Scandale Listeria mondial et la France se tait, déplore foodwatch

Mardi 15 octobre 2019,Malgré trois morts provoqués par de la viande allemande à la Listeria et deux départements français concernés, aucune communication des autorités, déplore foodwatch
En Allemagne, trois personnes sont décédées suite à la consommation de viande contaminée à la Listeria contenue dans une pizza salami ou des saucisses provenant de l’entreprise Wilke Waldecker Fleisch- und Wurstwaren GmbH & Co. 37 autres sont atteintes de listériose liée à la même souche.

foodwatch alerte sur les proportions alarmantes que prend cette nouvelle affaire. L’entreprise Wilke, située au nord du länder de Hesse, est aujourd’hui à l’arrêt. Elle a fourni de la viande à près d’une trentaine de pays en Europe et dans le monde entier (Japon, Etats-Unis, Liban, etc.). En Allemagne, des hôpitaux, des cantines mais aussi Ikea figurent parmi les clients de Wilke. Sous la pression, les autorités allemandes ont finalement communiqué la liste de plus d’un millier de produits rappelés mais pas encore le détail de tous les clients de Wilke qui ont reçu la viande potentiellement contaminée.

En France, au moins deux départements ont importé et commercialisé cette viande : l’Ille-et-Vilaine (35) et la Moselle (57). La situation est prise au sérieux par Santé publique France et la Direction des alertes sanitaires du Ministère de l’agriculture qui dit que des rappels ont été opérés localement avec des affichettes. C’est largement insuffisant pour foodwatch France qui réclame avec insistance depuis plus d’une semaine à la Direction générale de l’alimentation (DGAL) du Ministère de l’agriculture la totale transparence sur les produits importés et potentiellement concernés : quelle est la liste des produits, ont-ils été commercialisés, et si oui par qui et à quels points de distribution, sous quelles marques et en quelle quantité ? Quelles mesures ont été prises par les entreprises concernées et par les autorités ?

Alors qu’à l’étranger, les autorités sanitaires allemandes, irlandaises ou encore suédoises, par exemple, communiquent sur les produits Wilke présents sur leur territoire et le risque de contamination à la Listeria, le Ministère de l’agriculture français demeure inexplicablement muet. Dans un courrier électronique adressé à foodwatch, la DGAL se contente d’évoquer le futur site unique d’informations sur les rappels mais celui-ci se fait attendre depuis le scandale Lactalis et la Loi agriculture et alimentation de 2018. La DGAL se refuse pour l’heure à communiquer publiquement sur ce nouveau scandale alimentaire d’ampleur mondiale.

« Les autorités publiques ont une responsabilité d’information. Avons-nous été ou sommes-nous potentiellement exposés à un risque lié à de la viande contaminée par la Listéria venant de l’entreprise allemande Wilke ? Quels sont les produits et les points de commercialisation concernés ? Pour l’heure, nous l’ignorons. Or nous avons le droit de savoir », commente Ingrid Kragl, directrice de l’information de foodwatch France.

Plus de 20.000 personnes ont déjà signé la pétition de foodwatch réclamant la totale transparence de la part des autorités sur les contrôles sur les produits alimentaires commercialisés en France, y compris la publication des résultats, des noms des entreprises concernées, des marques, des mesures correctives et des sanctions. Contre l’opacité et l’impunité, pour foodwatch seule la transparence peut contribuer à recréer de la confiance.

Sources :

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.