Violences policières : un comité appelle au blocage de l’usine Nobelsport de Pont-de-Buis le 3 décembre

Pont-de-Buis, mercredi 3 décembre 2014, apparu sur les réseaux sociaux et pour dénoncer les violences policières suite à la mort de Rémi Fraisse à Civens,  un comité appelle au blocage de l’usine Nobel Sport, fabricant d’équipements pyrotechniques pour les forces de l’ordre, mercredi 3 décembre 2014.

Sur son site, Nobel Sport se décrit comme le spécialiste européen de la sécurité :

NOBEL SPORT SÉCURITÉ

« Leader européen de la sécurité, Nobel Sport apporte des solutions sur mesure.

Branche d’activité de Nobel Sport, le spécialiste européen Nobel Sport Sécurité fabrique et commercialise une large gamme de produits pour le maintien de l’ordre. Cette division de Nobel Sport équipe les forces de Police, de Gendarmerie, et de l’Armée en France et à l’étranger.
Tous les produits de Nobel Sport Sécurité ont été développés en partenariat avec les forces de l’ordre tant françaises qu’étrangères. Nobel Sport Sécurité apporte à ses nombreux clients un conseil adapté à leurs besoins spécifiques.

Nobel Sport Sécurité mise depuis toujours sur la recherche et le développement.Des produits nouvelle génération complètent régulièrement la gamme « Maintien de l’ordre ».Ils apportent plus d’efficacité et de sécurité de fonctionnement aux forces de l’ordre et des armées. »

Le comité contre les violences policières entend, quant à lui, dénoncer « la complicité »  entre le fabricant et l’ Etat :

« Contre les violences d’État et toutes les répressions policières : bloquons Nobelsport

Dans la nuit du 25 au 26 octobre 2014, la police a tué Rémi Fraisse alors qu’il manifestait contre le projet de barrage de Sivens, dans le Tarn. Cette mort en rappelle d’autres : Lahoucine Ait Omghar, tué par 5 balles policières le 28 mars 2013 ; Wissam El Yamni, tabassé à mort par des policiers le 9 janvier 2012 ; Amine Bentounsi, tué d’une balle dans le dos à Noisy-Le-Sec ; Abdelhak Goradia, mort dans le fourgon de police qui l’amenait du CRA de Vincennes à l’aéroport de Roissy en août 2014 ; et tant d’autres morts ou mutilés. Ces violences policières sont la partie visible des violences que l’État exerce contre la population.

A Pont-de-Buis dans le Finistère, l’usine Nobelsport fabrique des grenades lacrymogènes et des flash-balls qu’elle vend à l’armée et à la police. Cette entreprise privée est ainsi complice et actrice de la violence d’Etat.

Contre la violence d’Etat, sa police et ses armes : bloquons l’usine Nobelsport

Rendez-vous mercredi 3 décembre à partir de 10h devant l’espace François Mitterrand à Pont-de-Buis pour une manif et un blocage de l’usine »

 

19 COMMENTS

Comments are closed.