Loi énergie climat : En Marche pour un soutien aveugle au nucléaire !

Vendredi 28 juin 2019, Alors que doit se terminer aujourd’hui le vote à l’Assemblée Nationale sur la Loi Énergie Climat, le Réseau “Sortir du nucléaire“ dénonce l’irresponsabilité de la majorité des parlementaires présents, ainsi que du ministre François de Rugy. Non contents d’acter un dangereux report de l’échéance de réduction de la part du nucléaire, ils ont refusé les garde-fous les plus élémentaires en matière de protection des populations et des budgets.

L’objectif premier de cette loi était de repousser de 10 ans l’échéance de réduction de la part du nucléaire, initialement prévue pour 2025. Cette décision signifiait de facto une dangereuse prolongation du fonctionnement de la quasi-totalité du parc nucléaire à 50, voire 60 ans de fonctionnement. Si cette trajectoire était mise en œuvre, l’âge moyen du parc en 2035 serait de 49 ans, alors même que certains équipements cruciaux et non-remplaçables ont été conçus pour 40 ans maximum. Invoquer l’argument climatique pour justifier ce report relevait de la pure mauvaise foi, alors que des scénarios prouvaient qu’il était possible d’atteindre nos objectifs climatique tout en fermant rapidement un grand nombre de réacteurs.

Dès le passage en Commission des Affaires Économiques et malgré des mises en gardes répétées des associations sur les risques liés à cette prolongation, les amendements portant sur la sûreté nucléaire ont été déclarés irrecevables, au motif qu’ils ne présenteraient pas de « lien direct ou indirect » avec la loi ! On peut s’interroger sur les motivations des élus qui ont effectué ce tri.

Le vote qui s’est tenu hier à l’Assemblée Nationale a confirmé la volonté du gouvernement et de député.es aux ordres de ne pas entraver la marche forcée vers une trajectoire énergétique taillée sur mesure par et pour EDF et le lobby nucléaire.

Les amendements refusant ce report de 10 ans ont été rejetés, tout comme les propositions de fermer les réacteurs à 40 ans ou celles d’abandonner les projets de nouvelles installations nucléaires. La majorité des députés a également refusé des amendements visant à abaisser – même de manière extrêmement modérée – le plafond de la puissance nucléaire installée, actuellement de 63,2 GW. L’idée même que ce plafond ne puisse être revu qu’à la baisse a été refusée. Ces choix confortent les orientations d’EDF, qui vise juste une baisse relative de la part du nucléaire, en fermant le moins de réacteurs possible et en augmentant la proportion des autres énergies. Un tel scénario aboutirait pourtant à une situation absurde de surproduction et à exporter massivement une électricité que nos voisins européens ne voudraient pas acheter.

Alors que le gouvernement ne dispose toujours pas d’outils pour décider de la fermeture d’un réacteur pour raisons de politique énergétique, la majorité des députés s’est opposée à un amendement offrant cette possibilité. Prétendant qu’il n’en avait pas besoin, le ministre François de Rugy lui-même s’est déclaré défavorable à cette proposition qui lui aurait accordé un pouvoir d’agir qui avait fait défaut à ses prédécesseurs. Une telle hypocrisie est révélatrice de l’attitude du gouvernement, prêt à noyer le poisson pour cacher son allégeance à EDF.

Enfin, alors que l’Autorité de sûreté nucléaire rappelle que « personne ne peut présager des conclusions du réexamen de sûreté » prévu pour l’échéance des 4èmes visites décennales, la majorité a rejeté un amendement relevant du simple bon sens. Celui-ci proposait que la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie prévoie des scénarios alternatifs pour tenir compte de l’arrêt d’un ou plusieurs réacteurs pour raisons de sûreté.

L’examen de cet amendement a donné lieu à une spectaculaire démonstration de mauvaise foi de la part de François de Rugy. Alors que sa mission exigerait qu’il anticipe de telles éventualités, il a déclaré que cette proposition n’était pas nécessaire, la France possédant les marges nécessaires pour faire face à des fermetures éventuelles, tant en termes de capacités de réserve que de leviers sur les économies d’électricité. Si de telles marges existent, pourquoi alors avoir présenté comme incontournable le report de l’échéance des 50% de nucléaire, et donc la fermeture de nombreux réacteurs ? On peut légitimement s’interroger : ce refus ne reflète-t-il pas des pressions à venir sur l’ASN pour qu’elle évite de prononcer des fermetures ?

La mission des parlementaires et du gouvernement devrait être de faire preuve d’anticipation et de courage, en faisant passer la protection des populations avant les intérêts financiers à court terme d’un exploitant en situation économique et industrielle catastrophique.

Mais alors que les réacteurs vieillissent, que les déchets radioactifs ingérables s’accumulent, et que les sous-traitants du nucléaire tirent la sonnette d’alarme (tous ces éléments plaidant pour une sortie urgente du nucléaire), François de Rugy et la majorité des député.es ont ignoré ces mises en garde et refusé de prendre les problèmes à bras-le-corps. Cette inaction irresponsable et cette soumission à EDF et au lobby nucléaire pourraient avoir des conséquences graves.

Publicités

1 COMMENT

  1. Pas du tout d’accord avec cette analyse fallacieuse à plusieurs points, antinucléaire dogmatique, mes chers Bretons la France vous porte à bout de bras pour vous fournir l’éléctricité avec des prouesses techniques et dispendieuses et ce n’est pas fini, avec l’éolien offshore c’est du 100€ (achat par EDF à 145 cintre 42 pour le nucléaire actuel)de subvention/Mwh qu’il faudra trouver à la pompe pour faire plaisir aux illuminés de votre genre , et contraindre encore plus le réseau car l’intermittence générée sera énorme.(effacement des consommations par LINKY et des contrast chez les industriels qui tourneront alors au fuel). C’est un détourneme,t des impots aux profit de votre région.
    Car malgré tout la France est encore à 72% carbonnée pour son énergie (le monde 85%). Le nucléaire est la seule solution actuelle, la moins dangereuse pour l’homme , pour réduire drastiquement l’impact climat: ce sont les recommandations de lAIE du GIEC mais aussi de l’OMS.
    En France le nucléaire depuis 40 ans à contribué à la baisse de 30% des émissions de GES et et zéros morts sur notre territoire ainsi que le traitement de ces déchets qui sont drastiquement identifiés tracés et traités au mieux de ce que sait faire la technologie aujourd’hui….a comparer avec ceux de la combustion qui sont rejetés dans l’atmosphère laissés à l’encan (a commencer par votre véhicule)..pour 60000 morts en France par an , ce qui veut dire qu’à minima le nucléaire nous fait gagner 10000 morts /an soit près de 500000 personnes en 40 ans. Voyez les chiffres Allemands ils ont installé l’ équivalent de 100 centrales nucléaire en éolien et solaire pour tourner à 50% au charbon en électricité et il leur reste 12% de centrales nucléaires , les résulta sur le climat désastreux (deux fois plus que nous) la mortalité de leur population 15% plus grande.
    OMS: (voir les rapports de Nairobi) hors effet climat a venir: c’est par an 7 millions de morts dus à la pollution de l’air, 10000 pour le nucléaire civil avec Thernobyle, Fukushima et la médecine
    Les moyens de substitutions ne sont pas matures, le stockage de masse de l’électricité n’est pas pour demain autre qu’hydraulique mais c’est pas sur que tout le monde soit d’accord pour noyer toutes les Alpes,les capacités d’intermittences raccordées sur le réseau Français et Européen sont telles que leur compensation oblige impérativement des moyens carbonnés de substitution. Preuve en France aprés 25 centrales équivalentes nucléaires (eolien et solaire) implantées à grand renforts de subvention: zéro effet sur les GES mais augmentation de 58% du cout de l’électricité et génération d’une dette de 120Md€ sur 20 ans à payer maintenant sur les carburants (15c/l), privatisation des moyens de production, et contraintes de stabilité sur le réseau laissés aux autres moyens de production.
    Il est faux d’affirmer que les centrales sont vétustes , elle sont non seulement entretenues mais sans cesse bénéficient de modifications qui aujourd’hui les rendent plus sure qu’ à la fin de leur construction. La durée de vie d’une centrale n’est pas strictement définie, ce sont des installation relativement récente, le monde entier partage ses données sur la tenu au vieillissement face notamment au bombardement neutronique de la cuve et pour l’instant les dispositifs nombreux installés montrent que la résistance est plus que conforme aux prévisions, certaines centrales américaines sont en route pour les 80 ans. Il est faux d’ affirmer que l’ASN ‘Gendarme du nucléaire est complaisant avec EDF, c’est plutôt l’inverse et de loin (Allez sur le site de l’IRSN et ASN et voyez ce qui est demandé).
    La mission parlementaire du gouvernement a trahi la nation, Mr DERUGY est antinucléaire dogmatique, ainsi que l’ADEME, pas au niveau du traitement des données mais conseils auprés de la nation et de la distribution des subventions, RTE qui cache la vérité sur la stabilité du réseau et à éhontément menti lors de l’incident du 10 janvier.Enfin la CRE (commission Régulation de l’énergie) une merveille inventée pour la destruction d’EDF au bénéfice du libéralisme Européen Allemand en particulier. C’est l’ Allemagne qui veut fermer Fessenheimn c’est politique , on ne demande rien aux Suisses qui ont la plus veille centrale nucléaire au monde en service.
    Résultat augmentation, de 5.9% des tarifs EDF demandés et obtenus par les fournisseurs alternatifs mais qui ont obtenu aussi de passer de 25 à 30% la fourniture par EDF de l’énergie nucléaire à prix coutant (42€ Mwh) pour la revendre aux particuliers, enfin 1.5% est à suivre pour payer le verdissement fictif de l’energie aux moyens des certificat d’énergie carbone……ils demandent et vont obtenir la privatisation des moyens de production hors nucléaire (car il peuvent s’abreuver à la source) les barrages résistent mais eolien et solaire le sera avec leur 7Md€ de rente /an de subventin à payer sur les carburants…vous n’avez toujours pas compris
    Vous vous trompez d’adversaire de but il est temps de changer de discours et d’ouvrir le yeux c’est l’intérêt majeur de la nation qui est démantelé sous vos yeux et spolié l’écologie n’a rien à voir la dedans sinon de nous contraindre davantage…..d’ou les résultats négatis: 170Md€ investis finalemnt pour 8% de la production pas au bon moment et enrichir les paradis fiscaux , ….
    Les déchets nucléaire (qui finalement en terme de volumes sont faibles /aux autres industries mais devraient l’être davantage ) eux font l’objet d’un traitement de faveur qu’aucune industrie au monde n’a jamais proposé et financé au moins pour 50 ans, et même avec les réacteurs rapides pourraient nous donner une solution pour les réduire tout en un siècle d’autonomie énergétique.
    Au lieu de cracher dans la soupe, enlevez vos poussières de charbon de vos yeux arrêtez de demander des subventions, inutiles aux résultats de tous ordres à ma nation, dont vous bénéficieraient qu’à peine à 1% qui contribueront de plus à ruiner la France.

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.