Langues régionales: bienvenue chez les…dingues

Vendredi 15 janvier 2016, nous nous permettons de reproduire in extenso la diatribe du député Jean-Luc Laurent, président du MRC, apparenté socialiste à l’Assemblée nationale,  parue sur son site au lendemain de la proposition de loi déposée par Paul Molac au sujet des langues régionales.

Jean-Luc Laurent, député du Val de Marne, homme de gauche, pour qui

« Un euro dépensé en faveur des langues régionales du monde, l’italien ou coréen par exemple, me semblera toujours plus utile qu’un euro dépensé en faveur du gallo ou du basque. »

Les défenseurs des langues régionales apprécieront surement de se faire traiter de dingues par un élu de la République Une et Indivisible …

bloc_accord

https://www.facebook.com/depute9410/

http://m.jeanluclaurent.fr/Langues-regionales-bienvenue-chez-les-dingues_a566.html

http://www.jeanluclaurent.fr/

 

 

Langues régionales: bienvenue chez les…dingues

Jean-Luc Laurent

Hier, l’Assemblée nationale examinait une proposition de loi visant à financer l’enseignement immersif des langues régionales. Un vote très serré a permis de repousser ce texte dangereux

« Hier soir, j’ai siégé pour repousser in extremis une proposition de loi permettent le financement d’un enseignement total en langues régionales. Ses promoteurs disent « en immersion », parlent de « bilinguisme » mais il s’agit d’écoles où toutes les matières seraient exclusivement enseignées dans une langue régionale, le français comme une première langue vivante…étrangère dans son propre pays.

Les gens qui ont cru bon d’inscrire les langues régionales dans la Constitution, qui poussent à la ratification de la charte des langues régionales jouent avec le feu.

La langue de la République, de son école, de son administration ou de sa justice, c’est le français et uniquement le français partout sur le territoire national, de Brest à Corte, de Kourou à Papeete.

Le bilinguisme et la co-officialité sont des pièges mortels que nous risquerions de payer très cher dans dix ou trente ans. Répondre à la crise de l’Etat et de la décentralisation par une surenchère régionaliste est une erreur qu’ont faite l’Espagne ou la Grande-Bretagne. La Catalogne et l’Ecosse sont au bord de la sécession. Les régionalistes, qui sont extrêmement minoritaires en France, sont par contre entreprenants et déterminés. On l’a vu par exemple au moment du vote nocturne de la collectivité unique de Corse par des députés, alors que cette évolution institutionnelle a été repoussée par les citoyens lors d’un référendum local en 2003.

Les langues régionales peuvent être enseignées, pratiquées au quotidien, même soutenues dans le cadre d’associations culturelles mais elles ne doivent pas déborder ce cadre. Dans le monde de 2015, j’ai beaucoup de mal à croire que la priorité linguistique ne soit pas l’apprentissage des langues d’Europe et du monde. Un euro dépensé en faveur des langues régionales du monde, l’italien ou coréen par exemple, me semblera toujours plus utile qu’un euro dépensé en faveur du gallo ou du basque.

Publicités

32 COMMENTS

  1. Il a mille fois raison : le modèle jacobin français est le bon !
    Exemplaire, envié, inoxydable : c’est du lourd !

    Quoique peu vendu, comme le Rafale.
    Jusqu’ici du moins, car il va être prochainement adopté par l’Union Européenne, m’a-t-on dit.

    L’anglais va bien sûr s’imposer par consensus comme la « langue commune » naturelle que tous les européens devront parler.
    Mais qu’on se rassure : pas de « langue unique » !

    Les langues nationales minoritaires dont tout naturellement le français, pourront être enseignées, pratiquées au quotidien et même soutenues dans le cadre d’associations culturelles, mais elles ne devront pas déborder ce cadre…

    Ah, non ! A la niche ! Sinon pan-pan cu-cul !

    Comprenez-moi bien, chers amis : dans le monde de 2016, on a du mal à penser que l’apprentissage du français, du danois, de l’italien ou du maltais puisse être d’un quelconque intérêt face au chinois, à l’hindi et autres langues milliardaires en locuteurs.

    Faut rester logique…
    Soyons visionnaires sans oublier d’être sérieux !

  2. alors si c’est ca leur façon fe voir les choses je pense que c’est plus que du jacobinisme c’est du fascisme (revoir l’histoire de la politique italienne et allemande entre 1936 et 1943) bravo les socialauds

    • Ceci ne fait que confirmer que pour la Bretagne la ligne de partage entre ses défenseurs et ses fossoyeurs ne passe pas entre la gauche et la droite, mais depuis toujours entre les girondins et les jacobins.

  3. Voilà. La France de ces gens-là est plus facho que le neo-tatcherien de l’autre côté de la mer de Bretagne et que le franquiste du sud des Pyrénées.
    Les tentatives de M Molac doivent servir à ça : ne pas être indepentiste c’est jeter des pierres dans la lapidation de nos langues. Et c’est pas juste des mots : ces gros cons sont comme ça depuis 220 !!
    Ils ne changerons pas, c’est à nous de changer, de mentalités et donc de Pays.

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.