La Région (re)dit oui à la SNCF

Mercredi 29 janvier 2020, communiqué de l’Union Démocratique Bretonne :

Vendredi 24 janvier, le conseil régional de Bretagne et la SNCF ont signé une nouvelle convention qui les lie pour les 10 prochaines années.
Si la convention liste un certain nombre d’objectifs chiffrés (+ 25% de fréquentation pour les TER dans 10 ans, 100 millions d’euros investis par la Région et par an pour les TER sur la période, même nombre de train en périodes de pointe…), nous n’avons eu à ce jour ni feuille de route ni le détail des actions à mener pour les atteindre.

L’UDB se réjouit que la Région n’ait pas fait le choix de l’ouverture à la concurrence du rail breton, déjà malmené par un sous-investissement ces dernières années, néanmoins nous resterons vigilants sur les orientations et décisions prises quant à l’utilisation des crédits annoncés.

La LGV est un véritable aspirateur à moyens humains et financiers, le bras armé du centralisme parisien, et ce au détriment des interconnexions et autres transversales. Nous souhaitons que la Région, en partenariat avec la SNCF, mette l’accent sur les liaisons intra-Bretagne.

 

Nous souhaitons rappeler ici quelles sont nos propositions pour un rail breton au service des Bretonnes et des Bretons :

-Reconnecter Rennes à Nantes via Châteaubriant
-Créer une véritable boucle ferroviaire en Bretagne
-Réouvrir la ligne Morlaix-Roscoff (fermée depuis un éboulement)
-Recréer une transversale centrale (Auray-Pontivy-Loudéac-St-Brieuc par exemple)
-Assurer une desserte des aéroports bretons de Brest et Nantes

Le réseau ferroviaire breton ne doit donc pas transformer notre région en 21e arrondissement parisien, un avis semble-t-il partagé par le président de la SNCF quand il affirme que son entreprise « a été un peu trop parisienne » ces dernières années.

Affaire à suivre

Publicités

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.