Pays Basque : La Justice se prépare pour l’arrivée du G7

Mercredi 25 juin 2019, Arrivée de magistrats et d’effectifs de la police judiciaire supplémentaires, renforcement des moyens matériels : à deux mois du sommet international, les services de l’Etat, dont la Justice, se mobilisent pour accueillir les délégations des “sept pays réputés être les plus puissants de la planète”.

En partenariat avec le média Mediabask et avec leur accord nous partageons leur information

Samuel Vuelta-Simon, procureur de Bayonne, était interrogé mardi matin sur France Bleu. ©Isabelle MIQUELESTORENA

A événement exceptionnel, mesures exceptionnelles. Le tribunal et le parquet de Bayonne se mobilisent afin d’anticiper au mieux l’organisation du sommet du G7 qui se tiendra du 24 au 26 août dans la cité balnéaire. Pour cette occasion, une dizaine de procureurs et une trentaine de fonctionnaires (greffiers, juges) sont attendus au Pays Basque. Des renforts importants qui soutiennent l’idée que l’Etat s’apprête à affronter de nombreux débordements.

Le procureur de la République, Samuel Vuelta Simon, s’est exprimé ce mardi matin sur l’antenne de France Bleu Pays Basque pour faire un point sur l’avancée de l’organisation du sommet international. L’objectif est de pouvoir anticiper au maximum les événements délictuels qui pourraient se produire durant cette période. Et cela, même si son voœu le plus cher reste « que tout se passe bien ». Ainsi, le parquet et le tribunal de Bayonne seront mobilisés 24h/24 durant le sommet. Les effectifs des deux institutions seront par ailleurs renforcés sur une période d’environ quinze jours autour de l’événement international.

Même si la charge de travail supplémentaire est difficile à évaluer avec précision, Samuel Vuelta Simon explique que des équipes techniques sont allées regarder « ce qu’il s’est passé ailleurs », comme par exemple lors du sommet de Deauville en 2011. L’arrivée des magistrats supplémentaires, mais aussi des renforts en moyens matériels, devrait permettre d’anticiper les besoins de la Justice sur cette période. Il s’agira essentiellement de pouvoir organiser « dans les meilleures conditions » les prises en charge éventuelles, les interrogatoires, les enquêtes et le cas échéant de juger les personnes responsables de méfaits durant le sommet. De plus, une centaine d’officiers supplémentaire de la police judiciaire sont eux-aussi attendus au Pays Basque afin de prêter main forte aux équipes en charge de la sécurité publique sur le territoire.

Le centre de rétention administrative réquisitionné

Par la même occasion, le procureur de la République a confirmé une rumeur qui circulait depuis quelques semaines : le centre de rétention administrative d’Hendaye sera bien fermé durant le mois d’août. Il sera converti en bureaux permettant d’interroger les éventuelles personnes qui pourraient être placées en garde-à-vue. Il permettra aussi de mettre à la disposition des prévenus des lieux adéquats afin qu’ils puissent s’entretenir avec leurs avocats.

De leur côté, les avocats bayonnais seront aussi mobilisés pour œuvrer pour la défense pénale durant le sommet international. Ainsi, le nouveau bâtonnier indiquait à la presse, il y a quelques jours, que 50 avocats seraient de permanence, jour et nuit, du 19 août au 1er septembre. Du 23 au 29 août, ce nombre pourrait même monter jusqu’à 70 avocats. En temps normal, seules huit robes noires sont disponibles pour appuyer un éventuel prévenu.

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.