Les marées vertes tuent

Samedi 16 juin 2018, En reconnaissant le décès de Mr Morfoisse qui transportait des algues vertes comme étant un accident du travail, le tribunal des affaires sociales de St-Brieuc vient confirmer à nouveau que la putréfaction des algues vertes peut tuer.

 

Environnement et santé : un lien étroit

Ce décès s’ajoute à la liste déjà trop longue des victimes des algues vertes, humaines et animales. Sans la ténacité d’André Ollivro qui a accompagné la famille Morfoisse, sans les procès engagés par les associations et gagnés devant la cour administrative d’appel de Nantes, jamais l’Etat n’aurait reconnu sa responsabilité. Mais les algues vertes ne sont pas le seul problème environnemental  breton pour lequel les conséquences sanitaires sont dramatiques et avérées : la pollution bactériologique des eaux littorales et celle des coquillages provoquent chaque année des pathologies chez les baigneurs et les consommateurs. Rappelons nous la fermeture de la baie de Paimpol en début d’année !

La présence chronique de pesticides, dans l’air comme dans l’eau, est à l’origine de multiples perturbations aujourd’hui de mieux en mieux identifiées par les experts médicaux.

A tout cela s’ajoute en Bretagne la contamination de l’air par l’ammoniac rejeté par les élevages industriels. Là encore, la politique de l’autruche est de mise, et l’évocation des impacts sanitaires de cette pollution est un véritable tabou.

source : www.eau-et-rivieres.org

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.