Brest : agression d’un marin ukrainien à bord du « GNV Azzurra », que font les autorités maritimes ?

Brest,samedi 22 juin 2019,  un Marin Ukrainien  embarqué à bord du navire « hôtel »  « GNV AZZURRA »  battant pavillon économique Italien a été violemment frappé par un autre Marin sans motif le 5 juin 2019 vers 23h. L’agresseur a été débarqué dès l’arrivée à Brest du navire !

 

Ce navire est armé par des Marins Albanais, Serbes, Lituaniens, Ukrainiens et Italiens. Ce navire héberge des travailleurs détachés qui seraient au nombre de mille !

 

Dans la nuit du 6 au 7 juin 2019, la Gendarmerie Maritime a été avertie de cette agression. Mais personne n’est intervenu à bord, par simple curiosité tout simplement.  Depuis, le Marin agressé qui n’est plus en mesure de travailler, a été débarqué par le Commandant Lituanien !

 

L’association MOR GLAZ, sait que le journal de bord ne portait aucune trace écrite de cette agression le 7 juin 2019 ! Rappelons que le journal de bord est un document officiel qui peut être visé par les Autorités portuaires, mais par lesquelles et quelle est la volonté.

 

L’association MOR GLAZ constate un certain flou dans cette affaire. Nous déplorons également le manque de réactivité de la part des Affaires Maritimes et autres Autorités et Administrations !

 

Le Marin agressé  a été débarqué du navire sans motif valable et a  dû fortement insisté pour obtenir un rendez-vous chez un médecin  le 8 juin 2019 (en fin de soirée)   alors que le navire était à quai depuis le 7 juin 2019. L’armement  quant à lui avait été plus réactif en réservant un billet d’avion  pour débarquer dès le 8 juin le marin.

 

Les questions de l’association MOR GLAZ sont les suivantes : dans une telle situation, quelles sont les autorités qui interviennent ?  Si pour des raisons médicales, le Marin ne peut voyager, que va-t-il se passer pour lui ? Qui peut consulter le journal de bord d’un navire dès son arrivée à quai ?

 

Pour l’association MOR GLAZ, aucune Autorité ni Administration (toutes prévenues par mails), ne s’empressent d’intervenir, pourquoi autant d’hésitation ?

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.