Paul Molac : Réunification, « Les Bretons ont trop attendu pour pouvoir abandonner maintenant »

Communiqué de presse

Débat sur la réunification de la Bretagne à l’Assemblée nationale : Les Bretons ont trop attendu pour pouvoir abandonner maintenant

 

Paul Molac, député du Morbihan apparenté Union démocratique bretonne, et plusieurs autres députés Bretons ont défendu ce mercredi soir dans l’hémicycle la nécessaire prise en compte de la demande de la population de la Loire-Atlantique et de l’ensemble de la Bretagne concernant la réunification de ce département à la Région Bretagne.

De nombreux amendements avaient été déposés dans le cadre de l’examen du Projet de loi sur les métropoles, pour simplifier la procédure de consultation publique, en supprimant l’obligation de consultation de la population de l’ensemble de la Région Pays-de-la-Loire, ce qui s’apparente à un droit de veto. La modification proposée par Paul Molac, François de Rugy, Jean-Jacques Urvoas, Thierry Benoit et Marc Le Fur demandait à ce que ne soient consultés par référendum que les habitants du département de la Loire-Atlantique et de la Région Bretagne, et que le Conseil régional des Pays-de-la-Loire puisse être consulté pour avis.

Nous n’avons pas eu gain de cause malgré la mobilisation des députés Bretons présents. Soulever les craintes sur la mise en concurrence du Finistère et des départements de l’est Breton que sont l’Ille-et-Vilaine et la Loire-Atlantique n’est pas non plus la bonne réponse. Durant l’histoire, les territoires de l’est et de l’ouest de la Bretagne ont été moteurs alternativement. C’est cette complémentarité qui fait notre dynamique.

Un des amendements de Paul Molac visant à ce que 10% des conseillers départementaux ou régionaux puissent saisir leur assemblée d’un ordre du jour relatif à la modification des limites territoriales a toutefois été adopté. L’on peut ainsi désormais imaginer une prochaine saisine de leur assemblée par des conseillers favorables à la question de la réunification, afin de porter la revendication au sein de ces instances.

Les blocages politiques ne pourront toutefois éternellement persister, il faudra un jour répondre à l’attente exprimée à maintes reprises par une majorité de Bretons, désireuse de pouvoir enfin être consultée démocratiquement afin de répondre au découpage technocratique qui s’est fait sur le dos de l’histoire et de la cohérence territoriale bretonne. La population bretonne a trop attendue pour que nous abandonnions maintenant. Le projet de loi à venir consacré aux régions sera une occasion de réaffirmer notre point de vue.

34 COMMENTS

  1. Mr. Molac, bravo,

    Vous devez vous sentir bien seul face au déni de bien des politiques …même ceux qui sembleraient plutôt proches ne pensent qu’à leur fauteuil.
    Comment peut-on vous aider, comment regrouper ceux qui sont et se pensent bretons, les vrais, les têtus !

  2. Eh bn moi je reviens bien en arriere sur M Molac!Je ne partage pas sa conviction que l’assemblee parisienne apporte une sulotion pour la Bretagne, mais, en meme temps, quelle autre angle de defense dans ce carcan hexagonal ? Et puis M Molac affirme courageusement ses opinions, du haut de son age (age reel et anciennete dans la bocal hemicirculaire), face a des gens crees par, dans et pour l’etat republicano-francaoui, rompus aux tacles et autres minableries si democrates … Felicitations et bon courage donc a M Molac !

    Stefan Bian

  3. Oui, tenez bon. Les jacobins ne sont qu’un épiphénomène de l’histoire. il suffit de lire leurs arguments pathétiques …
    La Bretagne était là avant eux et sera là après eux !

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.