Pacte d’avenir : un avis favorable du CESER fragilisé par un nombre important d’abstentions et de votes contre

Communiqué de presse du collectif Vivre, Décider et Travailler en Bretagne

Pacte d’avenir : un avis favorable du CESER fragilisé par un nombre important d’abstentions et de votes contre

L’avis du CESER a été adopté avec 52 voix pour sur 111 votants : 16 voix contre et 43 abstentions. Cela équivaut à 46,8% d’avis favorables sur l’ensemble des votants ! Le CESER, même s’il a exprimé de nombreuses réserves, donne donc l’aval au Président du Conseil régional pour signer le pacte d’avenir. Le Collectif souligne que le nombre important d’abstentions et de votes contre fragilise un avis déjà réservé du CESER et montre le manque de confiance des représentants de la vie économique, sociale et culturelle à l’égard de ce pacte et donc de ce gouvernement. A présent ce sont aux élus régionaux de voter vendredi 13 décembre.

 

Le Conseil régional ne doit pas signer un contrat dont les modalités sont floues

Au-delà des critiques de fond et de forme déjà exprimées sur ce pacte, le Collectif alerte le Conseil régional sur le fait qu’il va signer un contrat dont il ne connaît pas les modalités, tellement de choses restant à préciser ! Aussi, nous demandons aux Conseillers régionaux de prendre leur responsabilité et de ne pas voter pour ce pacte d’avenir, qui va engager contractuellement la Région sur des bases on ne peut plus floues. Il est essentiel que sa signature soit reportée et que l’essence même de ce pacte soit écrit par les Bretonnes et Bretons car c’est leur avenir qui se joue.

 

Le Collectif demande un pacte d’avenir par et pour les Bretonnes et Bretons !

L’avenir de la Bretagne doit se préparer sereinement par une réelle et sereine concertation entre tous les acteurs économiques, sociaux et culturels. Le nombre d’interventions en séance plénière aujourd’hui souligne ô combien les Bretonnes et les Bretons sont mobilisés pour leur avenir. Laissons-leur à présent le temps d’écrire la feuille de route qu’ils souhaitent. Un projet ambitieux pour la Bretagne ne pourra être finalisé, décemment, avant plusieurs mois.

 

Le Président du Conseil régional ne doit pas signé ce pacte en l’état.

 

Pour le Collectif « Vivre, décider et travailler en Bretagne »,

4 COMMENTS

  1. Les politiques bretons hésitent entre Paris et la Bretagne.
    S’ils veulent en rester les élus, ils ne doivent pas céder sur la réunification et obtenir un statut particulier puisqu’il en existe déjà en France. Ce n’est pas aux bretons de payer les déficits de Marseille, double de celui des 10 plus grandes villes françaises ou les salaires et indemnités de chomage des députés pendant six ans. Qu’ils votent l’abolition de leurs privilèges d’abord, sinon comment croire en eux ?
    Etre élu, est-ce pour « réussir » ou pour être au service de ses électeurs, donc de la Bretagne ?

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.