Un chef de projet éco-responsabilité rejoint les équipes de Brittany Ferries

Mercredi 17 juillet 2019, La nomination de Claire Artagnan au poste de chef de projet éco-responsabilité vient renforcer l’engagement de Brittany Ferries en faveur du développement durable. Ce rôle transversal a pour objectif le partage de bonnes pratiques déjà approuvées par la Compagnie et le déploiement de nouveaux projets.

 

© Brittany Ferries

Claire a rejoint les équipes Brittany Ferries en mars 2019 après une expérience de six ans dans le développement de parcs éoliens en mer et sur des projets de « smart building » (bâtiments intelligents et énergétiquement performants).

« Depuis sa création, Brittany Ferries a eu une vraie sensibilité pour l’environnement », commente Christophe Mathieu, Président du Directoire de Brittany Ferries. « Nous avons été fondés par la communauté agricole bretonne et, de fait, préservation et protection des environnements dans lesquels nous évoluons, font partie de notre ADN.  Le rôle clé de Claire sera de coordonner le déploiement de mesures éco-responsables dans tous les secteurs de l’entreprise, de la livraison des nouveaux navires aux appels d’offres pour chaque nouveau contrat. C’est une mission essentielle et nous sommes heureux de l’accueillir au sein de Brittany Ferries. »

Les avancées à ce jour
L’entreprise a déjà adopté des mesures concrètes pour réduire l’impact environnemental de ses activités, par exemple les plastiques à usage unique. De nombreux changements ont été réalisés, à bord, comme le remplacement des gobelets en plastique dans les cabines par des gobelets en carton, la suppression des pailles et touillettes en plastique, l’installation de points de recyclage des batteries sur les navires ainsi que dans les bureaux et terminaux en France.

Les acheteurs Brittany Ferries sont également en cours de commande de couverts en bambous qui remplaceront progressivement les couverts en plastiques existants.

Des distributeurs de shampoing & savon écolabel ont d’autre part été installés dans les douches des cabines. Parallèlement des études sont actuellement menées pour remplacer les emballages plastiques des savons  à mains  par des alternatives biodégradables.

Perspectives
Brittany Ferries a déjà annoncé des mesures significatives de réduction des émissions des navires grâce au GNL (gaz naturel liquéfié). En effet trois nouveaux navires propulsés au GNL seront livrés au cours des quatre prochaines années, dans le cadre d’un plan d’investissement de plus d’un demi-milliard d’euros. Cela permettra de réduire les émissions de CO2 de 46 % par passager sur les lignes longues entre le Royaume-Uni et l’Espagne. La qualité de l’air dans les ports s’améliorera également, avec une réduction significative des émissions de soufre, de dioxyde d’azote et de particules.

Économie circulaire
Pour la Compagnie, l’économie circulaire n’est pas inconnue. 80% des aliments servis en restauration, sont produits en France et majoritairement en Bretagne et en Normandie.  Les plats servis dans les restaurants  sont ainsi préparés principalement avec des légumes fournis par Prince de Bretagne, un collectif agricole dirigé par les actionnaires  agriculteurs de Brittany Ferries, et parmi eux le président du conseil de surveillance Jean-Marc Roué.

Protection des mammifères marins
Les scientifiques d’ORCA, un organisme caritatif voué à la surveillance et à la protection de la faune marine, observent régulièrement le comportement des animaux marins depuis des navires Brittany Ferries. Ils organisent des campagnes de sensibilisation du public pendant l’été et sont engagés dans des projets de recherche novateurs. Cette année, les scientifiques mèneront une étude, basée sur les observations à bord, pour étudier le comportement des baleines à l’approche d’un navire. Grâce à ces observations, des recommandations pourraient s’appliquer aux opérateurs maritimes mondiaux.

A propos de Brittany Ferries
En 1967, un agriculteur du Finistère, Alexis Gourvennec, parvient à fédérer le Comité d’Etudes et de Liaison des Intérêts Bretons (CELIB) et la Société d’Economie Mixte du Nord-Finistère (SEMENF) autour d’un projet aussi novateur qu’ambitieux : contribuer au désenclavement de la Bretagne par son ouverture maritime aux partenaires traditionnels que constituent pour elle l’Irlande et la Grande-Bretagne. En 1972 naît la Compagnie B.A.I. (Bretagne-Angleterre-Irlande), dont la première liaison transmanche est inaugurée, en janvier 1973, quand le navire Kerisnel quitte le port de Roscoff pour celui de Plymouth avec à son bord des camions transportant différentes productions légumières bretonnes.
L’histoire de Brittany Ferries commence donc le 2 janvier 1973, juste 24 heures après l’entrée de la Grande-Bretagne dans le Marché commun. Une première réussite pour la toute jeune Compagnie. Elle s’ouvre rapidement au transport de passager, puis devient également tour-opérateur. Brittany Ferries s’imposera rapidement comme leader national du transport maritime français : un leader atypique, sous actionnariat privé, toujours détenu par des coopératives agricoles bretonnes et battant pavillon français.

Brittany Ferries en quelques chiffres aujourd’hui
1er employeur de marins français / Entre 2 400 et 3 100 collaborateurs selon la saisonnalité (dont 2 000 marins) / Chiffre d’affaires : 444.2 millions d’euros/an / 2,63 millions de passagers / 901 000 voitures / 205 400 camions / 6 000 emplois indirects / 14,5 millions de nuitées générées en Europe dont 9,2 millions en France / 12 navires / 12 routes maritimes desservies entre la France, le Royaume Uni, l’Irlande et l’Espagne / 11 ports : Roscoff, Saint-Malo, Cherbourg, Caen-Ouistreham, Le Havre, Plymouth, Poole, Portsmouth, Cork, Santander, Bilbao.

 

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.