Nourrir ceux qui ont faim : Arnold Abbot risque chaque jour la prison

arnold abbotL’histoire d’Arnold Abbot, un vétéran de la seconde guerre mondiale, a fait le tour du monde. A 90 ans, il nourri des mendiants pendant plus de vingt ans dans la ville. Régulièrement, il assure une distribution de repas chauds au SDF de Fort Lauderdale, une station balnéaire de Floride. A plusieurs reprises, il a été arrêté et poursuivit. Pour son altruisme, Arnold Abbot risquait deux mois de prison et 500 dollars d’amende : il a résisté à un arrêté municipal interdisant la distribution de nourriture dans la rue.

En 1999, « Chef Arnold » était déjà aller en justice et il avait gagné face à la ville de Fort Lauderdale qui avait tenté d’interdire sa distribution de nourriture aux plus démunis.

En octobre, la municipalité de Fort Lauderdale a, à nouveau, pris une ordonnance et de nouvelles restrictions sur l’alimentation des sans-abri en public. Le texte définit les emplacements autorisés et une obligation pour ceux qui fournissent des repas dans la rue de mettre à disposition des toilettes portatives. De plus, les distributions  ne peuvent pas tenir une distribution d’alimentation à moins de 150 mètres d’un quartier d’habitation et les organisateurs doivent assurer que la nourriture est correctement chauffé. Dès le mois suivant, Arnold Abbott s’est vu délivrer une citation criminelle pour sa distribution de nourriture au Stranahan Park. Il risquait 60 jours ou une amende allant jusqu’à 500 $ pour avoir servi des repas à des personnes sans moyens.

Depuis, l’affaire a dépassé les frontières et un juge du comté de Broward a levé pour une durée de 30 jours l’ordonnance de la ville qui interdisait la distribution en extérieur de nourriture aux pauvres pour des raisons de sécurité publique et de santé. Une médiation s’est engagée entre les parties.

Mais Arnold Abbott ne s’est pas arrêté là. En décembre, il a pris la route vers Washington pour défendre la cause des plus pauvres.

Aux Etats-Unis, « le pays où tout est possible » même le pire, près de 70 villes ont restreint les possibilités de donner à manger aux sans-abris, selon la coalition nationale pour les plus pauvres.

11 COMMENTS

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.