Pour Ouest-France et Alternatives Economiques, la Bretagne c’est sans Nantes

B4 ouest-france altenatives économiquesDans un numéro hors série de Ouest-France édité en partenariat avec Alternatives économiques, le quotidien du Grand Ouest traite de l’économie en Bretagne. Mais il continue d’ignorer la volonté de 70% de ses lecteurs de Loire-Atlantique et des quatre autres départements bretons.

L’accroche était alléchante, mais dès la photo de couverture, on comprend que, pour les deux partenaires, la Bretagne s’arrête à Vannes. « Où en est la Bretagne ? Etat des lieux d’une Bretagne active… un numéro de référence pour comprendre les enjeux » une présentation ambitieuse à destination des Bretons mais pas de tous les Bretons puisque c’est sans la Loire-Atlantique que la rédaction a choisi d’axer son travail.

Au sommaire du numéro hors série :
– Etat des lieux de l’économie bretonne
– Cartes, chiffres, statistiques : un véritable atlas économique breton
– Les hommes, les femmes : portraits, entretiens, reportages
– Agroalimentaire, pêche, tourisme : les grands secteurs d’activité à la loupe
– Les atouts de la Bretagne pour demain
– Environnement, transport, numérique : les défis à relever

Le thème retenu aurait pu être intéressant voire passionnant, mais exclure la Loire-Atlantique de la dynamique économique bretonne n’a pas grand sens quand la volonté populaire, donc des lecteurs, va dans le sens d’une Bretagne à 5 départements.

Alors que les débats sur la réforme territoriale seront définitivement clos par le vote du 20 décembre à l’Assemblée Nationale, les lecteurs en tireront-ils les conclusions qui conviennent ? Puisque l’économie est l’enjeu de Ouest-France, n’est-il pas temps de lui faire entendre la voix des Bretons et de leur porte-monnaie ?

 

27 COMMENTS

  1. On ne peut pas appeler 2 choses différentes par le même nom ! Ils veulent faire des leçons d’économie alors qu’ils font une faute si grossière ! Comment pourrait on les prendre au sérieux ! L’entité dont ils parlent est la Bretagne administrative ! Messieurs travaillez votre maîtrise de la langue et de l’histoire et évitez d’oublier un adjectif et nous vous prendrons peut-être pour des journalistes pertinents ! Sinon faites des magazines pour les enfants !

  2. La moindre des choses serait de ne pas nommer Bretagne ce qui n’est que la Région dite Bretagne.
    Mais c’est justement la confusion de faussaire entretenue intentionnellement depuis le début par la presse subventionnée.
    Il ne faut pas manquer une occasion de le faire savoir autour de soi et à des rédactions qui s’inquiètent de perdre 2% de lecteurs et plus par an.

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.