ZAD-NDDL : Avant l’appel au tribunal ce mardi – Communiqué de COPAIN 44 en soutien aux porteurs de projet inculpés

Lundi 4 février 2019, Avant l’appel pour la libération de Greg et F. demain mardi 9h à la cour d’appel de Rennes, nous vous transférons un communiqué des organisations paysannes de COPAIN 44 (le collectif des organisations professionnelles agricoles indignées par le projet d’aéroport incluant la Confédération paysanne 44, le civam, GAB 44, Accueil Paysan, Terroirs 44) en soutien aux porteurs de projet inculpés.

SOUTIEN AUX PORTEURS DE PROJETS INCULPES

Au nom de COPAIN 44, nous sommes ici pour apporter notre soutien aux personnes inculpées suite à une altercation. Depuis des mois, après une période d’expulsions difficile et très mal vécue, à la fois par les habitants de la ZAD et pour ceux des communes concernées, le calme était revenu et la volonté des porteurs de projets d’aller au bout de leur installation en acceptant des règles contraignantes était toujours intacte.

De nombreuses rencontres ont eu lieu soit avec la Préfecture soit avec le service agricole de la DDTM avec des discussions âpres pour défendre des projets collectifs.

La semaine dernière, une grosse opération policière est venue pour interpeler 5 personnes qui ont été mises en examen. 3 d’entre en eux, Ben, Greg et F. sont toujours en détention, Sarah et Guillaume sont libérés sous contrôle judiciaire, mais sont surtout interdits de territoire. Nous sommes surpris par l’ampleur de ces décisions. Des personnes agressées à la hache par un de ceux qui ne supportent pas certaines règles collectives et se retrouvent en prison pendant que l’agresseur reste libre.

Nous demandons à la justice, en attendant un procès équitable, de libérer Ben, Greg et F. de façon à ce qu’ils puissent assurer leur travail. Oui, une ferme a besoin de ses paysans et ceci tous les jours, que ça soit pour les animaux, (veaux, vaches, cochons, volailles) ou pour les légumes, en serre ou en plein champ.

Ce ne sont pas de doux rêveurs comme certains voudraient le penser mais aujourd’hui des collègues, qui sont dans leurs parcours d’installation, qui pour certains ont repris des études qualifiantes et qui ont mis en place des productions.

Nous ne comprenons d’autant moins ces décisions que mercredi dernier, nous étions, la délégation, à la préfecture pour discuter des derniers petits conflits fonciers et surtout pour qu’ils nous remettent tous les dossiers COP signés avec la présence du Conseil Départemental, le tout dans un esprit constructif.   Le CD souhaite un développement agricole respectant l’environnement, qui mieux que nos amis mis en examen est en capacité d’y répondre. Monsieur le juge, nous vous demandons la remise en liberté des cinq, en attendant un procès équitable, pour qu’ils puissent tous assumer sans limitations, leurs obligations professionnelles et familiales. A tous les habitants de la ZAD, sachez que nous, les paysans-nes de COPAIN, nous sommes avec vous et nous vous soutiendrons.

 

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.