bretons à agir pour obtenir la satisfaction de ces revendications fondamentales préconisées, pour certaines, par l’Europe. Les organisations signataires demandent instamment au président de la République, François Hollande, au gouvernement et aux élus bretons :

  1. de ratifier la Charte européenne des langues minoritaires, comme l’avait promis le président de la République, François Hollande, dans son engagement de campagne no 56 et de faire voter une loi-cadre donnant enfin un statut et une existence légale aux langues régionales, car ces mesures urgentes sont indispensables à la sauvegarde du breton et du gallo. L’État doit laisser toute latitude à la Bretagne pour garantir l’avenir de ses langues en assurant un statut de co-officialité à ces dernières sur l’ensemble du territoire breton ;
  2. de prendre sans attendre les dispositions nécessaires permettant la réunification de la Bretagne. D’engager, dans ce cadre nouveau, la création d’une collectivité unique, fusion des départements et de la Région. Ce qui est possible en Alsace devrait l’être aussi en Bretagne ! ;
  3. de permettre et de soutenir la création en Bretagne d’une télévision publique bilingue de plein exercice, sur l’exemple de Via Stella en Corse, s’appuyant sur le potentiel technique et humain existant, émettant sur les cinq départements bretons, proposant au minimum 30 heures de breton par semaine et prenant en compte le gallo. Ce nouveau pôle-média doit aussi intégrer une radio publique émettant en français, breton et gallo, sur l’ensemble de la Bretagne ;
  4. de donner à la Bretagne, dans le cadre de la future loi de décentralisation, un statut particulier dotant l’institution bretonne d’une assemblée disposant – à l’instar des « grandes régions » européennes (Écosse, pays de Galles, Catalogne… qui possèdent un véritable Parlement doté de pouvoirs importants) – de nouvelles compétences, d’un pouvoir législatif et réglementaire ainsi que d’un droit à l’expérimentation dans des domaines différents allant de l’eau, la culture… à la politique linguistique… Ces nouvelles compétences doivent s’accompagner d’un budget et d’une fiscalité adaptés afin de répondre aux défis économiques, sociaux, environnementaux et culturels des années à venir. Si des statuts particuliers sont possibles pour les grandes métropoles de Paris, Lyon et Marseille, pourquoi pas pour la Bretagne ? »

Le texte du manifeste et le formulaire de signature sont en ligne sur Galvpondi.net

11 COMMENTS

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.