Concarneau : Chalutiers géants, ça suffit ! Appel à mobilisation lors du baptême du SCOMBRUS le 25 septembre

Concarneau, vendredi 25 septembre 2020,Alors que la pêche artisanale peine à se relever de la crise du Covid-19, le 25 septembre dans le port de Concarneau aura lieu le baptême du SCOMBRUS, un chalutier géant de la société France Pélagique. Pour rappel, France Pélagique est une filiale de Cornelis Vrolijk, géant de l’industrie de la pêche néerlandaise, entreprise très financiarisée qui possède de nombreux chalutiers géants, et s’accapare les quotas des pays européens via ses filiales.

Le SCOMBRUS est le « petit dernier » de l’armement France Pélagique : un navire de 80 mètres, possédant le pavillon français, mais dont les milliers de tonnes harengs, maquereaux, chinchards et sardines ne participeront absolument pas à l’économie locale : tout sera débarqué à Ljmuiden au Pays Bas. Un bateau qui, comme le Sandettie ou le Prins Bernhard, a des capacités de pêche démesurées : jusqu’à 200 tonnes de poisson pêchés en une nuit, l’équivalent de ce que peut traiter la criée de Lorient, plus grosse criée française. Un scandale économique et social puisque l’impact de ce type d’unités sur la l’écosystème est énorme … et qu’un bateau de ce type nécessite de concentrer énormément de quotas pour être rentable … pénalisant fortement le secteur artisanal qui se partage les miettes. Les bateaux de France Pélagique avaient fortement fait parler d’eux au début du confinement : les chalutiers géants travaillaient au milieu du Golfe de Gascogne, lorsque les pêcheurs artisans étaient cloués à quai par la crise de la pêche. Les marins pêcheurs français sont donc remontés contre ce modèle qui accapare les quotas et impacte fortement la ressource.

On pourrait rétorquer que France Pélagique crée de l’emploi ? Sauf que si le SCOMBRUS existe, c’est parce que l’équipage du LABEL NORMANDY (ancien chalutier de France Pélagique) a été remercié sous la forme d’un « licenciement économique », afin de vendre le LABEL NORMANDY et d’avoir les capacités financières et légales d’investir dans le SCOMBRUS. Un scandale social qui a laissé des traces au sein de l’entreprise, de nombreux marins et cadres ne se reconnaissant pas dans cette décision autoritaire des dirigeants et actionnaires.

Des dirigeants bien connus dans le monde de la pêche : Antoine Dhellemes, qui a crée et dirigé France Pélagique, est l’actuel vice-président du Comité National des Pêches, mais est aussi président de l’Organisation de Producteurs FROM Nord, et président de l’association nationale des OPs. Afin de mettre fin à ces conflits d’intérêt flagrants, c’est désormais Geoffrey Dhellemes, fils d’Antoine, qui dirige l’entreprise. Une démarche qui s’apparente aux pratiques féodales : les seigneurs se transmettent le pouvoir pendant que les serfs travaillent sur leurs terres. Des seigneurs qui ont invité toute la cour de la pêche industrielle pour le baptême de leur bébé : dirigeants de Cornelis Vrolijk, dirigeants du concurrent Parelviet Van der Plaas, directeur des pêches, ministre de la pêche, comité national des pêches et organisations de producteurs … bref tous les acteurs de la « pêche durable » !

Nous révélerons d’autres informations dans les prochaines semaines et nous appelons les pêcheurs, les associations, les syndicats, et les citoyens à se mobiliser à nos côtés le 25 septembre : l’impunité de la pêche industrielle a assez duré !  Pour souligner le caractère ironique du baptême du SCOMBRUS, nous organisons les « funérailles de la pêche artisanale et des ressources marines » sous forme d’un événement festif et populaire ouvert à tous, qui aura lieu au même endroit : le 25 septembre à 11h, face au bureau de France Pélagique, dans la zone du Moros. Mobilisons nous toutes et tous contre les chalutiers géants ! Nous enverrons bien sûr des faire-parts : les comités des pêches, OPs, ministres et directeurs des pêches risquent de devoir choisir entre deux modèles de pêche …

aidez les à choisir : https://www.facebook.com/events/2812309549055959/

Association Pleine Mer

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.