Paimpol : Erwan Tabarly « Je joue encore la gagne »

Paimpol, mercredi 29 juin 2016,

Arrivé à 13h11 ce mercredi, à Paimpol – Lézardrieux, Erwan Tabarly s’est octroyé la cinquième place de la deuxième étape de la Solitaire Bompard – Le Figaro. Une étape tactique et complexe qui a finalement réservé plus de surprises que prévu, à commencer par des écarts importants à l’arrivée. En ce qui le concerne, le skipper d’Armor Lux, qui a compté jusqu’à deux heures de retard à la pointe Bretagne hier, a finalement réussi à réduire son écart avec le premier à 1 heure et 11 minutes. S’il concède malgré tout sa place de leader au classement général à Yoann Richomme, le navigateur Fouesnantais conserve néanmoins sa place sur le podium à la mi-course, et reste complètement dans le match pour la victoire finale malgré son handicap actuel de 1 heure et 3 minutes.

© DR

« Cette étape a été hyper compliquée. Dans le sud de l’Angleterre, notamment, rien ne s’est passé comme le prévoyait. Dans les derniers milles jusqu’à Wolf Rock, par exemple, on devait progresser au reaching or on a fini au près. Cela nous a tous bien crevé car il a fallu continuer de se poser la question des choix des bords à tirer puis matosser encore et encore. Toute cette portion a vraiment été dure surtout que le vent était hyper changeant et que ce n’était pas facile de prendre les bonnes bascules », a commenté Erwan Tabarly, peu après son arrivée au port de Lézardrieux, qui payé un peu cher son choix de partir au large à une dizaine de milles de la marque Runnel Stone. « Jusqu’alors, j’étais à la bagarre avec Charlie Dalin et Nicolas Lunven. Le vent est tombé et j’ai décidé de me décaler quand eux ont préféré longer la côte. Là, j’ai pris cher car ils m’ont franchement décroché sur ce coup », a commenté le skipper d’Armor Lux. Dès lors, il n’a pas eu d’autres choix que de cravacher autant que possible pour réduire un maximum son retard.

Déçu mais pas vaincu
« J’avais deux heures de retard au passage du Four et c’était délicat car sur la deuxième moitié du parcours, je savais qu’il n’y avait plus grand-chose à faire, sinon être spectateur. En tête, Yoann (Richomme) est passé avec le courant pour lui à chaque fois alors que, plus à l’arrière, nous l’avons eu quasi systématiquement contre nous. Dans ce genre de situation, on se sent un peu impuissant et on ne peut rien faire d’autre que de constater les dégâts », a indiqué le vainqueur de la première étape entre Deauville et Cowes. « Au bout du compte, une cinquième place, ce n’est pas si mal. De plus, ça ne m’est encore jamais arrivé d’être classé troisième après deux étapes. C’est quelque chose que je dois savourer même si je dois bien l’avouer, il y a une petite déception d’avoir pris une heure dans la vue », a expliqué Erwan qui reste cependant dans le match. « Je vais encore me battre pour gagner. Rien n’est encore figé. Yoann navigue super bien. Jusqu’ici, tous les coups qu’il tente fonctionnent mais souvent, il passe proche de la correctionnelle. On va bien voir ce qui va se passer par la suite même si, a priori, sur les deux étapes qu’il reste, il devrait y avoir une part d’aléatoire assez petite, plus en tous les cas que le long des côtes sud de l’Angleterre où il se passe souvent des choses sans qu’on sache pourquoi », a conclu Erwan Tabarly.

3 COMMENTS

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.