René Vautier, fervent militant breton, n’est plus

VautierRené Vautier, fervent militant breton, est décédé ce matin dans sa quatre-vingt-septième année.

René Vautier était né en janvier 1928 à Camaret dans une famille ‘rouge », avec une mère institutrice et un père ouvrier de conserverie. En 1936, il rejoint Quimper où sa mère a été nommée. Sous l’Occupation, il participe aux actions de la Résistance, il a alors 16 ans. Il parcourt la côte bretonne et relève les positions allemandes.

Après des études secondaires au lycée de Quimper, il est diplômé de l’Institut des Hautes Etudes cinématographiques en 1948.

En 1950, il réalise un court-métrage Afrique 50 qui lui vaut une condamnation à un an de prison. Ce film anticolonialiste reçoit la médaille d’or au Festival de Varsovie. Pendant la guerre d’Algérie, il rejoint le maquis aux côtés des fellaghas algériens. Avant même l’indépendance, il devient directeur du centre audio-visuel d’Alger (1961-1962).

De retour en Bretagne en 1970, il fonde l’Unité de production cinématographique bretonne dans la perspective de vivre et filmer au pays.

Il enchaîne alors une série de films forts :

  • Avoir 20 ans dans les Aurès ( 1972)
  • La folle de Toujane (1973, avec Gilles Servat)
  • Quand tu disais Valery (1976)
  • Marée noire et Colère rouge (1978)
  • Voyage en Giscardie (1980)

Il fonde en 1984 une société de production indépendante Images sans chaînes.

En 2000, il reçoit le collier de l’ordre de l’Hermine à Pontivy.

35 COMMENTS

  1. Triste nouvelle pour notre pays.Beaucoup de souvenir pour moi
    Le souvenir particuleir que j’en ai c’est le film La folle de Toujane tourné en partie à Plogastel Saint-Germain
    chez mon oncle (le scène de fest moc’h). Les obsèques de Gilles Servat sont ceux de ma grand-mère où on on revoie toute ma famille (j’avais 8 ans) Nicole Garrec était voisine. Je ne l’ai jamais revu ce film , n’étant disponible nulle part.
    C’était un humaniste tout simplement. Mon père m’a souvent dit on est des Troc’her ar lann. Des gens sans terre, sans argent, libre de penser et d’être heureux, ouvert aux autres.
    Notre Pays c’est ça .
    Bevet Breizh Dieub,
    Kenavo Renn
    Bennoz doué dit

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.