Energie : le nucléaire, c’est « has been »

L’énergie est au centre de tous les conflits, toutes les guerres, comme autour du pétrole (guerres du golfe, Tchétchénie, guerre turque contre les Kurdes, …), autour du gaz (Russie/Ukraine), ou des combustibles nucléaires (comme la guerre française au Niger) …

Un jusqu’auboutisme bien navrant de la part des Etats agresseurs, Etats-Unis bille en tête, surtout quand on sait que, tout ça, c’est déjà très dépassé …

Des coûts de revient du MWH édifiants

Le prix du MWH, qui est généralement la référence, est en évolution permanente, et les courbes sont en pleine inversion.

Le coût du nucléaire est annoncé actuellement à 60€ du MWH, un coût très nettement sous-évalué, puisqu’il ne tient pas compte du démantèlement des centrales, impossible à chiffrer, personne n’étant capable de le mener à bien, ni des accidents nucléaires, inévitables, et dont on arrive même pas à chiffrer ceux qui ont déjà eu lieu.

Dans un avenir proche (inférieur à 5 ans, en intégrant tous les projets déposés), ce coût sera de 120 €, toujours sans compter le démantèlement et le coût des accidents.

Dans le même temps, le coût de l’éolien baisse, malgré le poids des multi-nationales et la longueur de leurs tentacules dans les méandres des pouvoirs étatiques.Eoliennes

Dans cette lutte du pot de fer contre le pot de fer, des conglomérats contre les petites entreprises, des Etats contre les citoyens, c’est le pot de terre qui l’emportera inévitablement : l’éolien, actuellement annoncé actuellement à 85 €, sera passé, à court terme (5 ans, en intégrant tous les projets déposés), sous les 80 €.

C’est donc demain que le nucléaire sera estimé à 50% plus cher que l’éolien.

Les autres énergies renouvelables ne sont pas à oublier non plus, même si elles sont plus chères (autour de 150 € pour le photovoltaïque, 180 € pour le biogaz) et/ou moins productives en volume (géothermie à 60 €, hydraulique à 30 €).

Superphénix
Superphénix, ratage industriel merveilleux d’EDF

Rajoutez à tout ceci que les chantiers (EPR de Flamanville) titanesques promis par EDF sont réévalués, toujours plus chers, et promettent des coûts (avoués) délirants par MWH produit, que la réussite du projet n’est même pas assurée (on se souvient du ratage de « superphénix »), et que le combustible ne se gagne déjà plus qu’au prix du sang, c’est clair, le nucléaire, c’est « has been » … 

Le prix Pinocchio a récompensé les plus fantastiques menteurs

D’ailleurs, EDF le sait bien : si son meilleur VRP* a organisé le COP 21, c’est pour essayer de vendre le concept du nucléaire propre, puisque (prétendument) sans émission de CO2.

Le greenwashing, c’est le nom qui est donné à cette propagande éhontée.

Le prix Pinocchio a ainsi été remporté haut la main par EDF dans le domaine du greenwashing.Pinocchio

Les marchands d’énergies fossiles, de gaz de schiste et d' »agro-diesel » ont aussi été honorés dans ce classement des plus ignobles menteurs à l’occasion du COP 21, ils sont les rois de la catégorie lobbying.

La BNP a décroché la seule place attribuée à une banque ; ses investissements dans le nucléaire en sont sûrement une des raisons, mais c’est l’impact catastrophique au local des investissements de la banque parisienne qui a ici été honoré …

 

 

* Vous aurez reconnu ce formidable vendeur multicarte free-lance, qui roule aussi pour Dassault, Vinci et autres PME en difficultés, et que les français ont élu meilleur marchand de l’année 2012, devant l’ancien meilleur vendeur de la boîte, qui ne perd pas espoir de récupérer sa cocarde en 2017.

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.