Protocole culturel: l’Avis du Parti Breton/ Protokol sevenadurel: Ali Strollad Breizh

fr3bretagneVous trouverez ci-dessous la version en français

 

Protokol sevenadurel: Ali Strollad Breizh

Emrenerezh sevenadurel ebet, netra nemet kraoñ marmouz !

 

Sinet e oa bet ar protokol sevenadurel gant ar Stad ha Rannvro Breizh, d’ar 5 a viz Kerzu e Roazhon. Deuet e oa Fleur Pellerin, ministrez ar sevenadur. Kinniget e vez ar protokol-se evel un astenn da g-Kenemglev evit Dazont Breizh bet sinet gant ar c’hentañ ministr e 2013.

 

Gant ar protokol-se, adalek 2015, e vo ur wiched nemeti evit dasparzhañ ar yalc’hadoù digreizennet a vez meret gant Renerezh Rannvroel an Aferioù Sevenadurel (RRAS), evit pezh a sell ouzh al levrioù, ar sinema hag ar pezh a vez anvet bremañ ar glad sevenadurel dizanvezel. Kement-se a vez kinniget evel:  » un arnodenn da reiñ an tu da zileuriañ ur varregezh enskrivet gant ul lezenn bet embannet e miz Genver 2014 « . Lennet mat ho peus: da « reiñ an tu », netra ken ! Ha c’hoazh, ret mat e vo gortoz:  » ali Kendalc’h Tiriadel an Obererezh Publik da zont (KTOP). Un danvez ensav-stad n’eus ket anezhañ c’hoazh …

Ur profig Nedeleg zo ivez: 50 000 € ouzhpenn evit skoazellañ ar skignañ filmoù. Hag evel-just, un ensav nevez: Kuzul ar Strollegezhioù evit ar Sevenadur e Breizh (KSSB). Gant 23 ezel ennañ: ar Stad, ar Rannvro, 4 departamant, 11 kêr ha 4 c’hevredigezh departamant maered.

 

Anzav a ra oberour ar protokol, e-keñver ar sinema hag ar c’hleweled, ez eo:  » an endro broadel kreizennet-meurbet (Enez-Frañs o kreizennañ an embregerezhioù hag an implijoù) « . War-lerc’h Enez-Frañs, Ron-Alpoù ha PACA e teu Rannvro Breizh hag a zo enni, evit pezh a sell ouzh ar c’hleweled, 900 implijad ha 1400 a dud o labourat gant kevratoù berrbad, en o zouez spanaerien an arvestoù dreist-holl.

 

Petra vo kefridi Kuzul Sevenadurel Breizh (KSB) e-keñver an ensav nevez a vo eus Kuzul ar Strollegezhioù evit ar Sevenadur e Breizh (KSSB) ? Ha departamant al Liger-Atlantel ? A-benn pegoulz e teuio an dereadur sevenadurel da Rannvro Breizh ? E pelec’h emañ raktres ur skinwel breizhat emren, programmoù brezhonek ennañ kevatal d’ar re a gaver e Bro-Gembre da skouer ? Betek pegoulz e vo prezidant Rannvro Breizh dindan kabell ur prefed bet anvet gant Pariz ?

 

Ar protokol-se n’eus anezhañ nemet un azasadur bihan evit merañ yalc’hadoù digreizennet Renerezh Rannvroel an Aferioù Sevenadurel (RRAS). Ha touellet e vo ar stollegezhioù lec’hel, an emsavioù sevenadurel breizhek, ar grouerien, an arzourien vreizhat gant ar pezh n’eo netra nemet kraoñ marmouz ? Evit Strollad Breizh, ur wech ouzhpenn, emañ ar Stad c’hall oc’h ober goap ouzh ar Bretonezed hag ar Vretoned.

 

Emil Granville. Mouezh aotret Strollad Breizh.

 

 

 

 

 

 

Protocole culturel: l’Avis du Parti Breton

Aucune autonomie culturelle, rien que de la monnaie de singe !

 

 

L’Etat et la Région Bretagne, en présence de la ministre de la culture Fleur Pellerin, ont signé, le 5 décembre 2014, un protocole culturel, présenté comme la suite du Pacte d’Avenir pour la Bretagne signé par le premier ministre en 2013.

 

Ce protocole met en place un guichet unique à partir de 2015 pour la gestion déconcentrée des fonds de la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) pour le livre, le cinéma, et le patrimoine culturel immatériel. Ceci est présenté comme  » une expérimentation qui anticipe la possibilité d’une délégation de compétence inscrite dans la loi de janvier 2014 « . Vous avez bien lu, il ne s’agit que d’une « possibilité « ! Pour cela, il faudra encore attendre:  » l’avis de la future Conférence Territorial de l’Action Publique (CTAP) « . Une nouvelle instance d’Etat qui n’est pas encore mise en place …

 

Il y a aussi un petit cadeau de Noël: 50 000 € en plus pour l’aide à la diffusion cinématographique. Et bien sur, une nouvelle instance: le Conseil des Collectivités pour la Culture en Bretagne (CCCB), appelé pour faire plus moderne le « 3CB ». Avec 23 membres: Etat, Région, 4 départements, 11 agglomérations et 4 associations départementales de maires.

 

Le protocole reconnait qu’en matière cinématographique et audiovisuel :  » le paysage national est très centralisé (la région francilienne concentrant entreprises et emplois) « . Derrière l’Île de France, Rhône-Alpes et PACA, la Région Bretagne compte tout de même dans l’audiovisuel 900 salariés et 1400 personnes en CDD, principalement des intermittents du spectacle.

 

Quel sera le rôle du Conseil Culturel de Bretagne (CCB) vis-à-vis de cette nouvelle structure du Conseil des Collectivités pour la Culture en Bretagne (CCCB)? Et le département de Loire-Atlantique ? A quand la dévolution culturelle à la Région Bretagne ? Où est passé le projet d’une télévision bretonne autonome avec pour la langue bretonne des programmes comparables, par exemple, à ce qui se fait au Pays de Galles ? Jusqu’à quand le président de la Région Bretagne va-t-il être le simple faire valoir d’un préfet nommé par Paris ?

 

Ce protocole n’est qu’un petit ajustement de la gestion des fonds déconcentré de la DRAC. Les collectivités locales bretonnes, les milieux culturels bretons, les créateurs, les artistes bretons, vont-ils être dupes de ce qui ressemble à de la monnaie de singe ? Pour le Parti Breton, une fois de plus, l’Etat français prend les Bretonnes et les Bretons pour des imbéciles.

 

Emile Granville. Porte-parole du Parti Breton.

4 COMMENTS

  1. … et le plus fabuleux, c’est la delectation de francetv qui titre, comme la gazette des communes, du « des avancees importantes » … Pourquoi pas du « merci not’ bon maître », tant qu’à faire …

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.